Critique Saint (Sint)

Saint
Avec la sortie de "Rare export" et celle de "Saint", le mythe du Saint Nicolas et autres dérivations commerciales américaines revennaient en force fin 2011 après avoir fait le bonheur (ou malheur !??) des vidéos clubs des années 80, en terme de slasher.

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Avec la sortie de "Rare export" et celle de "Saint", le mythe du Saint Nicolas et autres dérivations commerciales américaines revennaient en force fin 2011 après avoir fait le bonheur (ou malheur !??) des vidéos clubs des années 80, en terme de slasher.

On est servi en terme de mise en scène...

Un noël sanglant à travers ce "Saint", qui marque le retour de Dick Maas ! Réalisateur du très réussi "Ansterdammed" et du célèbre "Ascenseur" dans les eighties, il revient dans le nouveau millénaire, et on se demandait ce qu'il avait encore dans le ventre. Et franchement on est servi en terme de mise en scène. Il dresse des scènes iconiques, renvoyant sur certaines à des peintures angoissantes et fantasmagoriques, représentant le Saint Nicolas avec des images fortes et pleines de charismes (la scène du tunnel – la pédiatrie).

Dick Maas fait preuve de solidité dans des scènes d'actions (la course poursuite sur les toits de la ville), travaillées et efficaces, relevant nettement le niveau de son film. Car en étant une force, il ne rend tout de même pas service au film car l'orientation prise n'est pas la bonne. Préférant adapter son Saint Nicolas en slasher en le représentant sous la forme d'un boogeyman, il s'inspire grandement de John Carpenter dans sa mise en images (Halloween-Fog). Dick Maas enlève toute la magie et le charme qu'aurait pu être son film comme un conte fantastique, surtout que l'introduction envoyait le film directement dans ce sens. Le côté iconique en serait sorti plus fort encore, et bien plus intelligent au final, que ce petit film idiot.

...Mais Saint est un film idiot et passe complètement à travers!

Car oui, Saint est un film idiot et passe complètement à travers. Faisant plus office de Teen movie à l'américaine en dehors de ses scènes de suspenses, on ne peut qu'être effarer de voir le niveau de jeu et des dialogues proposés. C'est d'une telle bêtise, que l'envie d'arrêter le film nous frise l'esprit pendant certaines séquences vraiment calamiteuses (la scène du commissariat).

Le film n'est pas sauvé non plus par des SFX approximatifs, rendant certaines séquences laides et très pauvres en termes d'images. L'exemple type est la course poursuite sur les toits où Dick Maas fait preuve de solidité dans sa mise en scène, mais le tout est gâcher par des effets spéciaux brouillons (très petit budget). Il faudra tout de même parler des scènes de meurtres très réussies, gores à souhait. On sent bien ici que le technicien prend son pied et n'a rien perdu de sa verve et de son énergie.

Au final, "Saint" est une véritable déception. Les dialogues et le jeu d'acteur sont d'une débilité navrante et son orientation « slasher » le rend approximatif et le prive d'être un beau conte macabre de noël. Il en reste qu'il possède une mise en scène efficace, saupoudré de mises à mort bien sanglantes. Préférez d'avantage "Rare Export", orienté conte de Noël à la sauce Amblin, que ce petit film qu'est Saint.

Informations

Détails du Film Saint (Sint)
Origine Pays-Bas Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Epouvante
Version Direct To Video Durée 88 '
Sortie 15/11/2011 Reprise -
Réalisateur Dick Maas Compositeur
Casting Huub Stapel - Egbert-Jan Weeber - Caro Lenssen
Synopsis Connaissez-vous la véritable histoire de Saint Nicolas ? Oubliez le gentil vieillard qui vous apporte des cadeaux avant Noël… Il était en réalité un évêque déchu et sanguinaire, à la tête d’une horde de voleurs et d’assassins. Au Moyen-âge, ils s’en prenaient aux enfants et aux familles qui avaient le malheur d’être sur leur chemin. Excédés, les villageois décidèrent un soir de se débarrasser de cette bande redoutable en mettant le feu à leur navire. Peu avant de mourir, Saint Nicolas jura que son assassinat ne resterait pas impuni… Depuis, toutes les nuits de pleine lune qui tombent un 5 décembre, jour de leur mort, Saint Nicolas et ses compagnons reviennent de l’au-delà et assouvissent leur effroyable désir de vengeance dans l’horreur et le sang.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques