CRITIQUE : Paterson


Paterson

Critique du Film

Dans le nouveau film de Jim Jarmusch, en sept jours, on va faire la connaissance de Paterson (Adam Driver, excellemment dirigé dans la rétention), conducteur de bus qui habite à Paterson, une ville homonyme du New Jersey qui a vu naître des poètes renommés comme William Carlos Williams ou Allan Ginsberg. Paterson, le chauffeur de bus, a une vocation secrète, l’écriture de poèmes qu’il confie à son petit carnet. Il a donc une double vie : la vie apparente, sa vie professionnelle de chauffeur de bus, et sa vie intérieure qui n’est que poésie.

Paterson est un très beau film qui fait ressentir au plus près des émotions la vie d’un poète empêché de tout dédier à sa passion.

Tout est double d’ailleurs dans Paterson, le film : le personnage se nomme Paterson (on ne connaîtra jamais son prénom) et vit dans une ville du nom de Paterson. Sa compagne Laura veut avoir des jumelles. Il croise d’ailleurs dans l’une des premières séquences du film deux vieux jumeaux sur un banc. A côté d’un entrepôt, il fera également la connaissance d’une poétesse adolescente qui s’avérera être une sœur jumelle. Enfin dans un dialogue final, Paterson évoquera avec un Japonais les artistes qui avaient une vie double : Jean Dubuffet, peintre et météorologiste, William Carlos Williams, poète et médecin. Paterson est donc un film sur le thème du double : l’être clivé entre une profession alimentaire et son véritable moi intérieur.

Il ne se passe pas grand’chose dans Paterson mais cela ne revêt absolument aucune importance. Tous les jours de la semaine, sauf le week-end, Paterson se réveillera à 6h30 et écrira des poèmes de bon matin. Il conduira son bus et jettera une oreille discrète aux conversations de ses passagers. Sa femme cuisinera des cupcakes pour une vente prévue samedi. Le soir, Paterson promènera son chien Melvin et s’arrêtera toujours dans le même bar pour discuter avec le même barman qui connaît tout sur Paterson, la ville. Plus le film avancera, plus le spectateur se demandera si les personnages s’écarteront de leur routine et si Jarmusch tiendra le pari insensé de faire un film sans le moindre argument dramatique. La réponse est oui, Jarmusch a osé et cette entreprise a rarement été aussi réussie.

A partir d’infimes variations, de journée en journée, Jarmusch fait naître discrètement une poésie du quotidien équivalente aux poèmes écrits par Ron Badgett qui s’inscrivent directement à l’écran. Dans ces très beaux poèmes, il est question d’allumettes, de cheveux comparables à l’eau de la pluie, d’amour absolu. Jarmusch, pour les illustrer, utilise des surimpressions d’images (une cascade, le visage de la sublime Golshifiteh Farahani) ainsi qu’une musique atmosphérique, magnifique, qu’il a lui-même composée avec son acolyte, Carter Logan.

Sans avoir l’air d’y toucher, Paterson le film transporte assez vite dans une autre dimension, celle de la vie intérieure de Paterson, le personnage. Il rend ainsi son honneur à une profession souvent injustement méprisée. Qui pouvait bien se préoccuper auparavant de la vie intérieure d’un chauffeur de bus ? Or, si Paterson évoque quelques mots, ce sont ceux d'élégance morale et de dignité : Jarmusch ne prend jamais ses personnages de haut ; quoi qu'ils fassent, il les aime et réussit à nous les faire aimer dans leur extravagance et leur fantaisie.

« Les pages vides sont parfois davantage faites pour permettre de nouvelles possibilités » entendra-t-on à la fin du film. Après avoir écrit chaque matin dans son petit carnet, Paterson va s’en trouver démuni et découvrir dans cette dépossession de ses poèmes l’occasion d’une nouvelle naissance. Paterson, le film, renvoie donc en fait à la beauté du monde et au fait de vouloir la sauvegarder en soi, comme un cadeau qui représente en lui-même sa propre récompense. Sans argument dramatique, à proprement parler, Paterson est ainsi un très beau film qui fait ressentir au plus près des émotions la vie d’un poète empêché de tout dédier à sa passion.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Informations

Détails du Film Paterson
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 118 '
Sortie 21/12/2016 Reprise -
Réalisateur Jim Jarmusch Compositeur Jim Jarmusch - Carter Logan
Casting Golshifteh Farahani - Kara Hayward - Adam Driver
Synopsis Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

Par David Speranski