CRITIQUE : Dracula Contre Frankenstein (Los monstruos del terror)


Dracula Contre Frankenstein

Critique du Film

En cette rentrée 2015, Artus Films n’édite pas un seul film (Destination Planète Hydra), mais deux longs-métrages avec la pépite Dracula contre Frankenstein. Après la collection SF Vintage, c’est la collection Ciné de Terror qui se voit garnie de cette production hispano-Germano-Italienne mise en scène en duo par Tulio Demicheli et Hugo Fregonese. En effet, ces deux réalisateurs talentueux argentins se sont partagé la mise en scène, sans véritables justifications, à respectivement 75% et 25% du travail. En rien ce travail conjoint n’entache la qualité d’une petite série B propre surfant sur le succès du genre en Espagne et en Allemagne à l’époque, initiative de Paul Naschy, acteur et scénariste, célèbre pour nombres de pellicules du type dans les années 60/70.

Artus Films soigne une nouvelle fois son édition de Dracula contre Frankenstein. Le digipack est sublime reprenant à l’intérieur une affiche française et allemande. Comme à son habitude, Alain Petit apporte son savoir en commentant d’informations et d’anecdotes le film sur un bonus de 35 minutes. Une édition de qualité pour une découverte amusante et (im)pertinente.

Artus Films reprend le titre mensonger français «Dracula contre Frankenstein» un brin plus vendeur. Sortit en Espagne sous le titre plus accommodant «Les Monstres de la Terreur», il faut avouer que Dracula ne rencontre jamais le monstre de Frankenstein. Au mieux un combat entre le Loup-Garou interprété par le velu Paul Naschy et la Momie ou le final dans le laboratoire extra-terrestre entre le Loup-Garou et le monstre de Frankenstein. Car effectivement, l’histoire de ce Dracula contre Frankenstein est une des plus accrocheuse et amusante qui nous ait été permis de découvrir. Fuyant leur planète devenue inhospitalière, des extra-terrestres tentent de conquérir la Terre. S’appuyant sur la superstition de l’homme, ils ressuscitent deux scientifiques qui vont alors ramener à la vie tous les grands monstres  : Dracula, Frankenstein, le loup-garou, la momie… Ayant découvert leur plan de conquête, et face à la population effrayée, le professeur Warnoff va tenter de déjouer leurs attaques.

Dracula contre Frankenstein est un produit abordable servi magnifiquement par une édition au poil (de loup-garou !) par Artus Films, qui fera le bonheur des férus d’horreur d’antan.

Face à cette histoire foutrement incroyable, mais sans les réels droits d’exploitation (Dracula n’est jamais réellement prononcé, Frankenstein mute en monstre de Farancksalan), ce film d’exploitation se bloque dans des décors généreux entre modernité, SF pop et gothisme. On se retrouvera alors dans le château du Comte Orloff pour les expériences des extra-terrestres n’hésitant pas en ouverture à une opération à cœur ouvert et en gros plan nous implantant directement dans l’ambiance. Le reste du long-métrage sera nettement plus sage.

Dracula contre Frankenstein (ou Les Monstres de la Terreur, on ne s’y fait vraiment pas à ce titre français !) suit l’enquête d’un inspecteur, entre divagation fantastique et amourette avec la fille du professeur Warnoff. Suite de décors en studio et recyclage des tournages précédents, Dracula contre Frankenstein s’appuie sur une expérience et une richesse visible à chaque recoin. L’atmosphère est soignée créant parfois encore quelques soubresauts comme la première apparition du Loup-Garou dans la brume urbaine. Concernant le Loup-Garou, il est à souligner une transformation dans la prison du château fortement réussi pour l’époque, une métamorphose sombre et dérangeante mettant dès le début Paul Naschy en avant.

Malheureusement, en dépit de toutes ses prouesses plastiques, Dracula contre Frankenstein perd de sa vigueur par un rythme lourd attendant les dix dernières minutes pour divaguer quelques moments épiques bienvenus. Les combats entre le Loup-Garou et les autres monstres dynamitent quelque peu un scénario langoureux et beau parleur se laissant supporter par les présences d’acteurs confirmés. On soulignera alors la participation charmante de Karine Dor, charismatique actrice brune Allemande entre-aperçue dans le James Bond «  On ne vit que Deux Fois  ».

Dracula contre Frankenstein est un produit abordable servi magnifiquement par une édition au poil (de loup-garou !) par Artus Films, qui fera le bonheur des férus d’horreur d’antan.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Informations

Détails du Film Dracula Contre Frankenstein (Los monstruos del terror)
Origine Espagne - Italie - Allemagne Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Horreur
Version Direct To Video Durée 83 '
Sortie 01/09/2015 Reprise -
Réalisateur Tulio Demicheli Compositeur Franco Salina
Casting Karin Dor - Paul Naschy - Michael Rennie - Craig Hill
Synopsis Fuyant leur planète devenue inhospitalière, des extra-terrestres tentent de conquérir la Terre. S’appuyant sur la superstition de l’homme, ils ressuscitent deux scientifiques qui vont alors ramener à la vie tous les grands monstres : Dracula, Frankenstein, le loup-garou, la momie… Ayant découvert leur plan de conquête, et face à la population effrayée, le professeur Warnoff va tenter de déjouer leurs attaques.

Par Mathieu Le Berre