Critique Quelques minutes après minuit (A Monster Calls)

Quelques minutes après minuit
Critique du film Quelques minutes après minuit réalisé par Juan Antonio Bayona avec Felicity Jones et Sigourney Weaver.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

C'est l'histoire d'un jeune garçon invisible. Un garçon trop mûr pour être un enfant, mais trop jeune pour être un adulte. Ce garçon est Conor, vivant avec sa mère atteinte d'un cancer. Son père est à Los Angeles avec sa nouvelle famille. Conor est un enfant solitaire, sans réels repères autres que la tendresse fragile de sa mère et le besoin de s'en occuper.
À l'école, il est le souffre-douleur de camarades qui se font un plaisir de lui faire du mal. Sa seule échappatoire est ses dessins sublimes dessinés le soir à la tombée de la nuit. Conor rêve de fantastique pour échapper à son quotidien. Comme tout garçon seul, il s'échappe dans ses libertés utopiques pour mieux assumer sa vie d'enfant. Mais un soir, il voit l'arbre du cimetière prendre vie et venir à lui. Conor va alors apprendre des leçons de vie et de courage entre rêves et réalités.

Image 1 - Quelques Minutes après minuitTroisième long-métrage de Juan Antonio Bayona avec L'orphelinat en 2008 et The Impossible en 2012, Quelques Minutes après Minuit est l'adaptation éponyme d'un roman de Patrick Ness. L'auteur s'occupe ici du scénario transposant un univers repris de Siobhan Dowd, écrivaine décédée d'un cancer, à l'origine des premières ébauches du roman.
Quelques Minutes après Minuit ne pouvaient échapper à J.A Bayona tant les parallèles entre ses films et l'histoire sont identifiables. Bayona a nourri son travail d'une vision magnifique sur la mort et le deuil. La famille est la composante essentielle d'un cinéma qui se construit petit à petit autour d'un épicentre tel un Steven Spielberg latin. Entre superbe et délicatesse, Bayona ne s'efface jamais devant les effets, bien au contraire. Le réalisateur espagnol se centre autour d'une histoire ou de contes sombres comme L'orphelinat ou Quelques Minutes après Minuit pour se pencher sur des personnages emplis d'une tristesse profonde. Entre une mère ayant perdu son fils et un enfant perdant pied face à la perte de sa mère, L'orphelinat et Quelques Minutes après Minuit agissent comme des chapitres composant un cinéma autour de la famille, la perte et la mort. Avec ce nouveau film, J.A Bayona inverse les codes de son premier essai pour voir un enfant perdre sa mère et faire face à un père absent. Interprété avec retenue et talent par Lewis Macdougall (Pan), Conor s'échappe dans le fantastique pour mieux perdre le sens de la réalité. Il croit en ce monstre appelé pour le guérir d'un mal le rongeant de l'intérieur. Il appelle ce monstre prenant racine dans son inconscient pour pallier son courage d'affronter la maladie de sa mère.

Un rêve de coton dont s'applique J.A Bayona avec force et conviction à rendre magique.

Quelques Minutes après Minuit est le conte magnifique attendu depuis longtemps. Sombre et franc avec le spectateur, le film n'esbroufe jamais l'émotion et le niveau des réalités. Dès les premiers instants, le spectateur prend le courant fantasmé d'un enfant perdant pied. Comme tout enfant face au désarroi et à l'inconnu, Conor se plonge dans son antre intérieur entre dessin et cinéma. Ce n'est pas pour rien qu'il appelle le monstre en lui après la projection en 16mm de King Kong dans le salon par sa mère. Le réel dernier moment mère/fils avant le chemin qui va amener l'enfant vers l'éternel. L'éternel d'une vie à être seul, le réconfort de sa grand-mère trouvant écho une fois le deuil de son enfance accompli.

Image 2 - Quelques Minutes après MinuitQuelques Minutes après Minuit est un conte amenant les enfants sur le chemin de la conscience adulte. Ce long chemin où les embuches sont des histoires sombres et incompréhensibles représentées dans le film par des sublimes animations en aquarelles. Le monstre lui conte trois histoires conduisant Conor à grandir et voir la réalité devant ses yeux. À lui ensuite de narrer la quatrième et dernière histoire, celle que jugera le monstre pour partir laissant l'enfant devenu grand face à la vie.

Partir dans les émotions d'un enfant est d'une noirceur douce. Un rêve de coton dont s'applique J.A Bayona avec force et conviction à rendre magique. Quelques Minutes après Minuit est un long-métrage d'une tristesse rare, une tristesse qui emmène le spectateur vers un bonheur de cinéma dont peu arrive à atteindre l'impossible émotionnel. Juan Antonio Bayona en fait aujourd'hui partie grâce à un film profond et magnifique. Et arriver à cela en seulement trois films, c'est remarquable.

Informations

Détails du Film Quelques minutes après minuit (A Monster Calls)
Origine Etats Unis - Angleterre - Espagne - Canada Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame - Fantastique
Version Cinéma Durée 108 '
Sortie 04/01/2017 Reprise -
Réalisateur Juan Antonio Bayona Compositeur Fernando Velázquez
Casting Sigourney Weaver - Liam Neeson - Toby Kebbell - Géraldine Chaplin - Felicity Jones - Lewis MacDougall
Synopsis Pour échapper à son quotidien se partageant entre la maladie de sa mère et les humiliations répétées de ses camarades de classe, un jeune garçon se réfugie dans un monde imaginaire digne des contes de fées, où il est question de courage, de perte et de foi.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques