Critique Ant-Man

Ant-Man
Ant-Man reste à hauteur d’hommes (ou de fourmis) se résultant être le chapitre Marvel le plus léger et agréable.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Introduire un nouveau personnage dans les arcs à succès de Marvel n’est pas si simple en dépit de la réussite massive des différents longs-métrages produits à la pelle depuis maintenant dix ans. Personne ne peut prétendre à se nommer Captain America, Iron Man ou Spider-Man. Introduisant fièrement la phase 3 suite aux dernières aventures des Avengers face à Ultron, Ant-Man intègre enfin l’univers cinéma super-héroïque de l'écurie Marvel, non sans quelques craintes. Car sincèrement, qui pouvait croire en un super-héros Homme-Fourmi sur grand écran ?

La production du long-métrage Ant-Man n’aura pas enlevé quelques appréhensions quant à ce nouveau produit Disney/Marvel. Edgar Wright parti après un an de travail suite à des différends artistiques, Peyton Reed réceptionnait le bébé, lui homme de série TV et responsable de Yes Man avec Jim Carrey. Partant de la base de travail d’Edgar Wright en édulcorant quelque peu le tout, Peyton Reed s’efface comme prévu pour laisser place à un produit libre de se défaire à sa guise des codes du genre. S’inscrivant dans la lignée des Gardiens de la Galaxie par sa liberté de ton et un humour très présent, Ant-Man se voit surtout comme le porte-étendard pour l’acteur Paul Rudd. Balisé dans des comédies de seconde zone à Hollywood depuis des années, Paul Rudd prend l’opportunité Marvel pour s’émanciper trouvant enfin un rôle à sa mesure. L’acteur américain incarne Scott Lang, un cambrioleur de haut vol, qui va devoir apprendre à se comporter en héros et aider le Dr Hank Pym à protéger le secret de son spectaculaire costume d’Ant-Man, afin d’affronter une effroyable menace.

Ant-Man est un nouveau chapitre Marvel léger et agréable.

L’histoire en elle-même aligne les poncifs chers à Hollywood depuis vingt ans. La story-line de Ant-Man est des plus académiques mettant face à face deux pères devant prendre leurs responsabilités envers leurs progénitures. Scott Lang et Hank Pym sont le reflet l’un de l’autre, fait pour incarner ce héros au grand cœur rétrécissant à volonté. Face à eux, Darren Cross (Corey Stoll) prend les atouts de YellowJacket, méchant emblématique d’Ant-Man, dont la soif de reconnaissance nourrit un méchant au conformisme certain. La base même du film Ant-Man respire le déjà-vu, les situations se répètent et s’enchaînent telle une production super-héroïque du début des années 2000.

Ant-Man, à découvrir prestement en 3D, arrive à rafraîchir notre été suffocant par cette même symphonie ironique et humoristique déjà perçue chez Les Gardiens de la Galaxie.

Ant-Man va alors piocher sa fraîcheur dans son ironie à traiter inlassablement ses situations rabattues par milliers. Les entraînements, phase presque obligatoire d’un héros en devenir, deviendront un running-gag souriant par sa capacité à conjuguer la situation avec le slapstick. Ensuite, l’entourage même du héros, une bande de bras cassés emmenés par l’hilarant Michael Pena, se révélant succulent par son immaturité chronique. Mais le film se forgera dans l’ironie des situations épiques stéréotypées quand le héros Ant-Man affrontera YellowJacket. Se déroulant exclusivement dans la chambre de la fille de Scott Lang, le tapis de jeu de la jeune fille se transformera en un furieux champ de bataille. Las des grands espaces urbains ayant fait le succès d’Iron Man ou des Avengers, le petit train en bois se verra pulvériser et les combats à mains nues se dérouler dans la moquette de la chambre. Improbable, mais incroyable, Ant-Man trouve sa place dans l’arc Marvel par cette fraîcheur à sortir le spectateur de sa stabilité à voir un film de la série Marvel. Surpris puis amusé, on se délecte de cette nouvelle aventure s’incorporant parfaitement dans les mondes élaborés par Kevin Feige, mais qui trouve toute sa singularité à se jouer en permanence de l’image type du héros moderne.

Ant-Man, à découvrir prestement en 3D, arrive à rafraîchir notre été suffocant par cette même symphonie ironique et humoristique déjà perçue chez Les Gardiens de la Galaxie. Ne s’octroyant pas la même largesse de terrain de jeu que le Space-Opera de James Gunn, Ant-Man reste à hauteur d’hommes (ou de fourmis) se révélant être le chapitre Marvel le plus léger et agréable. Un nouveau plaisir qui en appelle d’autres pour un héros au grand cœur.

Informations

Détails du Film Ant-Man
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Science - Fiction
Version Cinéma Durée 120 '
Sortie 14/07/2015 Reprise -
Réalisateur Peyton Reed Compositeur Steven Price
Casting Michael Douglas - Evangeline Lilly - Paul Rudd - Michael Peña - Corey Stoll
Synopsis L'histoire d'Ant-Man est celle d'un petit escroc du nom de Scott Lang. Doté d'une capacité étonnante - celle de rétrécir à volonté tout en démultipliant sa force - ce dernier doit embrasser la part de héros qui est en lui afin d'aider son mentor, le docteur Hank Pym, à protéger d'une nouvelle génération de redoutables menaces, le secret du spectaculaire costume d'Ant-Man. Contre des obstacles en apparence insurmontables, Pym et Lang, doivent mettre au point - et réussir - un audacieux cambriolage qui pourrait sauver le monde d'une issue fatale...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques