Critique Sex Doll

Sex Doll
Critique de Sex Doll, réalisé par Sylvie Verheyde, avec Hafsia Herzi, Karole Rocher.

Verdict Note : A louper sans aucun regret. A louper sans aucun regret.

Par David Speranski

Critique du Film

Elle s’appelle Virginie, elle est jeune et jolie, comme dans les magazines féminins. Elle vit à Londres depuis quelques temps et exerce le métier d’escorte de luxe.  Quand on lui demande ce qu'elle fait, elle prétend être agent immobilier. Mais cela ne trompe presque personne…

Il existe deux manières de traiter du problème de la prostitution : soit de manière désincarnée, abstraite, en faisant des protagonistes des variantes de saintes, cf. Les Fleurs de Shanghai, l’Apollonide, etc. , soit de manière naturaliste et assez trash, en utilisant le langage de la rue, cf. Much Loved, Taxi Driver. Comme on peut le constater à l’énoncé des films, il ne s’agit pas ici de porter un jugement de valeur, moral sur le problème, de le condamner ou de le glorifier, ni de choisir entre l’une de ces deux options qui, esthétiquement, peuvent toutes les deux se trouver valables.

Le souci dans Sex Doll, c’est que Sylvie Verheyde ne choisit aucune des deux voies, ni abstraite ni naturaliste-trash, et se contente d’un entre-deux insatisfaisant, banalement quotidien, en pensant en inventer une troisième.

Le souci dans Sex Doll, c’est que Sylvie Verheyde ne choisit aucune des deux voies et se contente d’un entre-deux, en pensant en inventer une troisième. Par conséquent, Virginie ne sera ni sainte ni trash mais simplement une jeune femme d’aujourd’hui qui, accessoirement, se livrera à la prostitution. Elle croisera un jeune homme aux intentions troubles. Est-il simplement amoureux d’elle ou cherche-t-il à offrir une rédemption aux adolescentes attirées par ce piège de l’argent, ce miroir aux alouettes ?

On devine à la toute dernière réplique du film que Sylvie Verheyde qui avait fait quelques films intéressants (Stella, Confessions d’un enfant du siècle) vise une option très bressonienne dans la lignée de Pickpocket et de sa belle réplique finale « oh Jeanne, quel long chemin il m’a fallu pour aller jusqu’à toi » pour raconter une histoire d’amour qui n’ose dire son nom. Néanmoins son objectif est complétement invalidé par toutes les scènes qui précèdent : l’inscription dans le quotidien qui, sans être sordide, est extrêmement ennuyeux (les bavardages avec la famille de Virginie, en particulier sa sœur) et surtout une séquence de partie fine avec un homme âgé qui bat tous les records de ridicule et d’absence de crédibilité et d’intérêt cinématographique. Dans cet écheveau de banalités, on retiendra uniquement Hafsia Herzi, toujours aussi séduisante, ce qui n’est plus un scoop depuis La Graine et le mulet.

En l’occurrence, pour trouver une troisième voie intéressante, pour traiter de ce problème, il vaut mieux regarder The Girlfriend experience, adaptation télévisuelle du film de Soderbergh par Amy Seimetz et Lodge Kerrigan, où tous les rapports humains semblent passer sous le glacis monétisé des relations d’affaires et où les escortes semblent des vampires en puissance. Voilà une vision bien plus innovante et provocatrice du phénomène ; il n’est pas très étonnant aujourd’hui, mais paradoxal, que ce soit la télévision qui la propose, et non le cinéma. 

Informations

Détails du Film Sex Doll
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 102 '
Sortie 07/12/2016 Reprise -
Réalisateur Sylvie Verheyde Compositeur
Casting Karole Rocher - Hafsia Herzi
Synopsis Je m’appelle Virginie je suis encore jeune.Je suis pute. On ne peut pas le dire autrement, de luxe. Là où j’en suis, c’est ce qui pouvait m’arriver de mieux.Je suis indépendante. Je sais me faire respecter. Je gagne très bien ma vie. Et puis je l’ai rencontré. Même pas aimable, même pas riche. Le genre de mec qui a une mission. Une catastrophe…Il cherche la merde et il va la trouver. Et moi avec lui.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques