Critique Les Beaux Jours

Les Beaux Jours
Les Beaux Jours marque le grand retour de Marion Vernoux au cinéma, dix ans après son dernier film, À boire, échec cuisant au box office avec à peine 53 000 petites entrées. Pour son sixième long métrage, Marie Vernon adapte le roman "Une jeune...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

 

Les Beaux Jours marque le grand retour de Marion Vernoux au cinéma, dix ans après son dernier film, À boire, échec cuisant au box office avec à peine 53 000 petites entrées. Pour son sixième long métrage, Marie Vernon adapte le roman "Une jeune fille aux cheveux blancs" de Fanny Chesnel. Caroline, bourgeoise fraîchement retraitée, qui n’a que du temps libre et encore du temps libre devant elle. Pour occuper ses journées de dentiste retraitée, Caroline se voit offrir par ses deux filles un abonnement au centre Les Beaux Jours, lieu de sociabilité associative pour retraité. Dans cette petite ville côtière du nord de la France, la vie se fait au gré du temps, entre soleil radieux, éclaircies mélancoliques et tristes pluies. Jusqu’au jour où Caroline rencontre Julien (Laurent Lafitte), professeur d'informatique au Beaux Jours. De vingt ans son cadet, elle va vivre une relation sans grand lendemain, en cachette de son mari Philippe (Patrick Chesnais) avec qui la tendresse et la complicité sont pourtant toujours de mise.

Les beaux jours se situe dans l'entre-deux d'une vie parfaitement construite. Le jour où tout bascule pour Caroline, femme active rentrant malgré elle dans le commun des mortels, trouve le besoin d'une exubérance nouvelle. Déambulant dans sa voiture neuve et marchant sur les remblaies, son chemisier volant dans le vent du nord, Fanny Ardant étonne dans le choix de ce personnage. Actrice introvertie, Fanny Ardant s'ouvre vers une forme populaire de personnage véritable, encré dans la vrai vie. Toujours barricadé sous une charismatique carapace, elle s’effrite au fur et à mesure des 1h30 de métrage, les plans magnifiques du soleil du nord venant frapper sur son visage beau et frais.

Les Beaux Jours est une comédie sentimentale réaliste surfant sur un sous-genre pré-dominant dans le cinéma moderne ; celui de la comédie pour personnes âgées. Après les comédies juvéniles qui continue de pullulées sur nos écrans (16ans ou presque), les personnes âgées à la retraite sont une nouvelle cible commerciale. Les films envahissent les salles faisant une concurrence féroce aux après midi de France 3. Indian Palace, Quartet, 12ans d'âge, Si on vivait ensemble ?, Avant l'hiver ou Last vegas (pour citer un film américain) ciblent crânement cette population de plus en plus active et consommatrice. Les beaux jours de Marion Vernoux s'inscrit dans cette veine. Personnages principaux de plus de 60ans, une famille fondée au demeurant parfaite et au final des problématiques générationnaux.

Avec cette espérance de ne pas faire comme tous ses confrères, la réalisatrice s'accroche au personnage de Caroline, lissant un portrait intime mais ne versant jamais dans la psychologie pure.

L'emballement de Caroline pour Julien n'est que la conséquence d'un manque ou d'un déséquilibre. Caroline a un mari (Patrick Chesnais) qu'elle aime ; et Julien, beau gosse du pauvre, ne cherche rien d'autres qu'à vivre tranquillement.

Le film se suit sans déplaisir, mais sans passion

Le film se suit sans déplaisir, mais sans passion. L'heure est agréable, les acteurs sympathiques, mais au final rien de neuf à l'horizon du nord. Les problématiques sont toujours les mêmes, une vie ennuyeuse, une petite gâterie pour une dame légèrement capricieuse, puis comme un miracle, elle refait surface dans une réalité morne, réfléchissant qu'elle est trop vieille pour ces conneries, que sa place est auprès de son imparfaite mais gentille famille.

Les tribulations de cette femme enfoui dans les contraintes réalistes et simples d'une famille normale, s'évadant dans Les beaux jours d'un jeune homme aux bras insouciants finit inlassablement dans l'âge de raison. Les beaux jours se promettait être un beau film. Il en résultera d'une petite comédie dramatique simple et sincère, où la raison prend une nouvelle fois le dessus sur la folie. Et le long métrage de Marion Vernoux manque cruellement de folie.

 

Informations

Détails du Film Les Beaux Jours
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Romance
Version Cinéma Durée 94 '
Sortie 19/06/2013 Reprise -
Réalisateur Marion Vernoux Compositeur Quentin Sirjacq
Casting Laurent Lafitte - Patrick Chesnais - Fanny Ardant
Synopsis Des beaux jours ? Caroline, fraîchement retraitée, n’a que ça devant elle : du temps libre et encore du temps libre. La belle vie ? Pas si simple… Comment alors tout réinventer ? Transgresser les règles, provoquer de nouvelles rencontres, ou bien simplement remplir son agenda ? A moins que tout soit déjà là ?...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques