Critique La Marcheuse

La Marcheuse
Oscillant entre le drame et le thriller, La Marcheuse peine à trouver le bon ton mais brosse néanmoins un portrait de femme touchant, sans artifices.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Lin Aiyu est une clandestine chinoise habitant à Paris. Elle qui est arrivée en France en quête d'une vie meilleure et qui a commencé en tant que nounou dans une famille chinoise de Wenzhou s'est vite tournée vers la prostitution dans les rues de Belleville, comme bon nombre de ses amies. Elle habite donc chez Kieffer, un homme âgé dont elle s'occupe et qui la laisse habiter chez lui avec sa fille Cerise mais pour gagner sa vie, c'est tous les jours qu'elle doit descendre dans la rue. Et puis un jour tout bascule : Daniel, un homme violent et voisin d'en face, s'impose de force chez elle. Il est recherché par des types à qui il doit de l'argent et veut rester dans l'appartement pour se planquer. Aiyu, voyant en cette brute laissant transparaître une certaine fragilité une porte de sortie, lui propose un marché : elle l'aide à rembourser sa dette si il l'épouse, faisant d'elle une citoyenne française.

Oscillant entre le drame et le thriller, La Marcheuse peine à trouver le bon ton mais brosse néanmoins un portrait de femme touchant, sans artifices.

C'est un sujet qui lui tient à cœur que Naël Marandin aborde avec La Marcheuse. Le réalisateur est un passionné de la Chine, il y a vécu un peu et a travaillé au sein d'associations chinoises à Belleville. Les prostituées, il les connaît bien. C'est donc en connaissance de cause qu'il nous raconte cette histoire. Pas de conte de fées ici, simplement le parcours d'une femme qui veut s'en sortir, quitte à rejeter sa confiance dans les bras d'un voyou fragile mais instable. Elle sera peut-être déçue mais en attendant, il est un problème qu'elle finit par aborder comme une opportunité. Aussi sympathique soit-il, ce Kieffer ne lui donne pas d'argent et elle doit se coltiner les policiers et les clients imprévisibles pour arriver à vivre, dans l'espérance d'un avenir meilleur pour sa fille.

A mi-chemin entre le drame et le thriller, La Marcheuse a parfois du mal à trouver son équilibre. Le personnage de Daniel y est trop simplement esquissé. Yannick Choirat lui donne pourtant des nuances intéressantes que l'on aurait aimé voir creusées. La relation entre Aiyu et lui n'est d'ailleurs pas la meilleure partie du film. Il y quelque chose de fragile dans l'équilibre qu'installe le scénario et parfois tout vient basculer lors d'une scène. Le problème c'est que ça bascule dans les deux sens, parfois ça nous fait sortir en dehors du film mais quelque fois, au contraire, ça nous replonge dedans, ça nous prend à la gorge. Dans la partie thriller, Naël Marandin est le moins à l'aise. Mais lorsqu'il fait le portrait de Aiyu, sa Marcheuse qui ne se laisse pas faire et incarnée par l'excellente Qiu Lan, il touche à la justesse. Filmant avec réalisme le quotidien de son personnage, il évite de trop taper dans le sordide et préfère laisser certains éléments instaurer une certaine poésie. Parce que tout n'est pas que malheur et misère dans la rue pour ces prostituées (on les voit souvent rire) et qu'il s'agit de nuancer un propos que l'on a tendance à voir trop en sens unique dans le cinéma. Sans misérabilisme et avec justesse, Marandin laisse donc sa Marcheuse déambuler sans trop se bercer d'illusions mais laisse exister cette femme pour ce qu'elle est. Ce qui suffit amplement.

Informations

Détails du Film La Marcheuse
Origine France Signalétique Sensibilité Spectateurs
Catégorie Film Genre Thriller - Drame
Version Cinéma Durée 80 '
Sortie 03/02/2016 Reprise -
Réalisateur Naël Marandin Compositeur The Ghostdance
Casting Philippe Laudenbach - Yannick Choirat - Qiu Lan - Louise Chen
Synopsis Lin Aiyu, clandestine chinoise, se prostitue dans les rues de Belleville. Elle habite avec sa fille adolescente, à qui elle cache son activité. Leur vie bascule lorsqu'un soir, un inconnu, blessé, pénètre brutalement chez elles. Tantôt ravisseur, tantôt prisonnier, l'homme s’impose comme une menace et une chance à saisir…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques