Critique Le Fils de Saul (Saul Fia)

Le Fils de Saul
Une œuvre forte et bouleversante dont les partis pris de mise en scène nous forcent à vivre l'horreur d'Auschwitz à travers le regard de son personnage principal.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Dès le premier plan, c'est le flou. Des silhouettes s'agitent en arrière-plan, on entend quelques cris et puis le visage de Saul apparaît, bien net. Saul, c'est un hongrois d'origine juive qui fait partie du Sonderkommando d'Auschwitz-Birkeneau. Le Sonderkommando, c'est un groupe de prisonniers juifs isolé du reste du camp et qui est forcé d'assister les nazis dans leur plan d'extermination. Ce qui implique mener des compatriotes à la chambre à gaz, ramasser leurs cadavres, les brûler, fouiller leurs affaires et voler leurs bijoux. Faire partie du Sonderkommando, c'est côtoyer la mort tous les jours et avoir quelques privilège au sein du camp tout en sachant bien que l'on mourra d'ici quelques mois, les nazis ne voulant pas laisser de traces de leurs actes. Le visage de Saul, le premier que l'on verra apparaître du film, ne nous quittera jamais. Durant 1h47, la caméra va s'acharner à le suivre tandis qu'il entreprend d'enterrer décemment le corps d'un jeune garçon en qui il a reconnu son fils.

Une oeuvre forte et bouleversante dont les partis pris de mise en scène nous forcent à vivre l'horreur d'Auschwitz à travers le regard de son personnage principal.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Le fils de Saul est un film qui ne fait pas de concessions. Montrer l'horreur des camps de concentration est toujours un exercice difficile au cinéma. Évitant la facilité, le réalisateur László Nemes choisit d'adopter le point de vue de Saul et rien d'autre. On se retrouve donc face à un film anxiogène qui ne laissera jamais de place aux plans larges pour mieux nous plonger dans cet endroit qui sent la mort. La plupart du temps, la caméra qui suit Saul le cadre en plan rapproché avec peu de découpage. Seul Saul est net et tout ce qui l'entoure est flou. Une manière de mieux adopter le point de vue du personnage et d'éviter de montrer l'horreur de manière gratuite. Mieux encore, ce procédé de mise en scène auquel on mettra du temps à s'habituer renforce l'impression de réalisme. Si le jeu d'acteur de l'écrivain Géza Röhrig est à saluer, tout en puissance et en retenue, on pourra également complimenter le travail effectué par le reste du casting, qu'ils soient acteurs ou figurants. Car autour de Saul, tout s'agite sans cesse. Des gens se font tuer, brutaliser, des prisonniers fomentent une résistance, marchandent... Rien n'est jamais immobile dans le film et l'on vit le fourmillement d'Auschwitz en même temps que Saul, avec la désagréable sensation que tout semble terriblement réel...

De ces partis pris forts, László Nemes en tire une œuvre bouleversante, lauréate du Grand Prix au Festival de Cannes dernier. Si Le fils de Saul comporte plusieurs longueurs et n'est certainement pas agréable à regarder, le travail effectué par le réalisateur laisse admiratif. Que ce soit dans sa reconstitution qui semble minutieuse ou dans ses idées de mise en scène, László Nemes prouve qu'il a du courage et qu'il sait raconter une histoire de la manière la plus sincère qui soit, quitte à ne pas caresser le spectateur dans le sens du poil. Ce qui, parfois, fait du bien.

Informations

Détails du Film Le Fils de Saul (Saul Fia)
Origine Hongrie Signalétique Sensibilité Spectateurs
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 107 '
Sortie 04/11/2015 Reprise -
Réalisateur László Nemes Compositeur László Melis
Casting Sándor Zsótér - Géza Röhrig - Levente Molnár - Urs Rechn
Synopsis Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer est membre du Sonderkommando, ce groupe de prisonniers juifs isolé du reste du camp et forcé d’assister les nazis dans leur plan d’extermination. Il travaille dans l’un des crématoriums quand il découvre le cadavre d’un garçon dans les traits duquel il reconnaît son fils. Alors que le Sonderkommando prépare une révolte, il décide d’accomplir l’impossible : sauver le corps de l’enfant des flammes et lui offrir une véritable sépulture.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques