Critique La Chute des Hommes

La Chute des Hommes
Cheyenne-Marie Carron filme plus vite que son ombre. Dans une dynamique «alleniene», elle met en scène son nouveau film, La Chute des Hommes, après l'intéressant Patries en 2015.

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Cheyenne-Marie Carron filme plus vite que son ombre. Dans une dynamique «alleniene», elle met en scène son nouveau film, La Chute des Hommes, après l'intéressant Patries en 2015. De son cinéma apprivoisé depuis trois longs-métrages maintenant, il y est question d'identité, de religion et du monde ambiant. Cheyenne-Marie Carron aime l'homme le décryptant sous toutes les coutures. Que se passe-t-il en fonction des actes des hommes, des choix faits et des questions posées  ? Dans La Chute des Hommes, nouvelle auto-production, elle s'interroge sur ces choix de partir faire la guerre, la place des jeunes dans le monde, la question de l'identité propre, de l'assumer et la partager. Pour cela, elle se glisse en Lucie, une jeune femme passionnée de parfum. Pour approfondir ses connaissances, la jeune femme part à l'étranger dans les pays arabes en quête de senteurs et d'arômes. Mais Lucie n'arrivera jamais à destination. À son arrivée à l'aéroport, elle est kidnappée par des djihadistes.

Rare se font les cinéastes de la trempe de Cheyenne-Marie Carron. Mais établir un pays arabe en pleine forêt de Fontainebleau ou sur une plage sauvage du Sud-Ouest, forcément le film et sa crédibilité en prennent un coup.

Cheyenne-Marie Carron essaie de tout son cœur d'élaborer un récit en trois actes bénéficiant de trois visions différentes pour apporter une justesse dans l'histoire décrite. Lucie dans le premier, celui de Younes le chauffeur de taxi/kidnappeur dans le deuxième et ensuite d'Abou Abdel Rachid, membre djihadiste en quête de réponse. Une trame pertinente à la capacité intéressante de porter un discours trop moralisateur sur le problème actuel du djihadisme. Mais c'est le style (re)connu de Cheyenne-Marie Carron, une cinéaste engagée et forte.
La Chute des Hommes est la limite de son cinéma. Le film s'exclame haut et fort, beaucoup trop fort. Les dialogues sont figuratifs, dans une démonstration assumée, mais trop prononcée. Alors quand les acteurs sont limités, ça surjoue embarrassant l'écran d'un surplus inutile. Laure Lochet est mignonne, mais représente tout le tort d'un film qui cherche perpétuellement à s'exposer. Les séquences du dîner ou l'arrivée à l'aéroport et au taxi sonnent diablement fausses. Avec plusieurs visions, certaines reviennent et on revit le même instant gênant (le taxi toujours). Cheyenne-Marie Carron a travaillé avec des acteurs de talents (Mélanie Thierry, Astrid Berges-Frisbey) et a permis d'en découvrir d'autres (Fayçal Safi, Jackee TOTO, Augustin Raguenet). Avec La Chute des Hommes, ce ne sera pas le cas.

La Chute des Hommes est l'exemple type de la limite d'un cinéma auto-produit.

La Chute des Hommes traite d'un sujet polémique. Rien ne fait peur à Cheyenne-Marie Carron, surtout un tel sujet. Après L'Apôtre notamment, un sujet de base sulfureux. L'abandon de la religion musulmane pour un jeune homme se rapprochant du catholicisme. Alors la question du Djihad, de leurs pratiques et même du terrorisme, pensez-vous, elle essaie tant bien que mal de passer au travers. Mais une telle question mérite des réponses, des réponses claires et une vision propre. Il faut des moyens pour élaborer une vision certes intéressante à partager. Rare se font les cinéastes de la trempe de Cheyenne-Marie Carron. Mais établir un pays arabe en pleine forêt de Fontainebleau ou sur une plage sauvage du Sud-Ouest, forcément le film et sa crédibilité en prennent un coup. Alors on sort du film, on n'y croit plus une seule seconde. On est prostré devant un écran géant élaborant avec une forêt fleurissante et bien verte un espace arabe. Le plus gênant est la deuxième partie avec Younes et son taxi. La sortie de l'aéroport est une rue de cité dans le 93, on croise des véhicules avec les plaques françaises sur des routes normandes, visite des villages typiques français où des djihadistes tuent des prisonniers dans une ferme appartenant à André de L'Amour est dans le Pré. Mieux encore, Younes habite une cabane canadienne typique, on ne serait pas surpris de voir débarquer un caribou.

Que dire devant une intention pertinente à la mise en place sans le sou rendant trop souvent l'essai gênant ? La Chute des Hommes est l'exemple type de la limite d'un cinéma auto-produit. Cheyenne-Marie Carron n'a plus les moyens de ces ambitions, tout en ne souhaitant pas se tourner vers les producteurs et les chaînes de télévision. Elle essaie tant bien que mal de dépeindre une réalité, sa vision des choses, mais tout cela ne rentre pas, selon elle, dans le dictat politique de ces médias. Cela ne l’empêchera en aucun cas de produire son cinéma. Un cinéma qui a ses limites. Que faire ? La question est posée, le cinéma de Cheyenne-Marie Carron est apprécié, mais suite à La Chute des Hommes, le remise en question est primordiale pour retrouver un cinéma simple et adéquate envers un système de production périphérique, clandestin/rebelle et indépendant. Avec La Chute des Hommes, on est clairement face à une extrémité, un talon d’Achille prêt à céder, à se déchirer.

Informations

Détails du Film La Chute des Hommes
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 140 '
Sortie 23/11/2016 Reprise -
Réalisateur Cheyenne Carron Compositeur
Casting Laure LOCHET - Nouamen MAAMAR - François POURON - Sofiia MANOUSHA - Diane BOUCAI
Synopsis Lucie, jeune femme passionnée de parfumerie, part pour un voyage d’études à l’étranger. Son tragique destin croise celui de Younes, chauffeur de taxi sans le sou qui la livrera aux mains de ravisseurs islamistes, ainsi que celui d’Abou, djihadiste lui aussi originaire de France…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques