Critique Au Coeur de l'océan (In The Heart of the Sea)

Au Coeur de l'océan
De cette histoire vraie ayant inspiré Moby Dick, Ron Howard tire un film inégal, traversé par de superbes moments mais souvent plombé par un scénario imparfait et des personnages inexistants.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Moby Dick... L'histoire écrite par Herman Melville devenue depuis un sommet de la littérature ayant inspiré plus d'un film puise son inspiration dans une histoire vraie, véritable légende chez les marins. Soit l'histoire de l'Essex, baleinier quittant Nantucket en 1820 pour ne jamais revenir, coulé par l'attaque d'un immense cachalot forçant son équipage à survivre tant bien mal sur des canots durant des jours, allant jusqu'à les forcer au cannibalisme... Plutôt que de porter une nouvelle fois à l'écran Moby Dick (déjà magnifiquement mis en scène par John Huston en 1956, Ron Howard a donc préféré se pencher sur l'histoire ayant inspiré le roman. Il met alors en scène Herman Melville (incarné par Ben Whishaw, omniprésent au cinéma cette année) allant recueillir le témoignage de Thomas Nickerson (Brendan Gleeson), dernier survivant de l'Essex des décennies après le naufrage.

Bien évidemment, les scènes avec Melville et Nickerson, bien que tous deux incarnés par de très bons acteurs ne sont pas ce qui nous intéressent. On leur préférera largement les scènes à bord de l'Essex, beaucoup plus nombreuses et intéressantes. Mais malgré ses attraits, Au Cœur de l'Océan est un film profondément bancal, n'arrivant jamais à trouver sa vitesse de croisière. Clairement divisé en deux parties, il est aussi inégal dans sa mise en scène, jamais vraiment homogène. Parfois Ron Howard semble totalement inspiré, capable de morceaux de bravoure (l'attaque du cachalot sur l'Essex, impressionnante) ou de moments plus posés, presque poétiques (le dernier souffle d'un cachalot exhalant de l'eau et du sang sur le visage des marins). Mais lors d'autres séquences, le cinéaste montre ses faiblesses, laissant la part belle à des effets numériques trop voyants et à des effets de mise en scène un peu laids. Avec la matière qu'il a, Howard semble presque ne pas trop savoir quoi faire comme si, comme nous, la première partie de son film l'intéressait plus que la seconde.

De cette histoire vraie ayant inspiré Moby Dick, Ron Howard tire un film inégal, traversé par de superbes moments mais souvent plombé par un scénario imparfait et des personnages inexistants.

Il faut dire que tout le début de Au Cœur de l'Océan est passionnant. Comme lorsqu'on lit Melville, on en apprend un peu plus sur le métier de baleinier et sur la pression reposant sur les épaules du capitaine, devant rapporter suffisamment d'huile de baleine pour ne pas laisser ''le monde sombrer dans les ténèbres'', celle-ci étant la seule source d'énergie alors connue de l'époque. La reconstitution est également très soignée, avec un sens du détail assez fameux. Il est dommage qu'il n'en soit pas de même avec les personnages, un brin trop caricaturaux et peu développés, le scénario esquissant même une rivalité entre le capitaine Pollard et son charismatique second sentant le réchauffé depuis Les Révoltés du Bounty. Mais ces archétypes, nous sommes prêts à les pardonner quand la chasse à la baleine commence, quand l'on voit l'ardeur des marins et que Ron Howard orchestre parfaitement des séquences bourrées d'effets numériques mais néanmoins habilement montées, la destruction de l'Essex atteignant des sommets.

Sommets qui ne seront malheureusement plus atteints par la deuxième partie du film, suivant l'histoire vraie des marins, certes mais qui est nettement moins passionnante. Voir des gens crever de faim et se taper des coups de soleil dans un canot au milieu de l'océan, on a déjà vu ça dans L'Odyssée de Pi et dans Invincible. Et ça devient rapidement répétitif. Alors Au Cœur de L'Océan s'étire lentement tout en naviguant vers son dénouement laborieux, ponctué de scènes aussi épuisantes pour nous que pour les personnages. Si Ron Howard effleure de près le mythe de la baleine blanche, le souffle manque cruellement sur cette œuvre bien trop inégale pour être appréciée et nous laissera avec l'envie, n'en déplaise à l'histoire vraie, de nous replonger dans le récit de Melville.

Informations

Détails du Film Au Coeur de l'océan (In The Heart of the Sea)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Drame
Version Cinéma Durée 121 '
Sortie 09/12/2015 Reprise -
Réalisateur Ron Howard Compositeur Roque Baños
Casting Cillian Murphy - Chris Hemsworth - Benjamin Walker - Ben Whishaw - Tom Holland - Brendan Gleeson
Synopsis À l'hiver 1820, le baleinier Essex, originaire de Nouvelle-Angleterre, est attaqué par une créature redoutable : une baleine aux dimensions hors normes et à la volonté de fer qui semble animée par une terrible soif de vengeance. Cette catastrophe maritime inspirera "Moby Dick" d'Herman Melville. Mais cet ouvrage n'a pas relaté l'intégralité des événements. Heart of the sea s'attache aux conséquences épouvantables de ce désastre, alors que les survivants de l'équipage sont acculés dans les cordes et contraints de commettre l'impensable pour rester en vie. Affrontant les tempêtes, la faim, la panique et le désespoir, ces hommes remettent en question leurs convictions les plus profondes et leurs valeurs morales, tandis que le capitaine du navire cherche à retrouver le cap et que son second croit encore pouvoir mater l'énorme mammifère qui les a pris pour cible…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques