CRITIQUE : Suicide Squad


Suicide Squad

Critique du Film

Y'a-t-il du bon à être mauvais ? La question est posée avec ce nouveau projet DC Comics et les Studios WarnerBros. Second chapitre de l'univers cinéma DC, le vent est pris à sens contraire avec la transposition des aventures du Suicide Squad. Bien avant de voir une deuxième aventure de Superman ou les aventures propres à Wonder Woman ou Batman, Warner Bros brise les codes établis mettant en avant les supers-méchants de l'univers DC Comics pour une aventure en commun des pires entités connues dans le genre comics. Projet intrigant déjà mis en image dans Assaut sur Arkham pour l'univers animé DC Comics, le Suicide Squad prend les atours d'une mission suicide pour DC et Warner. Après moult images et bandes-annonces, le projet s'est transformé à être le blockbuster le plus attendu de l'été 2016.

Il faut dire que derrière la caméra se poste David Ayer. Depuis quelques années, le réalisateur enchaîne les projets d'ambitions et des réussites totales comme End of Watch ou Fury avec Brad Pitt. Scénariste s'étant fait connaître avec les scripts de Training Day ou U-571, David Ayer est le digne héritier de metteurs en scène comme Walter Hill ou Sam Peckinpah. Qui de mieux alors pour s'occuper de la transposition des aventures des pires salauds de l'histoire du comics américain. David Ayer pense Suicide Squad comme une variation pulp des Douze Salopards de Robert Aldrich. Et le réalisateur américain ne ment pas. Le Suicide Squad nommé Force X par Amanda Waller est le rassemblement de mercenaires instables répondant au changement chaotique du monde. Suite à la mort de Superman, les autorités secrètes américaines craignent que d'autres méta-humains sèment le désordre dans le monde. La Justice League n'est pas encore créée, alors Amanda Waller réunit de façon confidentielle une bande de parias capable de répondre présent pour contenir les possibles menaces.

Avec ce nouvel essai sombre, DC Comics se démarque une bonne foi pour toute de son homologue Marvel.

Nouveau chapitre de l'univers DC Comics mis en place depuis Man of Steel, Suicide Squad est l'épisode présentant la galerie des némésis de nos futurs compagnons de la Justice League. Si elle regroupe une plus grande partie des méchants de l'univers de Batman, Boomerang est là pour nous dévoiler un peu plus du potentiel de Flash. Apparaissant l'espace de deux minutes, l'éclair interprété par Ezra Miller reste toujours un mystère. Même Batman bien présent en introduction sera une ombre planante sur quelques tableaux exposant la galerie des supers-vilains.
Car très vite, les anti-héros prennent leurs marques. Et quelle équipe nous avons le droit ! Suicide Squad réussit le tour de force à faire exister chacun des personnages présents à l'écran. Si la mise en scène se concentre principalement sur Deadshot et Harley Quinn, Diablo s'enflamme dans un combat titanesque, Killer Croc joue de son physique à constamment envahir l'écran et Katana fend le cœur de son sabre par un destin dramatique. Mais les personnages principaux restent Deadshot et Harley Quinn. Will Smith vise juste à être ce père faisant tout pour retrouver une légitimité auprès de sa fille, Harley domine le groupe à être une schizophrène comique et incontrôlable.

Suicide Squad est une histoire d'amour magnifique.

Suicide Squad, outre le fait d'être un film d'action bourrin, est une histoire d'amour magnifique. Une romance entre Harley Quinn et le Joker reprise depuis les prémices dans l'antre de l'asile d'Arkham. Les péripéties du groupe seront perpétuellement saupoudrées d'aller-retour dans la mémoire du Joker et Harley. Leur rencontre suivie du sacrifice du docteur Quinzel par un lavage de cerveau et une baignade de minuit chimique et coloré. David Ayer surprend par ce traitement inattendu du couple Joker/Harley. Le réalisateur narre une magnifique histoire d'amour, un lien fort poussant le Joker à essayer coûte que coûte de récupérer sa bien-aimée. Une course poursuite shakespearienne sublime qui trouvera son climax dans une séquence ne tenant qu'à un fil.

Le Joker, parlons-en justement. Si Heath Ledger ou Jack Nicholson ont marqués de leurs empreintes un rôle hors du commun, Jared Leto réussit l'exploit de se mettre à leurs hauteurs. Imprévisible, psychotique, on peine à regarder le personnage droit dans les yeux. Le Joker, à chaque apparition, sème un froid malsain. Que ce soit en réunion avec le docteur Quinzel ou dans le Night-Club face au personnage de Common, le Joker est incontrôlable, imperturbable, pire cauchemardesque. Le fond de son regard est noir, sa présence à l'écran met le spectateur mal à l'aise dans son fauteuil, l'ombre du personnage hantera vos nuits. Monsieur J hérisse le poil de peur en dépit d'un temps de présence limité. Et David Ayer sait sa réussite à l'avoir transposé de magnifique manière. La mise en scène se met au pied du personnage lui permettant d'assurer une caractérisation presque parfaite, comme lors de l'attaque de l’hélicoptère, dans son appartement allongé au milieu de son arsenal ou cette séquence terrifiante dans l'arrière-cuisine du casino clandestin.

Imprévisible, psychotique, Jared Leto est un Joker incontrôlable, imperturbable, pire cauchemardesque.

Suicide Squad est le chapitre crucial dans la progression du monde DC Comics au cinéma. Une partie de l'ère permettant la présentation et l'élaboration des supers-méchants par une aventure ahurissante de maîtrise. Avec ce nouvel essai sombre, DC Comics se démarque une bonne foi pour toute de son homologue Marvel. Les deux univers très semblables au départ prennent tous deux une progression différente, un développement distinct prônant la noirceur et un dictat adulte, parfois limite par une violence visuelle et psychologique prégnante et assumée. De l'autre, un spectacle familial léger, une avalanche de péripéties sous forme de grand huit divertissantes chez Marvel/Disney, mais au final un peu vaine, chaque film peinant à se démarquer depuis la phase II. DC Comics s'impose alors comme une alternative solide, mieux elle développe le genre super-héroïque avec une véritable personnalité. Des films noirs distillant un arc concret autour d’événements menant tout droit vers la Justice League. Il ne reste maintenant qu'à attendre les exploits de Wonder Woman avant le rassemblement tonitruant que sera la Justice League. L'univers DC Comics est définitivement lancé sur une voie prometteuse et ambitieuse. On a déjà hâte des futures aventures. La suite au prochain épisode.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Informations

Détails du Film Suicide Squad
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Action - Aventure - Fantastique
Version Cinéma Durée 130 '
Sortie 03/08/2016 Reprise -
Réalisateur David Ayer Compositeur Steven Price
Casting Will Smith - Ben Affleck - Jared Leto - Joel Kinnaman - Jai Courtney - Margot Robbie - Cara Delevingne
Synopsis Ce commando, qui oeuvre pour une agence secrète du gouvernement, est une unité d'agents paramilitaires spécialisée dans les missions jugées suicidaires.

Par Mathieu Le Berre