Critique La femme au tableau (Woman in Gold)

La femme au tableau
Long-métrage historique mis en scène par l’académique Simon Curtis, dont c’est le deuxième essai après My Week with Marylin

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Dernière production en date de la Wenstein Company, La Femme au Tableau sort sur les écrans français sous l’égide de SND à la suite d’un beau succès au box-office US en début d’année. Long-métrage historique mis en scène par l’académique Simon Curtis, dont c’est le deuxième essai après My Week with Marylin, le long-métrage narre le combat de Maria Altmann pour la récupération de l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, exposé dans le plus grand musée d’Autriche, dont elle assure que celui-ci appartenait à sa famille. Dans cette lutte, elle s’aide d’un jeune avocat timide et maladroit. D’abord sceptique, le jeune père de famille se laisse convaincre par cette attachante vieille dame tandis que celle-ci lui raconte sa jeunesse tourmentée, l’invasion nazie, la spoliation des tableaux de sa famille, jusqu’à sa fuite aux États-Unis. Mais l’Autriche n’entend évidemment pas rendre la «Joconde autrichienne» à sa propriétaire légitime… Faute de recours, ils décident d’intenter un procès au gouvernement autrichien pour faire valoir leur droit et prendre une revanche sur l’Histoire.

La Femme au Tableau est un film sur le souvenir. Prenant les atours du film historique, il n’en aura jamais l’amplitude par le minimalisme de sa mise en scène. Volontaire ou pas, La Femme au Tableau emmène le spectateur entre le passé et le présent, le souvenir prégnant de Maria Altmann par l’arrivée cauchemardesque du Nazisme en Autriche nourrissant constamment l’histoire. Alors, on suivra les affres de l’envahissement allemand, la spoliation, l’humiliation et les tortures psychologiques subies par la population juive de Vienne. Dans ce combat pour la restitution des œuvres appartenant à la famille de cette vieille dame, nous faisons face à la rédemption d’une femme contre un pays l’ayant abandonnée elle et sa famille.

La Femme au Tableau déçoit par un classicisme bien trop visqueux de bonnes volontés.

Mais La Femme au Tableau promet, sous l’apparat de son affiche en haut des noms des acteurs composant le film, le plus grand combat judiciaire de l’histoire. Une première à son effet où une personne publique s’est élevée contre un état. C’est dans sa partie procédurale que La Femme au Tableau déçoit par un classicisme bien trop visqueux de bonnes volontés. Le combat de l’avocat, les tractations et les négociations ressortent tellement faciles et simples, qu’un épisode de Law & Order se montre plus complexe dans ses délibérés.

La Femme au Tableau est un produit lisse, un Feel Good Movie aux finitions solides et un casting impeccable (merveilleuse Helen Mirren), mais dont la charpente scénaristique laisse finalement un aspect classieux et insipide. Un téléfilm de luxe, parfois passionnant, comblant une place estivale dont il ne passera point le cap mémorial.

Informations

Détails du Film La femme au tableau (Woman in Gold)
Origine Etats Unis - Angleterre Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 110 '
Sortie 15/07/2015 Reprise -
Réalisateur Simon Curtis Compositeur Hans Zimmer - Martin Phipps
Casting Charles Dance - Katie Holmes - Ryan Reynolds - Helen Mirren - Daniel Brühl
Synopsis Lorsqu’il fait la connaissance de Maria Altmann, un jeune avocat de Los Angeles est loin de se douter de ce qui l’attend… Cette septuagénaire excentrique lui confie une mission des plus sidérantes : l’aider à récupérer l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, exposé dans le plus grand musée d’Autriche, dont elle assure que celui-ci appartenait à sa famille ! D’abord sceptique, le jeune avocat se laisse convaincre par cette attachante vieille dame tandis que celle-ci lui raconte sa jeunesse tourmentée, l’invasion nazi, la spoliation des tableaux de sa famille, jusqu’à sa fuite aux Etats-Unis. Mais l’Autriche n’entend évidemment pas rendre la « Joconde autrichienne » à sa propriétaire légitime… Faute de recours, ils décident d’intenter un procès au gouvernement autrichien pour faire valoir leur droit et prendre une revanche sur l’Histoire.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques