Critique Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

Star Trek Sans Limites
Sorti pour le cinquantième anniversaire de la saga, Star Trek Sans Limites se pose comme un solide divertissement au scénario impeccable qui saura séduire son public en dépit d'un léger manque de surprises.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Star Trek fêtant ses cinquante ans d'existence cette année, l'événement méritait bien un nouveau film, annoncé depuis longtemps par Paramount. L'occasion pour nous de retrouver James T. Kirk, Spock et tout l'équipage de l'U.S.S. Enterprise pour une nouvelle aventure vers l'infini et l'au-delà, la troisième depuis le reboot de la saga en 2009. Une troisième aventure délaissée par J.J. Abrams (occupé sur Star Wars 7, l'autre grande saga de science-fiction du cinéma) au profit de Justin Lin que l'on connaît surtout pour ses opus de la saga Fast & Furious. Mais que les premières craintes se dissipent, Lin assure la réalisation de cet opus comme un chef, livrant ce qu'on attend de lui avec un sens de la mise en scène grandiloquent, en témoigne la destruction épique d'un vaisseau qu'il filme comme un naufrage tragique.

Lin derrière la caméra, Simon Pegg et Doug Jung au scénario (on sent d'ailleurs la patte Pegg lors de quelques séquences), Star Trek Sans Limites peut donc déployer ses ailes et nous présenter un Kirk épuisé de commander l'Enterprise et d'errer dans l'espace depuis plusieurs années. Semblant perdre de vue son but à force d'aller de planètes en planètes, Kirk se surprend à rêver d'autres horizons tandis que Spock, apprenant la mort de son homologue Vulcain (bel hommage à Leonard Nimoy) s'interroge sur sa condition et son but dans la vie. Mais les deux compères n'auront guère le temps de se morfondre longtemps puisque tout l'équipage de l'Enterprise se retrouve vite échoué sur une planète dominée par le terrifiant Krall, un être se nourrissant de l'énergie des autres, commandant un redoutable essaim de vaisseaux et cherchant à mettre la main sur une arme redoutable pour mettre fin au contrôle de Starfleet dans l'univers.

Sorti pour le cinquantième anniversaire de la saga, Star Trek Sans Limites se pose comme un Space Opéra grandiose qui saura séduire son public en dépit d'un léger manque de surprises.

Séparés sur un monde hostile, les personnages devront donc redoubler d'inventivité et de ténacité pour combattre leur ennemi. C'est aussi l'occasion pour le scénario de donner un peu plus de place aux personnages secondaires composant le précieux équipage de Starfleet, quitte à en laisser d'autres un peu en retrait. Ainsi Uhura sera moins présente dans l'aventure au profit de Bones dont la relation avec Spock ne manque pas de piquant, de Scotty et de sa rencontre avec l'intrigante Jaylah ou encore de Chekov (dernier rôle d'Anton Yelchin, parti bien trop tôt). Développant ainsi ses seconds rôles, le film met en application le grand principe que ses personnages clament haut et fort : c'est l'union qui fait la force de Starfleet, l'union et la solidarité face au conflit, celui-ci étant largement prôné par Krall.

Avec son intrigue classique qui laisse l'action se dérouler principalement sur une planète, Star Trek Sans Limites affiche la volonté de renouer avec le ton des anciens films quitte à délaisser un peu le ton sombre et plus épique des précédents volets. Ici le spectaculaire est au rendez-vous mais le récit est plus centralisé malgré son rythme soutenu. Se posant comme une véritable aventure à part entière, le film nous attache de plus en plus aux membres de l'équipage de l'Enterprise et le scénario se révèle parfaitement ficelé. Il est, certes, quasiment sans grandes surprises (mais pas sans idées, en témoigne l'utilisation étonnante du morceau Sabotage des Beastie Boys), ce qui ne l'empêche pas d'être l'exemple parfait du solide divertissement hollywoodien où chaque élément, même infime, se révèle finalement utile et indispensable à l'intrigue. Un tel savoir-faire ne peut que s'apprécier et en cela, Sans Limites ressemble fort à Mission : Impossible – Rogue Nation, le grand blockbuster de l'été dernier. On retrouve dans les deux films le même équilibre, le même dosage parfait entre action, humour et développement des personnages ainsi que Simon Pegg au casting, ce qui fait toujours plaisir.

En plus de ce scénario très bien équilibré et de cette mise en scène particulièrement soignée par Justin Lin (en dépit d'un IMAX 3D peu convaincant si ce n'est sur quelques plans trop rares), le casting constitue également un des points forts du film. En dépit de la prestation d'Idris Elba souffrant du même syndrome qu'Oscar Isaac dans X-Men Apocalypse (un très bon acteur engoncé sous un costume et maquillage qui ne lui permettent pas de dévoiler pleinement son talent) et ayant du mal à tenir la comparaison avec l'inoubliable Benedict Cumberbatch de Into Darkness, tous les acteurs réunis continuent d'incarner leurs personnages avec talent, Chris Pine semblant prendre un grand plaisir à jouer un Kirk toujours aussi désinvolte mais moins tête brûlée. Si l'on ne peut pas dire que l'équipage a franchement repoussé ses limites sur ce troisième opus qui ne prend pas vraiment de risques, le fait est que cette nouvelle aventure est un Space Opéra volontairement grandiose au scénario amplement maîtrisé, le tout pour combler un spectateur qui en aura pour son argent. Du grand divertissement, assurément et ce comme les américains savent les faire. A quoi bon bouder son plaisir ?

Informations

Détails du Film Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Aventure - Science - Fiction
Version Cinéma Durée 123 '
Sortie 17/08/2016 Reprise -
Réalisateur Justin Lin Compositeur Michael Giacchino
Casting Zoe Saldana - Chris Pine - Idris Elba - Karl Urban - Simon Pegg - Zachary Quinto - Anton Yelchin - Sofia Boutella - John Cho
Synopsis Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l'espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques