Critique Ninja Turtles 2 (Teenage Mutant Ninja Turtles : Out of the Shadows)

Ninja Turtles 2
Cowabunga ! Nos quatre tortues d’enfer sont de retour en ville suite aux aventures introductives de Ninja Turtles premier du nom.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Cowabunga ! Nos quatre tortues d’enfer sont de retour en ville suite aux aventures introductives de Ninja Turtles premier du nom. Une aventure enthousiasmante nous ravissant de pouvoir replonger tête baissée dans nos souvenirs télévisuels d’enfance. Si la projection lors de la sortie fut chaleureuse, les projections suivantes mirent en point d’orgue les quelques défauts du film, objet superficiel, sans réelle émotion et profondeur, pourfendeur de pop corn et de jouets de toutes sortes. Production Nickleodeon (très difficile à écrire!!), il était certes obligé à s’attendre à une telle finalité, surtout associé avec Michael Bay pour la direction artistique. Suite au succès tout aussi attendu de Ninja Turtles, nous découvrons enfin avec une certaine impatience ardente la suite, banalement intitulée Ninja Turtles 2, en salles France le 29 juin.

Nos quatre chevaliers d’écailles et de vinyles affrontent une nouvelle fois Schredder qui suite à une évasion surprenante, passe un portail inter-dimensionnel se retrouvant face à l’extra-terrestre Krang. Enfin nos espoirs se concrétisent de voir le célèbre méchant à la forme d’un cerveau porté sur grand écran, chose impossible au début des années 90 avec la première adaptation faute de droit. Très proche du design animé de notre enfance, Krang sera le grand méchant réduisant Schredder en subalterne. Le ThunderDome est tout aussi présent (en pièce détachée !) envahissant New York à la façon d’une attaque de Transformers. Leonardo, Donatello, Raphael et Michelangelo font avoir fort à faire passant des égouts de la big Apple aux forêts brésiliennes.

Un produit de cinéma anecdotique en dépit de toute la volonté de notre âme d’enfant à l’aimer de tout notre cœur.

Produit d’appel à la consommation massive de produits TMNT, ce Ninja Turtles 2 est une production tout aussi commerciale que son grand frère à un degré au-dessus. Le film n’a jamais été pensé comme une œuvre à part entière, mais comme un film spéculatif à la vente de produit dérivé. Sa conception fade reprenant les tics (et tacs) de mise en scène de son producteur devient tout aussi lassante que les contre-plongées sur le fessier de Megan Fox. On adore nos quatre tortues, mais cette aventure superficielle dévoile les dessous d’un trafic animal exploitant à fond la forme mutagène de ces expériences de laboratoire par Sacks pour devenir des Avengers Bis prêt à sauver New York. Tout respire le déjà-vu, les scènes du premier se voyant calquées ici comme une marque de fabrique « Made in China ». La séquence d’avalanche de Ninja Turtles donne dans ce nouvel opus une scène de descente tonitruante sur une rivière au Brésil avec Beebop et Rocksteady, eux aussi apparaissant enfin au cinéma. Ninja Turtles 2, tout en répétant ad vitam aeternam les mêmes péripéties, est une accumulation de cascades en plans numériques abrutissant le spectateur entre réalité et animation. Clairement, au bout de 1h20 de métrage, la distinction ne se fait plus entre scènes live et numériques. Ninja Turtles se noie dans une satisfaction facile de mise en scène sur fond vert/bleu perdant le spectateur dans une réalité sans perspective. Le tout reste soigné et propre, mais totalement imprécis et impassible.

Ce qui nous fait regretter le chef d’œuvre de Steve Barron mis en scène à l’orée des années 90 avec l’aide de Jim Henson. Nos quatre frères étaient palpables, réels dégageant une émotion transcendant notre empathie envers eux et leurs problèmes fraternels historiques. Raphael n’acceptant déjà point sa condition dans la société, de devoir se cacher dans les égouts. Cette tortue aux bouleversements humains, mais à l’apparence d’un monstre devant se cacher sous un imperméable et un chapeau pour sortir la nuit dans les artères malfamées de New York. Dans cette version 2016, le trauma se présente opposant Leonardo et Raphael pour les questions de choix, de places et de décisions. Raphael le rebelle, une condition évoquée, mais rapidement balayée d’une cascade en avion, le héros au bandeau rouge ayant le vertige, tout comme Tyrese dans Fast & Furious 7, scène semi-identique dans sa volonté à créer le gag. Ninja Turtles 2 ou le destin d’adolescents mutants apte à n’être que la caricature de figures publicitaires et commerciales du Nouveau Monde, un fait de producteurs à la représentation de billets verts facile à récolter avec un produit vite consommé, vite oublié, un produit de cinéma anecdotique en dépit de toute la volonté de notre âme d’enfant à l’aimer de tout notre cœur.

Informations

Détails du Film Ninja Turtles 2 (Teenage Mutant Ninja Turtles : Out of the Shadows)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action
Version Cinéma Durée 112 '
Sortie 29/06/2016 Reprise -
Réalisateur Dave Green Compositeur Steve Jablonsky
Casting Megan Fox - Laura Linney - Brian Tee - Will Arnett - Alan Ritchson - Noel Fisher - Pete Ploszek - Jeremy Howard - Stephen Amell
Synopsis Michelangelo, Donatello, Leonardo et Raphael sont de retour pour affronter des méchants toujours plus forts et impressionnants, aux côtés d’April O’Neil, Vern Fenwick et d’un nouveau venu, le justicier masqué hockeyeur Casey Jones. Après son évasion de prison, Shredder associe ses forces à celles d’un savant fou Baxter Stockman et de deux hommes de main aussi bêtes que costauds, Bebop & Rocksteady. Leur objectif : lancer un plan diabolique pour régner sur le monde entier ! Alors que les Ninja Turtles s’apprêtent à défier Shredder et son nouveau gang, ils doivent rapidement faire face à une menace tout aussi grande : le célèbre Krang !

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques