Critique Green Room

Green Room
Exercice de style pur et dur, anxiogène et violent, Green Room prend vite aux tripes pour ne plus les lâcher et ne fait pas dans la dentelle, n'épargnant ni ses personnages ni son spectateur.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Après avoir créé la surprise en 2014 avec Blue Ruin, récit de vengeance s'éloignant des sentiers battus et se parant de beaux atours contemplatifs, Jeremy Saulnier revient cette année avec Green Room, un pur film de genre lorgnant directement du côté de John Carpenter ou de Sam Peckinpah. On y suit The Ain't Rights, groupe de punk-rock en galère qui accepte de donner un concert au fin fond de l'Oregon. Ils se retrouvent dans un bar de skinheads où ils découvrent à la fin de leur set un cadavre tout chaud dans leur loge. La situation dégénère alors que les musiciens sont pris au piège dans les coulisses et que Darcy, leader des skinheads et propriétaire du club, décide d'éliminer tous ces témoins gênants...

Pas de doute, nous sommes dans un film de genre pur et dur, exploité à de nombreuses reprises. De l'aveu de Saulnier lui-même, l'écriture de Green Room est viscérale et pas intellectuelle. Tout ce qui se passe dans le film prend aux tripes et nous assène la violence brute et sale en pleine figure alors que nous n'avons rien demandé. Sans faire dans la surenchère, le film sait être gore et âpre quand il s'y met, de manière parfois si abrupte que ça en retournerait presque l'estomac. Car ici, nous sommes loin des effusions sanguinaires des Huit Salopards. Chaque coup de couteau, coup de feu compte ou morsure de chien compte et ne pardonne pas. D'où le sentiment d'insécurité permanent régnant tout au long du film alors que l'on remarque qu'aucun des personnages n'est à l'abri d'une mort subite et implacable. L'efficacité de Green Room vient donc de sa simplicité, sa façon de se débarrasser de tout élément superflu pour centrer le récit sur l'essentiel, sur la survie de ce groupe embarqué malgré lui dans une situation qui le dépasse.

Exercice de style pur et dur, anxiogène et violent, Green Room prend vite aux tripes pour ne plus les lâcher et ne fait pas dans la dentelle, n'épargnant ni ses personnages ni son spectateur.

Classique dans sa trame, le film n'en prend pas moins le temps de s'attacher à ses personnages, ces pauvres types qui ressemblent comme deux gouttes d'eau au spectateurs que nous sommes. Impossible, en effet, de ne pas s'identifier à eux et de se demander ce que l'on ferait dans une telle situation. Leurs réactions, loin d'être héroïques et parfois maladroites, viennent renforcer cette impression que les personnages devant nous n'ont rien de héros et sont simplement ordinaires, dépassés par tout ce qui leur arrive. Si tout le casting réuni par Saulnier est impeccable (Anton Yelchin, Imogen Poots, Callum Turner, Macon Blair), on retiendra surtout Patrick Stewart dans un rôle terrifiant qui lui va à ravir. Incarnant Darcy, le chef des néo-nazis et propriétaire du club, il y délaisse toute la délicatesse qu'on a pu lui connaître pour camper un homme glaçant, froid et calculateur. Nul doute qu'il ajoute un cachet bien particulier à un film anxiogène qui doit une bonne partie de son efficacité à sa mise en scène implacable et nerveuse, scotchant le spectateur à son siège dès qu'il bascule dans la violence et dans le survival pur et dur.

Sans être aussi beau que Blue Ruin, Green Room confirme le talent d'un cinéaste qui n'a pas peur de s'attaquer à des genres bien connus pour leur donner son interprétation bien personnelle. Et qui ne recule pas devant l'exercice de style que demande le registre auquel il s'attaque, délaissant toute fioriture pour aller tailler dans le vif. Pour notre plus grand plaisir de spectateur.

Informations

Détails du Film Green Room
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller - Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 94 '
Sortie 27/04/2016 Reprise -
Réalisateur Jeremy Saulnier Compositeur Brooke Blair - Will Blair
Casting Patrick Stewart - Anton Yelchin - Imogen Poots - Alia Shawkat - Mark Webber - Callum Turner - Macon Blair
Synopsis Au terme d’une tournée désastreuse, le groupe de punk rock The Ain’t Rights accepte au pied levé de donner un dernier concert au fin fond de l’Oregon… pour finalement se retrouver à la merci d’un gang de skinheads particulièrement violents. Alors qu’ils retournent backstage après leur set, les membres du groupe tombent sur un cadavre encore chaud et deviennent alors la cible du patron du club et de ses sbires, plus que jamais déterminés à éliminer tout témoin gênant…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques