Critique Les Doors (The Doors)

Les Doors
Critique de The Doors d'Oliver Stone

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Man-ting SRON

Critique du Film

Oliver Stone réalise en 1991 un film sur le groupe The Doors. Ce projet marque une pause dans la carrière engagée du réalisateur. C’est un biopic sur un des groupes les plus mythiques des années 60. Pour les fans de rock, on se rappelle aisément le charisme du leader Jim Morrison, artiste de renommée mondiale.

Ce film prend le nom du groupe mais l’intégralité du film se centre sur le leader. Il retrace les moments forts d’une figure emblématique du rock par son style musical et vestimentaire : chemise en soie parfois déboutonnée jusqu’à dévoiler son torse et pantalon en cuir moulant. Val Kilmer incarne le chanteur avec brio. L’acteur est convaincant dans ce personnage rempli de fougue et de folie. Il dégage un certain goût pour la mort comme un Edgar Allan Poe sous acide. Ce personnage aime la mort plus que la vie. Cette dernière est un moteur qui rythme la vie du personnage. Il n’a pas peur de la mort, au contraire, il adore cette dernière plus que la vie qui n’apporte que souffrance.

un certain goût pour la mort comme un Edgar Allan Poe sous acide

Ce personnage est déchiré par son goût pour la mort et son incapacité à se faire du mal. Il demande à Pamela (Meg Ryan), sa femme de l’aimer jusqu’à mourir pour lui. Lors d’une de ses infidélités, il décide de goûter du sang avec Patricia (Kathleen Quinlan). Après s’être tailladée le poignet, elle lui tend le couteau mais il ne peut se couper seul. Ou encore durant un repas pour Thanksgiving, son épouse tente de le poignarder ce à quoi il répond “Alors tue-moi ! Vas-y, tue-moi !”. Leur histoire est par ailleurs très passionnelle. Leur rencontre est assez fantasmée. A mesure que leur relation amoureuse évolue, les deux personnages s’entretuent à tels points que Jim décide de l’enfermer dans son dressing et d’y mettre le feu. Le protagoniste est exécrable montrant un comportement violent et excessif envers son épouse.

Le film dépeint deux facettes de sa vie, le succès de son groupe ; son talent parfois incompris de certains et sa vie personnelle où l’alcool et les drogues sont très présents. Malgré un traitement moins engagé du cinéaste, certaines images d’archives diffusées dans le film renvoient à la guerre du Vietnam. Même s’il ne s’agit pas d’un film politique, Oliver Stone en conserve tout de même une certaine dimension plus rock'n'roll.

A la manière de Dionysos, dieu grec du vin, des arts dramatiques et de l’extase, Val Kilmer joue ici, un gourou du rock’n’roll

The Doors s’ouvre sur l’enfance du chanteur durant un voyage en famille de Santa Fe à Albuquerque lorsqu’il est face à un accident. Un Amérindien blessé est allongé sur le bord de la route. Cet événement traumatisant marque la vie du chanteur. Et le réalisateur le souligne par l’apparition de cet homme lors de périodes de transe. Oliver Stone traite les périodes d’hallucination de façon particulière. Les apparitions du vieil Amérindien et de Jim, enfant, sont très réalistes. Elles se fondent dans la masse comme un espace-temps lié à la réalité du chanteur. La scène de transe la plus marquante est celle le mettant en scène dans une grotte face à cet Amérindien. À travers ces rêveries, la quête identitaire est une thématique profonde qui semble avoir rongé le chanteur. Il ne sait pas ce qu’il est exactement (fils, chanteur, poète, réalisateur, époux, père, gourou). Son instabilité identitaire est le reflet d’une quête perpétuelle qui le noie dans l’alcool et la drogue. Il reste tourmenter par l’accident qu’il a vu étant petit. Le mysticisme autour des Amérindiens se reflète dans sa manière de concevoir la vie. Avec son groupe, il désire créer sa religion. A la manière de Dionysos, dieu grec du vin, des arts dramatiques et de l’extase, Val Kilmer joue ici, un gourou du rock’n’roll se déplaçant toujours avec une bouteille d’alcool à la main tout étant un artiste reconnu et méconnu dans différents domaines (cinéaste, poète et chanteur) sans oublier son goût pour les belles femmes.

Avec ce biopic, Oliver Stone n’apporte rien de plus à l’image du chanteur. Le film présente avant tout sa vie d’artiste en énonçant très brièvement ses études dans le cinéma, son goût pour l’avant-garde française et ses poèmes. Sa vie personnelle est aussi traitée. On le découvre violent et infidèle. Val Kilmer tient parfaitement le rôle du chanteur dans sa gestuelle et sa démarche dégageant une dominance importante de la mort. La mort déchire ce personnage. La mort de l’Amérindien hante ses moments d’hallucination. Ce traumatisme l’empêche de se connaître lui-même plongé dans une quête identitaire sans fin. Il préfère la mort à la vie mais ne peut s’enlever la vie soi-même. Dans cette incapacité, ce personnage illustre un parfait gourou comme il l’entend être en créant ce groupe se comparant à Dionysos.

Informations

Détails du Film Les Doors (The Doors)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Biopic
Version Cinéma Durée 120 '
Sortie 30/04/1991 Reprise -
Réalisateur Oliver Stone Compositeur The Doors
Casting Val Kilmer - Meg Ryan - Michael Madsen - Kyle MacLachlan - Kevin Dillon
Synopsis L'ascension de Jim Morrison jusqu'au sommet de la gloire, et à travers lui, l'histoire d'un des plus célèbres groupes de rock de tous les temps : les Doors.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques