CRITIQUE La Maison de la Mort (The Old Dark House)

La Maison de la Mort

Critique du Film

Egalement édité chez Elephant Films aux côtés de L’île du docteur Moreau, Double assassinat dans la rue Morgue et Le Fantôme vivant, La maison de la mort est une savoureuse découverte, peut-être la plus macabre et la plus divertissante de la collection.

Réalisé en 1932 par un James Whale tout juste sorti du succès de Frankenstein, La maison de la mort (auparavant titré Une soirée étrange en France) est un thriller macabre dans lequel on trouve une maison inquiétante avec ses secrets, ses recoins sombres et sa famille dysfonctionnelle. Tout ce qu’il faut pour passer une bonne soirée donc.

Maison macabre, recoins étranges, nuit d'orage, serviteur mutique, frère pyromane... Orchestré par James Whale, La maison de la mort est sacrément divertissant.

Le film nous raconte la mésaventure de plusieurs personnes qui, par une nuit d’orage, ne trouvent pas d’autre refuge qu’une vieille maison habitée par un frère, sa sœur et leur inquiétant serviteur massif et mutique, forcément campé par Boris Karloff, une fois de plus méconnaissable. Très vite, la présence de ces nouveaux venus ne tarde pas de troubler les lieux, abritant un vieillard centenaire et un fou pyromane. Evidemment, le film étant une série B, tout va très vite. Les personnages débarquent, se confrontent aux secrets de la maison et à peine a-t-on le temps de souffler que les voilà déjà repartis. La courte durée du film (1h10) lui permet néanmoins de créer une atmosphère bien particulière. Metteur en scène inventif, Whale collabore avec le directeur de la photographie Arthur Edeson (qui avait déjà travaillé sur Frankenstein et qui donnera naissance aux images de L’homme invisible ou Casablanca) pour mieux faire trembler son spectateur : les couloirs sombres sont terrifiants tandis que les jeux de lumière ne manquent pas de souligner l’étrangeté qui règne dans la maison.

Si la mise en scène est très belle, le scénario aurait pu être plus soigné. Les personnages sont rapidement esquissés, tombent amoureux et font des projets de mariage en une nuit. Au-delà d’un certain manque de crédibilité dans les relations développées (que des acteurs comme Melvyn Douglas, Charles Laughton, Gloria Stuart ou Lillian Bond parviennent à rendre justes), on regrettera que le scénario n’ait pas plus poussé le potentiel de son décor et de toutes ses possibilités pour livrer le film macabre que l’on était en mesure d’attendre. Reste un moment hautement divertissement, idéal à visionner par une belle soirée orageuse.

Note : Intéressant dans son ensemble. Verdict : Intéressant dans son ensemble.

Alexandre Coudray

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.