Critique Alien 3

Alien 3
Alien 3 est un épisode très intéressant à analyser. En dépit de certains effets visuels ayant mal vieilli, ce troisième opus n’a rien à envier à ses prédécesseurs.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Arrivés en début de carrière des réalisateurs, les deux premiers épisodes de la saga Alien ont été de francs succès. Les producteurs ont imaginé une multitude de suite, avec des histoires toutes différentes les unes que les autres. Alien 3 ressortira bien différent que ce qu’il devait être à l’origine. Confié aux mains de David Fincher, qui signait ici son premier long métrage, le film nous transpose en 2179 où Ripley et ses compagnons rescapés dérivent dans l’espace, plongés en hyper-sommeil. Un œuf alien éclot dans la capsule et la fait se crasher sur la planète Fiorina 16, un pénitencier interstellaire de haute sécurité. Ripley est la seule survivante du crash. Seulement, la dépouille d’un rottweiler (un boeuf dans sa version longue) laisse échapper un nouvel alien quadrupède. Ripley va devoir rallier les prisonniers afin de contrer la créature assoiffée de sang.

Film nettement plus social que les précédents, Alien 3 se focalise sur les relations humaines qui régissent la prison dans laquelle Ripley se retrouve.

Le tournage de ce troisième opus fut chaotique. David Fincher était sans cesse en froid avec les producteurs. Ces derniers ne furent pas satisfaits du résultat proposé et décidèrent de lui enlever le final cut afin de reconstruire un développement à la hauteur des attentes du public. Des scènes ont été retournées, plus d’une demi-heure a été enlevée pour la version cinéma, rendant le film nettement moins humain qu’on ne peut le voir dans sa version longue. Fincher en tirera une leçon implacable et s’appliquera à ne plus jamais subir ce genre d’humiliation dans ses films suivants. Il reniera d’ailleurs cet Alien 3 (le film est même absent de sa filmographie dans les bonus du DVD de Panic Room). Ce qui est bien dommage, car en dépit du manque de final cut, ce troisième opus n’a pas à rougir. Film nettement plus social que les précédents, Alien 3 se focalise sur les relations humaines qui régissent la prison dans laquelle Ripley se retrouve. Par cet épisode, Ripley affirme sa posture de femme forte. Elle devient la guerrière qui a fait sa réputation au sein de la saga. Elle porte le film à bout de bras. Pour la première fois, elle s’impose comme le véritable espoir de survie face à l’alien (là où dans les films précédents elle était moquée avant d’être acceptée). Fincher revient à ce qui intéressait Scott dans le premier film : des lieux exigus, une menace permanente et des personnages écrasés par leur habitat. Accusant un aspect visuel beaucoup plus sombre que le second volet, Alien 3 est une merveille à admirer. Avec une couleur verte-orangée dominante, le film laissait déjà exploser la fascination de Fincher pour les couleurs froides.

Alien 3 est un épisode très intéressant à analyser.

En revanche, Alien 3 demeure probablement l’épisode à avoir le plus subi les ravages du temps. En effet, la créature en images de synthèse a sérieusement pris un sacré coup de vieux. Ses déplacements gâchent le plaisir que nous éprouvons à admirer l’œuvre. Fort heureusement, Fincher nous emmène au milieu d’une bande de pourris dont lui seul en a l’attrait. Les prisonniers qu’il dépeint ont tous une personnalité distincte. Offrant une dimension presque mystique quant à la présence de la créature au sein d'eux par le biais d’une bande originale très chorale, Fincher laisse succomber ses personnages à divers péchés capitaux (les prémisses de Seven ?). Le xénomorphe transcendant l’idée de la mort elle-même, Alien 3 invite ses personnages à se tourner vers une catharsis ultime. Évoquant l’idée de rédemption, David Fincher sollicite le spectateur à reconsidérer la menace. Et si l’homme était le monstre du film ? Il suffira d’admirer la dernière image de Ripley, tel le Christ crucifié, pour se poser la question. Très loin du film d’horreur ou même du film d’action, Alien 3 se démarque de ses grands frères par sa dimension sociale et sociétale complète. Peu compris et mal reçu du public à l’époque qui attendait probablement une suite aussi explosive que le bébé de Cameron, Alien 3 se vit désormais comme un projet abouti et bougrement réfléchi.

Alien 3 est un épisode très intéressant à analyser. En dépit de certains effets visuels ayant mal vieilli, ce troisième opus n’a rien à envier à ses prédécesseurs. Quel dommage que David Fincher soit brouillé avec l’équipe de production, nous n’aurons probablement jamais son final cut…

Informations

Détails du Film Alien 3
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Science - Fiction
Version Cinéma/Edition Spéciale Durée 115 '
Sortie 26/08/1992 Reprise -
Réalisateur Ridley Scott Compositeur Eric Goldenthal
Casting Sigourney Weaver - Pete Postlethwaite - Lance Henriksen - Charles Dance - Charles S. Dutton - Tom Woodruff Jr.
Synopsis Alors qu'ils sont en hyper sommeil, une fumée déclenche la procédure de largage automatique des conteneurs cryogéniques à bord d'une navette de sauvetage. S'écrasant sur la planète Fiorina 161, Ripley se retrouve dans un pénitencier du fin fond de la galaxie, où elle pensée être la seule survivante du crash...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques