CRITIQUE : Paula (Paula - Mein Leben soll ein Fest sein)


Paula

Critique du Film

Paula Modersohn-Becker est une peintre importante du 20e siècle allemand. Elle est une artiste précurseure dans l'art moderne, si importante qu'un musée lui est érigé à Brême en 1927 par Ludwig Roselius, un entrepreneur et mécène ayant amassé nombre de ses œuvres. Le musée est aujourd'hui toujours ouvert avec des rénovations sous la protection de la ville de Brême, nouveau propriétaire d'un musée unique consacré à une femme peintre.
Ce bâtiment témoigne de l'importance de cette femme dans l'art allemand. Paula fut une femme vive embrassant la vie de tout cœur. Le long-métrage de Christian Schwochow découvre cette femme intrépide, un peu à part des conventions des hommes de l'époque. La peinture et l'art en général ne sont soumis qu'aux hommes. La peinture est un loisir pour des femmes devant reprendre leurs places de ménagères. Peu lui en faut à Paula pour s'imposer et contraindre ses hommes de sa place. Dès le début dans la colonie d'artistes qu'elle rejoint avec son chevalet sous le bras et ses valises, Paula détonne et se démarque attirant l'oeil d'un homme souffrant de la perte de sa femme. Paula se veut être une femme libre, mais épouse Otto Modersohn en 1901 suite à leur rencontre dans la colonie d'artistes.

Un film de direction où Carla Juri prend toute la dimension nécessaire à la reconnaissance d'une comédienne sublime.

Christian Schwochow - remarqué par son travail précèdent De L'Autre Côté du Mur en 2014 – ne lâche jamais Paula. Il permet par ce film conventionnel par son aspect biopic basique de découvrir une femme anti-conformiste. Elle rejette la loi des hommes, se plaisant avec Otto qui lui laissant sa plénitude d'artiste libre. Le film suit la vie de la peintre enfermée dans cette contrée de Brême encombrée par la neige. Le réalisateur allemand narre la vie entière de Paula, de son émancipation paternelle à sa mort à l'âge de 31 ans. Christian Schwochow dresse le destin d'une femme qui vit à fond chaque chose. Brême l'étouffe, alors un matin elle part pour Paris rejoindre son amie Clara. Le long-métrage surprend par la qualité irréprochable de la reconstitution de la ville. On est dans le Paris de 1900 avec Paula qui débarque une nouvelle fois avec son chevalet et sa grosse valise. Personnage hors du commun quittant mari et famille pour se consacrer à son art trop étroit dans la froideur allemande. Paris est le berceau de sa libération artistique et féministe. Paula devient cette femme, l'artiste peintre encouragée par toute une bande qui tournoie autour d'elle. Elle s'assume et se lâche sur des centaines de toiles. À sa mort, c'est plus de 750 peintures répertoriées à son actif. Une œuvre incommensurable pour une femme. Ne parlons juste pas des simples dessins. De cette vie, Christian Schwochow construit un récit sur la liberté, la vie et l'émancipation de l'art pour une femme prise dans les conventions d'une époque misogyne. Pendant ce temps, dans sa petite chambre, Paula développe son propre langage pictural, elle réinvente l'art par petites touches et sous des couches de peinture leur procurant un certain relief inouï.

Une peinture soignée dont l'académisme de la mise en scène ne permet jamais l'émancipation du portrait d'une femme libre.

De cette peinture féministe et sincère, on regrettera le manque de prise de risque de la part du metteur en scène allemand. Le film est beau, mais navigue trop facilement dans un soin académique. Le film n'arrive jamais un prendre le moindre relief. Paula est un film de direction où Carla Juri (à découvrir bientôt dans Blade Runner 2049 et Brimstone) prend toute la dimension nécessaire à la reconnaissance d'une comédienne sublime. Considérée comme une des actrices les plus prometteuses de sa génération, elle donne forme et dynamisme à Paula nous accrochant à ce film classieux à l'image soignée, peinture d'une époque tourmentée entre les conventions sociales, l'émancipation artistique et la liberté de la femme. Paula en est la représentation parfaite, modèle de générations futures, ayant cassé les codes pour s'assouvir en tant que femme et artiste. Et le film le montre parfaitement.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Informations

Détails du Film Paula (Paula - Mein Leben soll ein Fest sein)
Origine France - Allemagne Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame - Biopic
Version Cinéma Durée 123 '
Sortie 01/03/2017 Reprise -
Réalisateur Christian Schwochow Compositeur
Casting Carla Juri - Albrecht Abraham Schuch
Synopsis 1900, Nord de l’Allemagne. Paula Becker a 24 ans et veut la liberté, la gloire, le droit de jouir de son corps, et peindre avant tout. Malgré l’amour et l’admiration de son mari, le peintre Otto Modersohn, le manque de reconnaissance la pousse à tout quitter pour Paris, la ville des artistes. Elle entreprend dès lors une aventure qui va bouleverser son destin. Paula Modersohn Becker devient la première femme peintre à imposer son propre langage pictural. Distributeur Happiness Distribution / Pyramide Distribution

Par Mathieu Le Berre