Critique Le Fils de Jean

Le Fils de Jean
Critique du film Le Fils de Jean.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Pierre LARVOL

Critique du Film

Film sensible librement inspiré du roman Si ce livre pouvait nous rapprocher, Le Fils de Jean est la dernière œuvre du papa de Welcome, Philippe Loiret. Un nouveau drame familial pour celui qui nous a offert il y a une décennie maintenant Je vais bien ne t’en fais pas, nous faisant découvrir au passage un Kad Mérad méconnaissable. Toujours plongé dans les thèmes de la paternité et de la famille, le réalisateur revient avec une histoire de fils à la recherche de ses origines, d’une fratrie qui lui est étrangère. Imaginé, dans son silence et ses mystères, comme une sorte de thriller, le film de Loiret a réellement quelque chose du polar familial. Assurément un savoureux mélange.

le film de Loiret a réellement quelque chose du polar familial

Mathieu, un cadre trentenaire vivant à Paris, apprend un matin que son père qu’il n’a jamais connu vient de décéder. Curieux de découvrir qui il était, mais également de rencontrer ses deux frères, le fils part au Canada, pays où vivait son père. Ce voyage outre-Atlantique, sans repère, est surtout prétexte à la rencontre d’un nouvel univers social : Mathieu, incarné par l’excellent Pierre Deladonchamps, s’aventure dans l’histoire d’inconnus. Au gré de son périple loin du vieux continent, le fils apprend à connaître son père au travers de celui qui était son grand ami, Pierre. Joué par le tout en nuance Gabriel Arcand, son personnage navigue littéralement en eaux troubles : à la fois sec et sensible, il porte dans ses non-dits une vérité que le regard expose brillamment. Le corps de Jean, le père de Mathieu, n’a jamais été retrouvé. Vraisemblablement au fond d’un lac, le malheureux ayant fait un malaise sur une petite barque, sa dépouille manquante laisse flotter une particulière odeur de mystère. Pierre, dans une véritable ambiguïté, n’achève pas le doute sur ce qui s’est passé le jour de la disparition de Jean. C’est dans cette retenue que le film puise sa force (et probablement pour certains sa faiblesse) : il est à la frontière entre la subtilité et le sentimentalisme.

Mesuré, Le Fils de Jean ne sombre heureusement pas dans le pathos, préférant conserver de bout en bout sa retenue au profit de la justesse

Un dosage assez personnel dont Philippe Loiret cultive le secret. Les relations s’installent et se bâtissent sur des mots justes, des regards, des gestes. Un fragile équilibre pour un cosmos social qui, par son silence, trahit des vies déjà bien entamées : des drames intimes gardés dignement pour soi. La liberté accordée au spectateur est appréciable : on décortique, décidé à voir sous la surface. Mesuré, Le Fils de Jean ne sombre heureusement pas dans le pathos, préférant conserver de bout en bout sa retenue au profit de la justesse et surtout, de son émouvant (mais peut-être un peu trop évident) final. Evidemment ce film pudique doit autant à ses acteurs qui arrivent avec justesses à faire vivre le microcosme familial, qu’à sa réalisation réussie. Filmé avec simplicité et intelligence, l’œuvre est doté d’un montage rythmé qui sait généralement où s’arrêter pour préserver la tension. Jonché de jolies et naturelles scènes (notamment lorsque Mathieu arrive au chalet en face du lac), le film appuis avec légèreté son propos au travers de la bande-son du compositeur Flemming Nordkrog, qui a d’ailleurs par le passé déjà collaboré avec le réalisateur pour le film Toutes nos Envies.

Entouré d’un excellent casting, le discret Philippe Lioret signe avec Le Fils de Jean une œuvre sincère qui affirme sa singularité au travers d’une belle et émouvante retenue. Si le film ne révolutionne clairement pas le cinéma du genre, il offre tout du moins un drame sensible à la croisée des chemins avec le polar familial. Pour sûr, ça mérite le coup d’œil.

Informations

Détails du Film Le Fils de Jean
Origine France - Canada Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 82 '
Sortie 31/08/2016 Reprise -
Réalisateur Compositeur Flemming Nordkrog
Casting Pierre Deladonchamps - Gabriel Arcand - Catherine de Léan
Synopsis Un matin Jean apprend que son père, qu'il n'a jamais connu, est décédé. Il quitte donc la France en direction du Canada pour en savoir plus sur lui et rencontrer ses deux frères. Malheureusement pour Jean, sur place rien ne se passe comme prévu.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques