Critique L'Arme Fatale 4 (Lethal Weapon 4)

L'Arme fatale 4
L’Arme Fatale 4 achève solidement ce qui a été initié en 1987. Un peu plus de dix années et quatre films auront suffi à l’imposer comme l’une des meilleures sagas du genre.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Les temps changent et toutes les bonnes choses ont une fin. Six ans après un troisième volet musclé et efficace, Richard Donner réunissait une dernière fois sa joyeuse bande de gais lurons pour un ultime épisode qui aura fait jaser autant les critiques que les spectateurs. Plusieurs années se sont écoulées, les inspecteurs Riggs et Murtaugh ont pris un coup de vieux, mais demeurent le duo le plus efficace de Los Angeles. Riggs est sur le point de devenir père tandis que la fille ainée de Murtaugh se prépare à avoir son premier enfant. Les deux amis se posent de sérieuses questions quant à leur avenir. Serait-il temps de ranger l’uniforme au placard ? Sont-ils définitivement trop vieux pour ces conneries ? Ils trouveront leurs réponses au beau milieu d’une enquête impliquant des travailleurs immigrés, des faux-monnayeurs et la Triade sévissant dans les quartiers de Los Angeles.

L’Arme Fatale 4 se vit comme un adieu en bonne et due forme au genre.

L’Arme Fatale 4 a été moyennement bien accueilli lors de sa sortie. Ce qui semblait mettre tout le monde d’accord était que c’était définitivement l’épisode de trop. Certains accusaient Donner de se fourvoyer dans ses intentions et d’emmener ses héros à l’abattoir en démontrant clairement qu’ils sont bien trop vieux pour ces conneries. Depuis sa sortie, de l’eau a coulé sous les ponts et le temps est réellement venu de reconsidérer cet épisode. À bien regarder l’ampleur du projet au sein de la tétralogie, l’Arme Fatale 4 ne fait qu’amener une conclusion logique quant à la destinée de nos héros. À l’image de l’industrie cinématographique elle-même, le film de Richard Donner dresse un constat sur ces acteurs ayant fait les heures de gloire du buddy-movie dans les 80’s et 90’s. L’Arme Fatale 4 se vit comme un adieu en bonne et due forme au genre. Tout comme ses héros vieillissants, le film célèbre une dernière fois une gloire passée, mais surtout pas dépassée. Oui, car le constat est sans appel : l’Arme Fatale 4 vaut tout autant que ses prédécesseurs. À commencer par cette envie irrépressible de Donner à vouloir perpétuer l’évolution digne et cohérente dans l’historique de ses héros. Tel un sage arrivé à l’âge de raison, Murtaugh deviendra cet homme au grand cœur qu’il n’a jamais cessé d’être. Se plaçant comme un redresseur de torts, chevalier des temps modernes défendant la veuve et l’orphelin, recueillant toute une famille de réfugiés au nom de la justice ; Murtaugh devient un héros indétrônable, une figure paternelle intouchable, un fervent protecteur de l’Homme face aux horreurs du monde. Et il n’est pas étonnant de constater que Riggs emprunte une voie similaire. Beaucoup plus reposé que dans les épisodes précédents, Riggs, aidé de Murtaugh, s’est enfin retrouvé une raison d’exister. Cette nouvelle enquête lui permettra d’achever définitivement son deuil entamé dans le premier film et d’accepter ses responsabilités. L’Arme Fatale 4 immortalise ses héros en les rendant définitivement complets et immortels : on se souviendra à jamais de ce terrible duo.

Richard Donner ne se demande pas s’ils sont trop vieux pour ces conneries, il le sait !

Outre son histoire aussi riche que ses grands frères et un duo de tête au diapason, l’Arme Fatale 4 consolide aussi l’importance des seconds rôles qu’il y avait autrefois. Richard Donner ne fait jamais reposer le film sur les seules épaules de ses deux têtes d’affiche. L’arrivée de Chris Rock fait sérieusement du bien aux zygomatiques. Comme une synthèse parfaite, son personnage matérialise le passé de Riggs et Murtaugh. Il est leur alibi, la raison qui peut les faire raccrocher sans trop de culpabilité puisque la relève est assurée. Chris Rock combine ce qui fait à la fois la ténacité de Riggs, le conformisme de Murtaugh, mais également la folie de Getz. Car oui, même si Joe Pesci est toujours de la partie, il est franchement agréable de voir lui offrir un joyeux compagnon de fortune. Les altercations entre Rock et Pesci sont à mourir de rire et devenues presque cultes aujourd’hui. Mais ce qui étonnera finalement ce n’est pas la finalité du parcours de vie de nos deux héros, mais bel et bien la morale envoyée par Pesci lui-même en fin de métrage. Qui aurait pu croire que ce personnage qui nous a fait hurler de rire lors des deux films précédents serait également celui qui nous ferait verser une petite larme ? La confrontation entre Riggs et Getz dans le cimetière offre à Pesci l’occasion d’à la fois prouver toute l’étendue de son talent dramatique ainsi que d’indiquer aux spectateurs que même si l’aventure se termine bien ici, les personnages continueront à vivre dans leur mémoire pendant encore longtemps. Voilà pourquoi l’Arme Fatale est une tétralogie qui prend aux tripes et est bien plus consistante qu’un simple film d’action. C’est une saga détenant fièrement cette image de film bourrin au fond creusé et travaillé. Doux reflet d’une époque où les films d’action savaient être autre chose qu’une simple déferlante d’effets sans objectif. Les années 80 et 90 ont été, sans conteste, la meilleure période pour ces films.

L’Arme Fatale 4 achève solidement ce qui a été initié en 1987. Un peu plus de dix années et quatre films auront suffi à l’imposer comme l’une des meilleures sagas du genre, et probablement comme le buddy-movie le plus culte jamais tourné. Avec ce quatrième épisode, Richard Donner ne se demande pas s’ils sont trop vieux pour ces conneries, il le sait ! Il dresse seulement un regard tendre et affectueux aux heures de gloire passées et place de jolis espoirs pour la relève.

Informations

Détails du Film L'Arme Fatale 4 (Lethal Weapon 4)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Action - Comédie
Version Cinéma Durée 127 '
Sortie 22/07/1998 Reprise -
Réalisateur Richard Donner Compositeur Michael Kamen - Eric Clapton
Casting Jet Li - Joe Pesci - Danny Glover - Mel Gibson - Rene Russo
Synopsis On adjoint un nouveau détective au quatuor Riggs, Murtaugh, Cole et Getz pour les besoins d'une enquête sur une série de crimes dans lesquels des faux-monnayeurs sont impliqués. Leurs investigations les conduisent à Wah Sing Ku, un membre de la mafia asiatique...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques