Critique Diamant Noir

Diamant Noir
Un film noir qui nous plonge dans le quotidien d'un métier passionnant mais dont le héros manque cruellement de charisme, trop trouble pour être vraiment attachant.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Pier Ulmann n'a plus de famille. Seulement Rachid, pour qui il fait plusieurs larcins de temps en temps. Jusqu'au jour où son père est retrouvé mort dans la rue. Pier apprend alors l'histoire de son père, fils de diamantaires à Anvers abandonné par sa famille à la suite d'un accident qui lui a coûté la main ainsi que plusieurs séjours en hôpital psychiatrique. C'est ainsi que Pier voit débarquer dans sa vie les Ulmann, son cousin Gabi et son oncle Joseph. Le voilà qui part pour Anvers découvrir ce qu'est la vie de ces diamantaires. Il part aussi avec l'idée de venger son père délaissé par cette famille, décidant avec Rachid de les cambrioler. Mais les choses ne sont pas aussi simples...

Avec Diamant noir, Arthur Harari nous plonge dans l'univers des diamantaires avec une touche de réalisme assez saisissante. La taille des diamants, l'importance du regard, de la lumière et la façon de faire des affaires, le film s'attache à nous montrer l'envers d'un décor qu'on ne voit que très peu souvent. Il le fait en plus par le biais d'un film noir, avec un héros décidé à venger sa famille mais qui semble curieusement à l'aise dans le business dès qu'il touche aux diamants. C'est donc un certain conflit qui s'installe chez Pier, presque un choix à faire entre deux familles. Si l'on devait d'ailleurs principalement critiquer le film, c'est d'ailleurs sur le personnage de Pier. Un type pas franchement sympathique, trouble et difficilement attachant dont on ne sait jamais ce qu'il pense vraiment. En cela Diamant noir peine à nous plonger complètement au sein de son histoire puisque son héros est hermétique et que la prestation de Niels Schneider n'est pas toujours inspirée.

Un film noir qui nous plonge dans le quotidien d'un métier passionnant mais dont le héros manque cruellement de charisme, trop trouble pour être vraiment attachant.

Malgré tout, reconnaissons au film son habileté quand il s'agit de créer une tension et montrer les rouages d'un métier que Pier découvre en même temps que nous. Il y a non seulement une forte proposition de mise en scène dans Diamant noir (avec des plans aux couleurs parfois frappantes) mais il y a également une vraie envie de scénario. Un scénario trouble et complexe qui abat patiemment ses cartes et dévoile des seconds rôles ambigus parmi lesquels on reconnaîtra August Diehl, repéré dans le Inglourious Basterds de Tarantino. La mécanique est froide, se révélant méthodique et implacable dans son dernier acte avec une scène de casse qui n'est pas sans évoquer Le Solitaire de Michael Mann, un film référence cité par le réalisateur. Certes, Diamant noir a ses défauts, comme le fait de sous-exploiter son personnage féminin principal, de ne pas définir assez clairement les troubles de son héros plus tête à claques qu'autre chose et de ne pas maîtriser du tout les scènes de violence qui frisent le ridicule. Mais il porte en lui quelque chose de brut qui séduit, que ce soit par son approche du drame mêlé au film noir ou par sa façon de raconter les choses, froides mais lumineuses. Un long-métrage qui vaut donc le coup d’œil, ne serait-ce que pour en apprendre plus sur ce métier de diamantaire assez trouble.

Informations

Détails du Film Diamant Noir
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 115 '
Sortie 08/06/2016 Reprise -
Réalisateur Arthur Harari Compositeur Olivier Marguerit
Casting August Diehl - Niels Schneider - Hans Peter Cloos - Raphaële Godin - Abdel Hafed Benotman
Synopsis Pier Ulmann vivote à Paris, entre chantiers et larcins qu’il commet pour le compte de Rachid, sa seule "famille". Son histoire le rattrape le jour où son père est retrouvé mort dans la rue, après une longue déchéance. Bête noire d’une riche famille de diamantaires basée à Anvers, il ne lui laisse rien, à part l'histoire de son bannissement par les Ulmann et une soif amère de vengeance. Sur l’invitation de son cousin Gabi, Pier se rend à Anvers pour rénover les bureaux de la prestigieuse firme Ulmann. La consigne de Rachid est simple : « Tu vas là-bas pour voir, et pour prendre. » Mais un diamant a beaucoup de facettes…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques