Critique SOS Fantômes (Ghostbusters)

SOS Fantômes
SOS Fantômes permet à Ivan Reitman d'entrer dans la cour des grands avec un film devenu culte de chez culte.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

« On est venu, on a vu, il l’a eu dans le cul ! » « Cette saloperie m’a tout englué ! » Ah, les frasques inusables de Bill Murray. SOS Fantômes fait partie de ces projets cultes ayant bercé toute une génération de cinéphiles et qui subsistent encore aujourd’hui. Multi-diffusé à la télévision, succès critique, public et commercial à sa sortie, le film a été un raz-de-marée dévastateur. Confié aux jeunes mains d’Ivan Reitman qui, à l’époque, n’avait réalisé que quatre longs métrages peu salués, le projet est né des esprits de Dan Aykroyd et John Belushi. Les deux comiques avaient imaginé le portrait d’exterminateurs futuristes qui pourchassent les fantômes à travers l’espace et le temps. La mort de Belushi en 1982 contraint Aykroyd d’engager Bill Murray pour le remplacer. Pendant ce temps, Harold Ramis assiste à la finalisation du script et change le concept futuriste afin d’installer l’action à New-York dans un but financier. Ainsi, SOS Fantômes raconte l’histoire de trois scientifiques montant une société d’étude des phénomènes paranormaux. Chasseurs de fantômes aguerris, ils seront les seuls à pouvoir lutter contre Gozer, un Dieu sumérien malveillant. Le film sort dans nos salles en 1984.

Il n’y a pas une seule ligne superflue, pas une seule scène indigeste : tout, absolument tout, est parfait dans ce film.

Vendu comme une comédie, SOS Fantômes se révèle être bien plus que cela. En effet, le film d’Ivan Reitman, sous ses airs vivifiants et ses répliques cinglantes, se pose comme une œuvre fantastique extrêmement riche et dense à ne pas mettre devant tous les yeux. En effet, l’aspect horrifique de Gozer et de ses fidèles créatures a de quoi traumatiser plus d’un enfant. D’autant que les effets spéciaux de Richard Edlund font toujours mouche aujourd’hui, impossible de ne pas trembler devant Gozer le Sumérien. Fort heureusement, l’alchimie entre l’horreur à l’image et le bagou interminable de Bill Murray fonctionne du feu de Dieu. Ainsi, les propos du film sont reçus et assimilés bien plus facilement que s’il n’avait été qu’un simple projet sur des chasseurs de fantômes. De plus, l’aspect scientifique renforcé par les personnages de Dan Aykroyd et Harold Ramis permet d’amener du vraisemblable aux situations vécues par les héros. On se plait dans ce New-York en perdition où l’ennemi peut surgir à coin de rue. Terrain de chasse grandeur nature, le casting en or massif s’épanouit comme rarement. Si ce n’est le trio de tête, impossible de ne pas être séduit par le duo formé par la plantureuse Sigourney Weaver et le gringalet Rick Moranis. Aussi improbable qu’humoristique, le couple est à se tordre de rire. Toute cette alchimie rendant le film si parfait, on le doit à la superbe plume de Dan Aykroyd et Harold Ramis. Il n’y a pas une seule ligne superflue, pas une seule scène indigeste : tout, absolument tout, est parfait dans ce film.

Au cas où vous en douteriez encore, SOS Fantômes est un film culte de chez culte.

Au-delà de son casting irréprochable, SOS Fantômes est également entré dans la mémoire collective grâce à sa bande-originale anthologique. Sans compter les superbes compositions d’Elmer Bernstein, il est impossible de ne pas mentionner le titre éponyme de Ray Parker Jr. Morceau culte parmi les cultes, impossible de dissocier la chanson du film, et ceci, même si l’on ne l’a jamais vu (impensable !!!). Chanson entêtante, elle permet de nous plonger avec vivacité dans le film. D’ailleurs, l’ouverture de ce dernier est à l’image de ce que la réalisation de Reitman n’aura de cesse de nous prouver : dynamique, fun et énergique. Comptant sur tous les éléments susmentionnés, Reitman se laisse pousser des ailes. Il laisse éclore tous ses talents de metteur en scène pour un film qui va le rendre bankable comme jamais. Et ce n’est pas la suite de sa carrière qui nous prouvera le contraire (SOS Fantômes 2, Jumeaux, Junior, Un Flic à la Maternelle) : le bonhomme a lourdement participé aux soirées familiales des années 80 et 90. Cette force, Reitman la puise dans l’élégance de sa mise en scène. Laissant la part belle aux acteurs afin qu’ils s’épanouissent au mieux, il élargit très souvent ses cadres, offrant de grands espaces propices à de belles envolées linguistes. Pour SOS Fantômes, ce sera bien évidemment Bill Murray qui en profitera le plus. A contrario, Reitman n’hésite pas à jouer avec des plans rapprochés dès lors qu’il doit souligner un comique de situation. Une mécanique bien rodée en somme qui deviendra son éternelle marque de fabrique.

Au cas où vous en douteriez encore, SOS Fantômes est un film culte de chez culte. Culte par son fond travaillé, culte par sa forme énergique, culte pour son casting en béton armé, culte pour sa musique électrique, culte pour ses effets spéciaux saisissants, culte tout simplement…

Informations

Détails du Film SOS Fantômes (Ghostbusters)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Comédie - Fantastique
Version Cinéma Durée 105 '
Sortie 12/12/1984 Reprise -
Réalisateur Ivan Reitman Compositeur Elmer Bernstein
Casting Sigourney Weaver - Annie Potts - Dan Aykroyd - Ernie Hudson - Rick Moranis - William Atherton - Bill Murray
Synopsis Peter, Raymond et Egon sont chercheurs en parapsychologie. Virés par le doyen de la faculté, ils fondent une société destinée a chasser ectoplasmes, spectres et autres corps astraux, pour répondre aux besoins grandissants des habitants de New York.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques