Critique Dodes'ka-den (Dodesukaden)

Dodes'ka-den
Une œuvre pessimiste mais empreinte d'un véritable humanisme, célébrant le pouvoir de l'imagination contre la misère.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Dernier film de la rétrospective Kurosawa organisée par Carlotta depuis le 9 mars, Dodes'ka-den marque un tournant dans la carrière de son réalisateur. En effet, il s'agit de son premier film en couleurs (il avait toujours été un fervent défenseur du noir et blanc jusque là) et surtout de la fin de sa collaboration fructueuse avec Toshirô Mifune après 17 ans et 16 films. Les deux hommes, brouillés après Barberousse ne travailleront plus jamais ensemble mais laissent derrière eux de grands films.

Réalisé en 1970, cinq ans après Barberousse, Dodes'ka-den peut se voir comme un prolongement des Bas-Fonds (1957) puisque le film se déroule dans le même genre d'endroit (un bidonville éloigné du centre de la ville) et présente le même genre de personnages, tous des marginaux. Le ton de Dodes'ka-den est cependant encore plus pessimiste que Les Bas-Fonds, on y trouve deux maris alcooliques échangeant leurs femmes, une jeune femme se faisant abuser par son oncle, un enfant qui fait la manche tandis que son père rêve de construire une maison parfaite. Et puis il y a Rokuchan, jeune homme fou de tramway qui passe ses journées à parcourir le bidonville dans son tramway imaginaire mais dont Kurosawa nous fait entendre les sons. La seule échappatoire de ce quartier est donc le rêve et l'imagination. Rokuchan ne fait pas attention à la misère, trop occupé par son tramway tandis que le père de l'enfant ne se soucie guère de sa condition, trop occupé à visualiser sa belle maison sur la colline.

Une œuvre pessimiste mais empreinte d'un véritable humanisme, célébrant le pouvoir de l'imagination contre la misère.

Une fois de plus chez le cinéaste, l'humanisme profond domine l'ensemble malgré la noirceur et la bassesse de beaucoup des personnages laissant leurs pulsions les dominer. Ce que Dodes'ka-den montre a beau être affreux, la tendresse et la gentillesse ne sont pas forcément loin, en témoignent ce vieillard aidant son cambrioleur à trouver son argent ou ce jeune homme compréhensif envers la jeune femme abusée qui s'en est pris à lui sans raison. Et l'horreur du quotidien des personnages est ici contrebalancée par l'utilisation de la couleur. Avec son décor artificiel aux ciels faits de toiles peintes aux couleurs sublimes, le film se place dans un lieu intemporel et laisse apercevoir de la beauté parmi tous ces miséreux. Sans excuser les actes de ses personnages, Kurosawa les comprend et montre une misère bouleversante, faite de combats quotidiens pour se maintenir en vie. Le film n'en est pas pour autant volontairement larmoyant, il est simplement plein de tendresse et de bonté, montrant que dans ce genre de situation, l'importance du rêve et de l'imagination ne doivent pas être sous-estimées.

Sans véritable structure narrative solide, Dodes'ka-den (le son articulé par Rokuchan quand il conduit son tramway) se contente de faire le portraits de personnages complexes, odieux et parfois attachants avec une vraie réussite. Il manque simplement au film une véritable colonne vertébrale pour atteindre la perfection mais il n'en demeure pas moins bouleversant, devenant ainsi une œuvre majeure d'un cinéaste qui n'a guère fait de films mineurs.

Informations

Détails du Film Dodes'ka-den (Dodesukaden)
Origine Japon Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 140 '
Sortie 31/10/1970 Reprise 09/03/2016
Réalisateur Akira Kurosawa Compositeur Toru Takemitsu
Casting Yoshitaka Zushi - Kin Sugai - Shinsuke Minami
Synopsis Dans un quartier perdu, en marge de la civilisation, se trouve un bidonville où survivent tant bien que mal des hommes et des femmes durement éprouvés par l’existence, et dont la vie continue tant bien que mal, rythmée par les onomatopées du tram invisible conduit par le jeune Rokuchan…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques