Critique Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street)

Le Loup de Wall Street
Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese est inégal. L’abus de tous les excès à outrance pendant 3h ne nous a pas convaincus sur tous les points. Nous restons intimement persuadés qu’un peu de subtilité n’aurait pas fait défaut sur certaines...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Surprise du box-office de ce début d'année 2014, Le Loup de Wall Street est le dernier rejeton de la collaboration sans faille DiCaprio / Scorsese. Un film de 3h racontant l’univers désabusé d’un homme qui ne vit qu’au rythme de la débauche, de la drogue et de l’argent (Aviator 2 ?). Le sujet est aussi commun que presque tous les autres projets de Martin Scorsese.

Le sujet est aussi commun que presque tous les autres projets de Martin Scorsese.

Le Loup de Wall Street c’est un peu Les Affranchis dans le monde des traders. Scorsese fait du Scorsese mais la mayonnaise garde-t-elle toujours autant de saveur ?

Sexe, drogue, argent, sexe, drogue, argent…le jeune loup planté par DiCaprio s’amuse à se mordre la queue dans la très grosse première moitié du film. Si l’on se familiarise doucement avec cet univers à part, Scorsese étonne par autant d’audace. On le sait habitué aux scènes de violences graphiques crues et sans détour seulement, le sang laisse place à de nombreuses séquences de sexe complètement débridé ici. Si certaines ont largement leur place instaurant un climat clairement satirique, nous avons été rebutés par le flot incessant de fesses nues défilant sous nos yeux. De plus, Scorsese insiste bien sur le côté volontairement « trash » de ces rapports intimes qui ne sont témoin que d’un abus dont on se serait bien passé. Jouer de provocation ne nous dérange pas en soit, seulement le procédé utilisé ici s’essouffle dès lors où le spectateur se rend bien compte qu’on ne lui offrira rien d’autre que des scènes de sexe bestiales. Alors oui, le film est une adaptation et s’inspire de la vie tumultueuse qu’a vécu Jordan Belfort mais n’est-ce pas prendre le spectateur pour un con que de lui servir la même soupe à répétition pendant 3h ? Toujours plus, jamais assez…la soif de tout des personnages enivre le spectateur jusqu’au dégoût.

Toujours plus, jamais assez…la soif de tout des personnages enivre le spectateur jusqu’au dégoût.

Sans insister sur ces scènes à la limite de l’indécence pour la plupart (surtout pour sa petite interdiction aux moins de 12 ans, que fait le CSA ?!), Scorsese ne semble pas retrouver des marques qu’il connait pourtant par cœur. Ses films du même genre se découpent toujours ainsi : découverte, fascination, ascension, chute. Il a l’art de nous vendre du rêve dépeignant une idée de vie qu’on idéalisera jusqu’à l’inévitable descente aux enfers. Toute l’exposition de The Wolf of Wall Street ne nous vend absolument rien. Nous ne nous mettons pas à rêver ni à envier la vie du personnage campé par DiCaprio si bien que nous avons du mal à éprouver la moindre compassion pour lui lorsqu’il tombera au fond du gouffre.

Le Loup de Wall Street jouit d’un casting haut en couleur.

Malgré ces points négatifs, Le Loup de Wall Street jouit d’un casting haut en couleur. Leonardo assure toujours autant lorsqu’il se retrouve devant la caméra de monsieur Scorsese. S’il semble porter le film à lui tout seul, c’était sans compter sur le soutien de Jonah Hill, véritable révélation ici. Nous étions plutôt habitués à le voir cabotiner dans des comédies signées « clique Apatow » et il vient prouver qu’il a plusieurs cordes à son arc. La métamorphose dont il nous fait part est d’ailleurs extrêmement troublante : il est aussi laid que son personnage est mesquin. Sa nomination aux oscars pour le meilleur second rôle est amplement méritée. Le duo qu’il forme avec DiCaprio est détonnant. Ils imposent une constance comique qui ne fait pas toujours mouche mais qui fonctionne. Oui car sous ses airs de biopic dramatique, Le Loup de Wall Street fait vraiment rire et est doté d’un humour noir extrêmement corrosif. Scorsese ressort également les bons vieux standards du rock 60’s et 70’s pour rythmer les péripéties de ses personnages. On a réellement l’impression d’être en compagnie du bonhomme autour de son jukebox et en ce sens, il ne nous a presque jamais déçus.

Le Loup de Wall Street se laisse déguster en fin de compte. Scorsese fait du Scorsese maladroit certes mais il reste Scorsese ! L’abus de tous les excès à outrance pendant 3h ne nous a pas convaincus sur tous les points. Nous restons intimement persuadés qu’un peu de subtilité n’aurait pas fait défaut sur certaines scènes. Cela dit, les longs monologues de DiCaprio possèdent une force dramatique tellement puissante qu’ils prennent largement le dessus sur les gènes ressentis entre deux paires de seins.

Informations

Détails du Film Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Drame - Biopic
Version Cinéma Durée 179 '
Sortie 25/12/2013 Reprise -
Réalisateur Martin Scorsese Compositeur Howard Shore
Casting Leonardo Dicaprio - Jonah Hill - Kyle Chandler - Matthew McConaughey - Rob Reiner - Margot Robbie
Synopsis L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques