Critique Homefront

Homefront
Homefront de Gary Fleder s’impose comme un film qui sent bon les 90’s. Jason Statham y trouve véritablement l’un de ses meilleurs rôles et James Franco confirme qu’il a vraiment plus d’une corde à son arc. Résolument LE film d'action de...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

S’il y a une qualité que l’on ne peut pas enlever à Sylvester Stallone c’est son don de patience. Homefront est l’adaptation du roman éponyme de Chuck Logan. « Sly » planchait dessus depuis 2006. Rocky Balboa et The Expendables ayant monopolisé son attention, il laissa au placard le script de ce qui aurait dû être Rambo 5. Il laisse le soin à Gary Fleder de le réaliser. C’est un réalisateur qui n’a pas spécialement une filmographie expansive mais on lui doit notamment le trop oublié Kiss the Girls (Le Collectionneur) avec Morgan Freeman.

Avec une promotion assez minimaliste, Homefront s’impose d’emblée comme LE film d’action de ce début d’année.

Homefront s’impose d’emblée comme LE film d’action de ce début d’année.

L’œuvre nous plonge dès son ouverture dans le monde des bikers sur fond de trafic de méthamphétamines, où comment les premiers plans de The Expendables viendraient copuler avec Breaking Bad. Rien que pour voir Jason Statham avec une coupe de rockeur directement sorti d’un clip de Slayer est une raison valable et suffisante pour aller voir ce film. Stallone confirme ses sujets de prédilections avec Homefront : de la castagne, des personnages étoffés et un décor qui joue parfaitement sur la folie qui anime les protagonistes. Parlons-en du milieu dans lequel ils évoluent. Le film vient poser son intrigue au milieu des paysages glauques de la Louisiane. Les autochtones témoignent d’une mentalité propre à eux. Il semble y avoir une énorme cohésion entre les villageois qui n’acceptent pas la présence du bon gars de la ville (Statham) venu s’installer peinard avec sa fille. Bien évidemment, jalousie et conflits d’intérêt seront de mise et obligeront notre héros à se dévoiler. Le rapprochement avec l’histoire du premier Rambo est plus que flagrant.

Le rapprochement avec l’histoire du premier Rambo est plus que flagrant.

Fait amusant également, c’est Clancy Brown qui campe le shérif du film. Si son nom ne vous parle pas de prime abord, c’est le mec qui jouait Gus, le shérif « zombie » dans Simetierre 2 ou encore le sergent instructeur dans Starship Troopers ou même encore le chef des gardiens de la prison dans Les Evadés. Et il faut bien avouer que ce fut drôle de voir le gaillard rendosser un tel costume. Notre mémoire de cinéphile quelque peu atteinte a sûrement dû faire de nous la seule personne au monde à jubiler devant ce personnage qui intrigue. Si nous insistions sur les rôles bien travaillés, le shérif est l’exception qui confirme la règle puisqu’il restera une énigme sans aucune réponse quant à la complexité du bon vouloir de ses intentions.

Jason Statham impose définitivement le respect.

Jason Statham impose définitivement le respect. Il s’offre enfin un rôle à la hauteur de ses capacités. S’il joue un père de famille ruiné par une carrière expansive, son jeu gagne en profondeur grâce à un physique résolument vieilli. Nous avons eu l’impression que chaque traits de son visage, que la moindre de ses rides ont été marqué d’une manière singulière afin de lui permettre de mieux s’accaparer le rôle. Que les fans du bonhomme se rassurent, Statham n’est pas un papi croulant pour autant, il fait saigner plus d’une gencive dans le film. Sa fille n’est pas en reste non plus. Elle sait envoyer au tapis la moindre des petites frappes qui oseront s’interposer au travers de sa route. En face d’eux, James Franco transpire le machiavélisme malsain mais est tellement charismatique. C’est exactement le genre de « bad guy » qui fait froid dans le dos. Il n’est jamais dans la surenchère, au contraire, il jouit d’une abnégation à la colère qui offre une profondeur dans sa folie à en faire pâlir Freddy Krueger. La tension qui grandit au sein du duo Statham / Franco fait partie de ces confrontations où l’on sait que le final sera dantesque. Et là-dessus, ça pêche un petit peu. Nous sommes sorti un poil frustré de la salle. Certes, la fin offre de jolis moments mais elle ne dure pas assez. Nous nous attendions à une déferlante de coups à l’ancienne comme a pu nous l’offrir un duo comme Wesley Snipes et Sylvester Stallone dans Demolition Man. Seulement, après avoir digéré le film, nous nous sommes rendu compte que finalement la dose d’action finale est habilement envoyée. En effet, le film adopte un rythme qui monte crescendo dans ses rebondissements permettant de distiller au mieux la mise en place de son intrigue. Le scénario a l’avantage de ne pas abattre toutes ses cartes à la première cascade venue et ça fait du bien de voir un film qui peut se la jouer en retenue quand c’est nécessaire.

Homefront s’impose comme un film qui sent bon les 90’s. Statham y trouve véritablement l’un de ses meilleurs rôles. Franco confirme qu’il a vraiment plus d’une corde à son arc. Stallone offre, encore une fois, un scénario qui a "des couilles et du coeur".  La punchline finale ajoute une notion extrêmement jouissive (pour ne pas dire « bad ass ») inscrivant Homefront comme digne héritier de la cool attitude : tous les gamins voudront avoir un papa comme Jason Statham désormais.

Informations

Détails du Film Homefront
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Action
Version Cinéma Durée 100 '
Sortie 08/01/2014 Reprise -
Réalisateur Gary Fleder Compositeur Mark Isham
Casting Winona Ryder - Jason Statham - James Franco - Kate Bosworth - Omar Benson Miller - Frank Grillo - Clancy Brown
Synopsis Ancien agent de la DEA, Phil Broker se retire dans un coin tranquille de la Louisiane avec sa fille pour fuir un lourd passé. Mais Broker ne tarde pas à découvrir qu'un dealer de méthamphétamines, Gator Bodine, sévit dans la petite ville et met en danger sa vie et celle de sa fille. Face à la menace et à la violence croissantes, Broker n'a d'autre choix que de reprendre les armes.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques