Critique L'Arme Fatale 3 (Lethal Weapon 3)

L'Arme Fatale 3
Boudé à sa sortie, l’Arme Fatale 3 ne démérite pourtant pas dans ses démarches. Richard Donner est toujours aussi inspiré.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Suite au succès enjoué du second opus, toute l’équipe de l’Arme Fatale s’est réunie une troisième fois en 1992 afin de nous conter la suite des (més)aventures de notre duo de choc Riggs et Murtaugh. À une semaine de la retraite, Roger doit s’affairer à une enquête particulièrement coriace. Avec l’aide de Martin, ils s’attaquent à un gang de marchands d’armes spécialisé dans les armes perce-blindage. Ils vont vite découvrir que le chef de ce gang n’est autre qu’un ancien flic qu’ils connaissent bien.

L’Arme Fatale 3 introduit une prédominance féminine forte.

L’Arme Fatale 3 marque dès son générique de début. Probablement l’un des génériques les plus cultes du genre, l’arrivée dans les flammes du titre sur l’air de Sting et Eric Clapton aura su se graver au plus profond de notre mémoire collective. Nommée aux Grammy Awards pour la meilleure chanson composée pour un film, It’s Probably Me demeure un thème indissociable de son œuvre. Impossible d’écouter le morceau sans avoir l’envie irrémédiable de revoir le film derrière. Voilà maintenant trois films que la même équipe s’attache à nous faire vivre le quotidien d’un duo atypique. Richard Donner exprime toujours l’envie d’offrir de vraies perspectives d’évolution à ses héros. Ainsi, il ne sera pas étonnant de constater l’assagissement de Riggs à contrario de son collègue qui va basculer dans une forte dépression et l’alcoolisme suite à une altercation à l’issue tragique. Donner analyse ce qui a séduit le spectateur sur deux films. Pourquoi Riggs était fascinant dans ses tendances borderline ? Qu’est-ce qui faisait la sagesse de Murtaugh ? Pourquoi sont-ils complémentaires ? En inversant les rôles, Richard Donner relance l’intérêt à continuer à suivre nos héros du jour. Et force est de constater que le duo Gibson / Glover, en plus de s’amuser comme des fous, s’en donne à cœur joie. D’autant que Joe Pesci est de retour dans la partie. Leo Getz devient réellement un personnage central. Vecteur de running gags délicieux, son personnage devient la fondation qui unie nos deux policiers. Reconnu et adoré par le public, ce n’est pas pour rien qu’il se fraye un petit espace au milieu de l’affiche du film.

Richard Donner est toujours aussi inspiré.

L’Arme Fatale 3 introduit une prédominance féminine forte. Rene Russo assure comme une bête dans un rôle musclé. Le penchant féminin de Riggs le met face à lui-même. Par le biais de l’agent Lorna Cole, Martin comprend qu’il n’est définitivement pas seul dans ce monde qu’il refuse d’affronter depuis la perte de son ex-femme. Il redécouvre les joies de l’amour, mais renoue également avec la peur de perdre l’être aimé. Tel un chef de meute recouvrant ses instincts protecteurs, Martin Riggs scintille dans ce troisième opus. Mel Gibson offre une dimension dramatique complète à son personnage, c’est un vrai régal de l’admirer cabotiner de la sorte. D'autant que Danny Glover n'est pas en reste non plus. Il joue l'homme abattu comme personne. Glover émeut comme jamais. Et la réalisation de Richard Donner reste aussi dynamique que sur les opus précédents. L’Arme Fatale 3 continue de faire le choix de ne pas céder aux excès d’action frénétiques sans queue ni tête. Vous l’avez compris les deux films précédents, il en sera de même ici : Donner recherche une histoire approfondie avant tout. Et question scénario, même si ça ne relève pas du génie absolu non plus, il faut bien avouer que le film nous tient en haleine sans jamais nous faire sortir de ce dernier. Débordant beaucoup plus vers une dimension sociale (notamment avec ce que va vivre Murtaugh), l’Arme Fatale 3 traite de sujets sensibles (les armes et la drogue chez les mineurs) avec sérieux contrebalancé par des phases de comédie futile offrant une osmose parfaite à l’ambiance désirée. Voilà pourquoi l’Arme Fatale 3 est tout aussi plaisant à regarder que les deux opus précédents, on assiste à une vraie démarche d’évolution, les personnages ne stagnent absolument pas. Un vrai tour de force en somme qui accentue l’amour porté à cette saga particulière.

Boudé à sa sortie, l’Arme Fatale 3 ne démérite pourtant pas dans ses démarches. Richard Donner est toujours aussi inspiré. Mel Gibson et Danny Glover se meuvent parfaitement dans les pompes de personnages qu’ils connaissent désormais par cœur. Joe Pesci est hilarant et Rene Russo est débordante de sex-appeal en dépit de son personnage relativement masculin. Pour son générique culte, sa musique addictive, son histoire calibrée, son casting de haute volée et sa réalisation au diapason, l’Arme Fatale 3 est vraiment un film complet.

Informations

Détails du Film L'Arme Fatale 3 (Lethal Weapon 3)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Comédie
Version Cinéma Durée 118 '
Sortie 12/08/1992 Reprise -
Réalisateur Richard Donner Compositeur Michael Kamen - Eric Clapton
Casting Joe Pesci - Danny Glover - Mel Gibson
Synopsis Roger Murtaugh, brillant sergent de la police de Los Angeles, se prépare à partir à la retraite. Mais, à la suite d'une imprudence, son coéquipier Martin Riggs dit "Arme Fatale" et lui-même se voient rétrogradés au rang de simple flic. Les deux amis décident alors de poursuivre pour leur propre compte une enquête qu'ils avaient engagée sur un trafic d'armes volées dans leur commissariat.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques