CRITIQUE : Démons et merveilles


Démons et merveilles

Critique du Film d'Animation

En cette année 2016, Jean-Manuel Costa est un nom qui parlera aux férus d'animation et aux plus cinéphiles d'entre nous. Le réalisateur, qui s'est fait un nom dans le cinéma d'animation avec des courts-métrages inventifs, fantastiques et poétiques, n'est jamais passé par le long-métrage. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir développé tout au long de sa fructueuse carrière une vraie identité de cinéaste à la patte facilement reconnaissable. Gros cadeau de Noël en cette fin d'année, Rimini Editions sort l'intégrale de ses films à travers Démons et merveilles, coffret regroupant 14 films et quatre documentaires. Tout Jean-Manuel Costa en un seul coffret en somme.

Et la vision des œuvres de ce réalisateur est un vrai délice, une plongée dans un imaginaire fou que n'aurait pas renié Georges Méliès et Paul Grimault, une traversée dans un univers parcouru de rêves, de cauchemars et de créatures fantastiques. Avec un goût prononcé pour la stop-motion et les affrontements dantesques entre créatures mythologiques, Jean-Manuel Costa n'a clairement pas volé son surnom de Ray Harryhausen français.

Certes, dans les inédits que nous découvrons dans le coffret, on peut apercevoir les débuts du cinéaste, parfois un peu balbutiants. On y sent déjà une originalité formelle (recréer le jour du Débarquement de Normandie avec des images d'archives mais aussi des figurines animées dans D-Day) et l'envie de donner corps à des créatures titanesques lors d'affrontements épiques (Le feu sacré mais aussi l'inachevé Galaxy Kong dont le titre laisse rêveur). Plus rare dans le parcours de Jean-Manuel Costa, quelques films réalisés en animation classique se dévoilent : le cartoonesque Docteur Débil et Mister X ainsi que le tendre La Fleur et le Chien. La recherche formelle du cinéaste ne s'arrête pas là puisqu'il mettra en scène un homme aux prises avec une soucoupe volante dans Rencontre fatale mêlant prises de vues réelles et animation et qu'il donnera vie à une multitude de papiers dans le très beau Histoire de papier, son dernier film à ce jour, réalisé en 1994.

Invitations au voyage et à la rêverie, les films de Jean-Manuel Costa viennent titiller notre imaginaire et nous offrent un monde peuplé de créatures mythologiques et de magie.

Si les inédits de Jean-Manuel Costa sont très intéressants, c'est vraiment les films désignés comme ses ''classiques'' qui ont toute notre fascination. Dans une atmosphère inquiétante, il adapte un conte d'Hoffman dans Un amour d'Hoffman tandis qu'il lorgne vers quelque chose de plus amusant et plus spectaculaire dans La Ballerine et le Ramoneur. Et puis il y a La Tendresse du Maudit et Le Voyage d'Orphée, ses deux films Césarisés en 1982 et 1984. Dans ces deux récits fantastiques où l'onirisme côtoie plus que jamais un univers cauchemardesque, Jean-Manuel Costa déploie un univers qui renvoie directement à la mythologie et à l'imaginaire enfantin avec une qualité d'animation ébouriffante. Et une limpidité franchement renversante dans le scénario.

Le Voyage d'Orphée, adaptation directe de la mythologie grecque voit Orphée descendre aux Enfers pour y retrouver Eurydice. C'est dans ce film qu'on sent le plus l'influence de Ray Harryhausen chez Jean-Manuel Costa avec un parcours semé d'embûches et des rencontres fâcheuses avec un démon cracheur de feu ou Cerbère. Mais c'est franchement La Tendresse du Maudit qui achève de nous transporter dans un monde singulier où Costa n'hésite pas à flirter avec une sensation de cauchemar permanente en laissant une gargouille de Notre-Dame de Paris prendre vie dans un Paris dévasté par on ne sait quel conflit. Déambulant dans un monde déserté de toute vie, cette gargouille fera une rencontre sinistre...

Sachant venir hanter notre imaginaire d'une façon singulière, l'univers de Jean-Manuel Costa est peuplé de monstres, de mythologie, de magie, de poésie et de fantastique. Il est d'ailleurs étonnant de remarquer à quel point ses films sont capables de nous parler, de nous émerveiller et de laisser parfois planer un certain sentiment de malaise notamment lorsqu'il filme Notre-Dame désertée de toute vie dans La Tendresse du Maudit. Chez Jean-Manuel Costa, il n'y a pas de concessions, il faut simplement se laisser embarquer pour le voyage et accepter d'en revenir changé, transformés par ces Démons et merveilles...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Informations

Détails du Film d'Animation Démons et merveilles
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film d'Animation Genre Animation - Fantastique
Version Intégrale Durée 165 '
Sortie 15/11/2016 Reprise -
Réalisateur Jean-Manuel Costa Compositeur Multiples
Casting
Synopsis Jean Manuel Costa est un réalisateur de courts métrages et l'un des spécialistes français de l'animation. Ses courts-métrages qui mêlent fantastique et poésie, lui ont valut de multiples récompenses dont deux César et le titre de "Ray Harryhausen français" décerné par L’Écran Fantastique. Ils sont présentés ici en version restaurée.

Par Alexandre Coudray