Critique Miss Peregrine et les enfants particuliers (Miss Peregrine's home for peculiar children)

Miss Peregrine et les enfants particuliers
Avec Miss Peregrine, Tim Burton se montre toujours aussi à l'aise pour créer un univers baroque et fantastique mais le récit manque de limpidité et de surprises pour complètement marquer.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Un film de Tim Burton est toujours un événement en soi. Il fait partie de ces cinéastes qui ont suffisamment assis leur réputation pour que leur nom veuille encore dire quelque chose et que l'on se déplace pour voir leurs films uniquement parce qu'ils l'ont réalisé. Et en dépit de ses décevantes dernières œuvres (le très moyen Big Eyes, l'affreux Alice au pays des merveilles), Burton a suffisamment construit sa carrière pour que ce Miss Peregrine et les enfants particuliers fasse envie.

Il faut dire que le matériau de base, un roman de Ransom Riggs, avait de quoi attirer le cinéaste. Il y est question de Jake, un ado découvrant que toutes les histoires que lui racontaient son grand-père étaient vraies : il y a bien un orphelinat coincé dans un boucle temporelle sur une petite île du Pays de Galle, il y a bien des enfants aux pouvoirs particuliers (une jeune fille s'envolant sans ses semelles de plomb, une pyrokinésiste, un garçon invisible, des jumeaux étranges, un garçon avec des abeilles en lui et encore d'autres surprises...), il y a bien la douce Miss Peregrine qui supervise ce foyer et il y a bien de méchants Sépulcreux qui veulent trouver les enfants et qui dévorent des yeux pour retrouver leur forme humaine. Tout cet univers avait de quoi parler à Burton et sur un scénario de Jane Goldman, le cinéaste le met en place avec un plaisir évident, jouant sur de sympathiques touches d'humour (le garçon invisible qui veut tout le temps se mettre tout nu) et des références visuelles qui lui tiennent à cœur (on pense beaucoup à Ray Harryhausen par le biais du pouvoir d'un garçon pouvant animer ce qu'il veut).

Avec Miss Peregrine, Tim Burton se montre toujours aussi à l'aise pour créer un univers baroque et fantastique mais le récit manque de limpidité et de surprises pour complètement marquer.

Si la touche Burton se ressent dans l'univers, dans les personnages et dans leur façon de se faire accepter au sein de leur propre monde coincé dans le passé, force est de reconnaître que Miss Peregrine et les enfants particuliers manque de souffle. La narration est assez fluide dans la deuxième partie mais s'avère assez laborieuse dans la première partie alors que les questions de Jake fusent et que Miss Peregrine doit lui répondre, lui permettant (ainsi qu'au spectateur) de mieux comprendre comment l'univers du film fonctionne. Ainsi l'intrigue se lance vraiment et si l'on appréciera les trouvailles du climax à base de train fantôme, de fête foraine et de squelettes attaquants d'ignobles monstres mangeurs d'yeux, force est de reconnaître que le côté trop manichéen de l'ensemble l'empêche d'être franchement réussi. Si la place accordée aux jeunes acteurs est importante (notamment pour Asa Butterfield et Ella Purnell), Eva Green et Samuel L. Jackson n'ont pas les meilleurs rôles. La présence de Green est savoureuse mais trop diaphane pour être vraiment intéressante tandis que L. Jackson cabotine en s'amusant, coincé dans un personnage assez cartoonesque. C'est dommage pour Green dont le physique et le charisme mériterait d'être mieux exploités dans un univers Burtonien (elle était sexy mais très secondaire dans Dark Shadows) tandis qu'on s'attendait à un peu plus de piquant de la part de la première collaboration entre Burton et L. Jackson.

S'il charme par son atmosphère, ses trouvailles visuelles et son émotion, Miss Peregrine est tout de même une œuvre avec le cul entre deux chaises. S'il est un film de Tim Burton, il porte tout de même les marques d'un divertissement hollywoodien étriqué par ses conventions et l'effet de surprise de cet X-Men baroque n'est pas à la hauteur de ce que l'on attendait. Peut-être est-ce aussi le problème du film : il aurait été réalisé par un autre cinéaste, on se serait peut-être plus facilement contenté du résultat final. Forcément avec Burton la barre est plus haute et il faut avouer que le réalisateur a du mal à se renouveler même s'il maîtrise parfaitement la forme de son univers qui, au final, manque de limpidité. Une œuvre charmante et joliment divertissante, preuve que Burton a encore un peu de magie à revendre à défaut d'un retour en grâce tant espéré.

Informations

Détails du Film Miss Peregrine et les enfants particuliers (Miss Peregrine's home for peculiar children)
Origine Etats Unis - Angleterre - Belgique Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Fantastique - Famille
Version Cinéma Durée 127 '
Sortie 05/10/2016 Reprise -
Réalisateur Tim Burton Compositeur Matthew Margeson - Michael Higham
Casting Samuel L. Jackson - Chris O'Dowd - Asa Butterfield - Ella Purnell - Eva Green - Terence Stamp
Synopsis A la mort de son grand-père, Jacob découvre l'existence d'un monde mystérieux. Plusieurs indices le mènent dans ce lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s'amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs... et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre "particularité" peut sauver ses nouveaux amis.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques