CRITIQUE : Desierto


Desierto

Critique du Film

Ils marchent en plein milieu du désert de Sonora. Sous un soleil de plomb, un groupe de mexicains avance avec l'envie d'un monde meilleur de l'autre côté de la frontière. Mais soudain, les balles pleuvent. Un à un, le groupe, exposé dans ce milieu hostile, se fait abattre. Les corps tombent, le sang gicle, la violence est sèche et abrupte. L'homme au bout du fusil, Sam, flanqué de son fidèle chien Tracker est un américain patriote. Pas question pour lui de laisser passer ces mexicains dans son pays. Uniquement armé de sa haine et de son fusil, Sam a décidé de protéger la frontière. Mais cinq mexicains, dont Moïse, laissés en arrière ont assisté au massacre. Ils sont encore en vie mais pour combien de temps ? Sam se lance sur leur piste et ils n'ont plus qu'à courir ou se cacher s'ils veulent survivre...

C'est à un film de genre pur et dur auquel s'attaque Jonás Cuarón (le fils d'Alfonso, déjà aux commandes d'Aningaap, court-métrage faisant le prolongement de Gravity) pour son premier long-métrage. Il s'arme donc de courage et d'un scénario simple mais efficace pour tourner cette chasse à l'homme dans des décors naturels superbes. Commençant très fort, Desierto ne relâche jamais la tension. L'exercice est périlleux mais Jonás Cuarón s'y attelle avec une grande énergie. Il s'agit de ne rien lâcher, de coller au plus près de ces mexicains pris en chasse pour mieux faire monter la pression. Sa mise en scène est étudiée, précise et ne laisse pas beaucoup de place au hasard. La violence, quand elle fuse, n'épargne personne. Difficile de ne pas faire le parallèle avec Green Room de Jeremy Saulnier, lui aussi attendu en salles en avril et lui aussi exercice de style à la violence implacable. Si l'un est tourné en extérieur et l'autre en huis-clos, il en résulte la même sensation anxiogène et surtout le même attachement à dépeindre la violence et la mort sans surenchère, à simplement la montrer telle qu'elle est, inattendue et brutale.

Thriller à la violence aussi sèche et implacable que le désert qui lui sert de décor, Desierto est terriblement efficace et dénonce avec virulence la haine aveugle et absurde qui habite certains êtres humains.

Nul doute que Desierto doit beaucoup à l'acharnement de son réalisateur à tourner dans ce désert étouffant, à la fois magnifique et désolé. Que Moïse et ses compagnons soient traqués par Sam ou non, le désert ne semble offrir aucune issue si ce n'est une étendue toujours plus vaste. La chaleur, les serpents, les cactus, rien n'est fait pour que l'homme puisse faire de cet endroit son lieu de vie. Il ne s'agit que d'un lieu de passage qui aurait pu être beaucoup plus simple si ce satané camion transportant les mexicains n'était pas tombé en panne... Autre grande qualité du film, ses acteurs. Les dialogues sont peu nombreux et il faut avant tout miser sur des ''gueules''. Jackpot puisque c'est Gael Garcia Bernal qui incarne le pauvre Moïse pris en chasse et que c'est Jeffrey Dean Morgan qui endosse le costume de Sam avec un charisme qu'on lui connaît depuis sa prestation remarquée dans Watchmen.

Mais au-delà du thriller, Jonás Cuarón entend amener Desierto vers quelque chose de plus profond qu'un simple film de genre. Le personnage de Sam en dit long sur ce que peut devenir la haine irrationnelle à l'encontre d'un groupe de personnes. Sam agit à la fois pour ce qu'il pense être le bien de son pays mais également par sadisme. C'est un personnage trouble dont la violence et la haine aveugle ne mènera nulle part. C'est d'ailleurs dans la confrontation finale entre ses deux personnages que Cuarón frappe le plus fort, en nous montrant la proie et le chasseur jouer au chat et à la souris en ne cessant de tourner autour d'un rocher rond. La haine en devient complètement absurde, dénuée de sens mais parce qu'il n'a plus que ça, Sam continue à traquer Moïse, désespérément. Jusqu'au dernier éclat de violence finale dont on ne dira rien évidemment. Il vous faudra donc aller faire un tour dans le désert du Sonora le 13 avril prochain pour vous rendre compte par vous-même de l'efficacité terrible de Desierto, soulignée par une musique nerveuse.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Informations

Détails du Film Desierto
Origine France - Mexique Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller
Version Cinéma Durée 94 '
Sortie 13/04/2016 Reprise -
Réalisateur Jonás Cuarón Compositeur Woodkid
Casting Jeffrey Dean Morgan - Gael García Bernal - Diego Catano - Alondra Hidalgo
Synopsis Désert de Sonora, Sud de la Californie. Au cœur des étendues hostiles, emmené par un père de famille déterminé, un groupe de mexicains progresse vers la liberté. La chaleur, les serpents et l'immensité les épuisent et les accablent… Soudain des balles se mettent à siffler. On cherche à les abattre, un à un.

Par Alexandre Coudray