Critique Chocolat

Chocolat
Chocolat est un biopic classique transporté par un sujet fort, un casting exceptionnel et un réalisateur inspiré.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

En 2012, l’auteur Gérard Noiriel sortait un ouvrage intitulé : Chocolat, Clown Nègre : l’Histoire Oubliée du Premier Artiste Noir de la Scène Française. C’est de ce livre dont s’est inspiré Roschdy Zem pour son dernier long métrage. Il nous emmène en 1897 au sein d’un modeste cirque, le cirque Delvaux. Le clown blanc, George Foottit, cherche désespérément un numéro révolutionnaire qui pourrait convaincre le directeur du cirque à le prendre sous contrat. Il y fait la connaissance de Kananga, un noir expatrié tenant un numéro de cannibale au sein de la troupe. Foottit a l’idée de s’associer avec lui afin de monter un duo de clowns. Kananga devient Chocolat. Le succès est immédiat. Ils se font vite repérer par le directeur du Nouveau Cirque, le cirque le plus prestigieux de Paris. Le duo ne tarde pas à devenir de grandes vedettes dans la capitale. Sans le savoir, les deux amis vont révolutionner à tout jamais la manière d’appréhender le burlesque dans les troupes artistiques françaises.

Encore un bel essai de la part de Roschdy Zem qui demeure, définitivement, un metteur en scène à suivre de près.

S’il y a bien un thème récurrent qui se profile au long de la filmographie de Roschdy Zem, c’est son éternelle recherche de l’acceptation et de la tolérance. Sous couvert de différents niveaux de lecture, chacun de ses trois films précédents véhiculaient ce type de messages. Avec Chocolat, le sujet semblait déjà gagné d’avance. Et pourtant, la tâche se révélera bien plus hardie qu’on aurait pu le croire. Certes, Zem nous parlera de racisme, de combat pour la liberté, mais il s’avèrera que le personnage de Chocolat sera bien plus complexe à analyser. En perpétuelle contradiction, cet enfant d’esclave au tempérament bien agité nous fera souvent douter de ses intentions. Il sera toujours tiraillé entre l’envie de s’immerger dans le confort et l’attrait de la vie de mondaine, les bras de la bourgeoisie lui tendant fortement les bras, et la nécessité d’exister au-delà de l’image du clown noir juste bon à recevoir des coups. Chocolat est une personnalité quelque peu bipolaire. Il est reconnaissant de la belle situation que lui offre son succès, mais éprouve sans cesse le besoin de faire flamber son argent. Et il le dira lui-même pendant le film : « Quand on vient de tout en bas, il est difficile de tomber en dessous ». C’est un peu comme s’il ne pouvait complètement se résoudre à abandonner le piètre destin qui l’attendait dans son pays d’origine, car encore marqué par le racisme ambiant gangrénant son pays d’adoption. Autant de niveaux de lecture au sein du même personnage et porté à merveille par un Omar Sy décidément très étonnant. Pour ceux qui doutaient encore des capacités de l’acteur, Chocolat est un condensé inouï de toute sa palette de jeu. Tantôt drôle, tantôt dramatique, l’acteur transcende son personnage pour une séance des plus agréables.

Omar Sy rayonne grâce au duo mémorable qu’il forme avec James Thierrée.

Bien évidemment, Omar Sy rayonne grâce au duo mémorable qu’il forme avec James Thierrée. La complicité que se transmettent les deux acteurs est absolument prodigieuse et communicative : on ne pouvait rêver meilleur duo pour ces rôles. Et si Chocolat est difficile à cerner, il en sera de même pour Foottit. Comique à souhait sur scène, l’homme est habité par un mal-être permanent, une tristesse profonde qui marque et qui est parfaitement transmise par le jeu épatant de Thierrée. Plus que jamais, Roschdy Zem décortique les émotions afin de nous transmettre les armes de ses personnages et de nous faire comprendre les causes pour lesquelles ils se battent. Si le sujet demeure fort et puissant, on reprochera une réalisation quelque peu à bout de souffle par moment. S’il s’autorise de belles envolées poétiques et inspirantes par moment, Zem fait preuve de relâchement quelques fois. Chocolat témoigne de certaines longueurs. On lui reprochera une approche quelque peu académique, ne s’autorisant pas à faire sauter quelques scènes superflues, et c’est bien dommage. Au-delà du fait qu’il s’éternise et se répète par moment, il faut souligner le superbe travail sur les décors. On se croirait réellement revenu dans le Paris du début du XXe siècle. L’immersion est totale et favorise l’identification aux personnages. Une bien belle partie de notre patrimoine culturel s’offre à nous. Et en plus, c’est envoyé intelligemment et efficacement, pourquoi s’en priver ? 

En dépit de ses quelques mauvais points sur son parti pris technique, il n’y a pas grand-chose à reprocher à Chocolat en définitive. C’est un biopic classique transporté par un sujet fort, un casting exceptionnel (surtout son duo de tête) et un réalisateur inspiré. Encore un bel essai de la part de Roschdy Zem qui demeure, définitivement, un metteur en scène à suivre de près.

Informations

Détails du Film Chocolat
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Biopic
Version Cinéma Durée 119 '
Sortie 03/02/2016 Reprise -
Réalisateur Roschdy Zem Compositeur Gabriel Yared
Casting Olivier Gourmet - Noémie Lvovsky - Omar Sy - Frédéric Pierrot - Clotilde Hesme - James Thiérrée
Synopsis Rafaël Padilla, dit le clown Chocolat, est né à Cuba en 1860. Il a été le premier artiste noir de la scène française. Avec le clown Footit, il a inventé de célèbre duo du clown blanc et de l’auguste noir. Personnage emblématique de son époque, coqueluche de Montmartre, il a inspiré Toulouse Lautrec et apparaît dans les premiers films des frères Lumières. Il a également été le premier artiste à apparaître dans des publicités. Chocolat est mort dans l’anonymat à Bordeaux en 1917. Ce film retrace l’histoire oubliée d’un homme hors du commun.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques