Cet épisode 4 de la saison 8, Les derniers des Stark, s'annonçait comme un parfait épisode de transition entre deux grandes batailles, celles de Winterfell et de Port-Réal. Il l'est en effet et permet même à ceux qui ne sont pas fanatiques des scènes de batailles, en particulier nocturnes, de Game of Thrones cf. La Longue Nuit, de retrouver l'essence pur sucre de la série, c'est-à-dire de la politique, de la stratégie, de la manipulation, de la dissimulation, des crimes, de la trahison et des événements choquants qui vous déstabilisent pour le restant de la journée. Mais il est bien davantage qu'un banal épisode de transition car il prépare probablement un dénouement tragique et shakespearien, même si quelques twists inattendus s'apprêtent à nous surprendre d'ici la fin. Chaque réplique, voire chaque mot, ainsi que chaque regard et/ou chaque attitude pèsent de toute leur densité dramatique. Pourtant ce quatrième épisode est relativement calme jusqu'à sa quarante-septième minute et ne laisse les événements s'emballer que dans sa dernière demi-heure. Mais n'anticipons pas.

Tout d'abord, l'épisode s'ouvre sur une cérémonie d'hommage aux morts de la bataille de Winterfell. Accompagnés par une sublime musique funèbre (on ne dira jamais assez à quel point Ramin Djawadi, le compositeur de la série, se surpasse d'épisode en épisode), rendent hommage successivement dans les sanglots et les tremblements, Daenerys à son fidèle et valeureux protecteur, Jorah Mormont, Sansa à Theon Greyjoy, son compagnon d'infortune, Arya à Béric Dondarrion, celui qui lui a sauvé la vie et donc permis de tuer le Roi de la Nuit, Samwell Tarly à Ed, son collègue et ami de la Garde de Nuit, et enfin Jon Snow à la très jeune et courageuse Lyanna Mormont qui a été la première à le couronner Roi du Nord. Cinq morts en tout pour tout, dans les personnages secondaires de la série, là où on s'attendait à une hécatombe frappant même des personnages principaux. Mais David Bénioff et D.B. Weiss distillent désormais avec art et parcimonie la manière de faire mourir leurs personnages. On sent que chaque mort est mûrement réfléchie et mise en valeur, alors qu'elle s'attaquait auparavant à beaucoup de personnages sans trop de discernement. On remarquera que reste exclue de cet hommage aux morts, la sorcière Mélisandre, dont l'importance a pourtant été cruciale dans la bataille de Winterfell mais il est fort à craindre que l'on n'ait pas reconnu son cadavre transformé de vieille femme sur le champ de bataille.

Après le recueillement, l'heure est ensuite aux festivités qui vont occuper la première demi-heure de l'épisode. Etrangement, à part Gendry qui cherche désespérément Arya, peu semblent se préoccuper de celle qui, par son exploit personnel, a peut-être sauvé l'humanité. Les combattants paraissent surtout extrêmement fatigués et disposés à se saouler. Tout au plus, rendent-ils hommage à Daenerys surnommée la Reine Dragon et à Jon Snow pour avoir permis de résister à l'ennemi. Faisons donc un petit état des lieux.

- Arya et Gendry : lors de la fête, Gendry est interpellé par Daenerys qui l'élève stratégiquement jusqu'au rang de Lord Gendry Baratheon, Seigneur de l'Accalmie, comptant faire de lui un de ses obligés. De simple forgeron, il bénéficie ainsi d'une véritable promotion faisant passer un roturier dans le monde aristocratique des seigneurs.  Quelques séquences plus tard, c'est Ser Bronn de la Néra qui visera le même objectif, en menaçant Jaime et Tyrion Lannister d'une arbalète. Bronn, malin et calculateur, s'est avisé que Cersei avait peu de chances d'honorer son contrat, en cas de défaite, et a préféré négocier la propriété de Hautjardin avec Tyrion. Nous assistons ainsi à la naissance d'une nouvelle aristocratie, née de combattants d'extraction modeste, n'ayant pas froid aux yeux, de la même manière que les Verdurin ont succédé aux Guermantes dans A la Recherche du Temps perdu de Marcel Proust. Mais revenons à Gendry. Dans une arrière-cour, il finit par tomber sur Arya qui, loin de se faire porter en triomphe, continue à s'entraîner à décocher des flèches à l'arc. Enhardi par son nouveau titre, il la demande en mariage en lui indiquant que rien n'a pour lui de sens sans elle. Malheureusement, Arya a d'autres projets en tête, finir de tuer les personnes se trouvant sur sa liste et décline sa demande, le laissant coi. Il est ainsi le deuxième Baratheon à se faire éconduire par une Stark, après Robert évincé par Rhaegar dans le cœur de Lyanna Stark. Après avoir tendrement embrassé Gendry (preuve manifeste qu'elle tient à lui), Arya déclare son leitmotiv habituel "je ne suis pas une dame, ce n'est pas pour moi". Est-ce pour autant une fin de non-recevoir définitive ou le laisse-t-elle en suspens, le temps de terminer son activité de tueuse et de se reconvertir enfin en dame? L'avenir le dira.

-Jaime, Brienne et Tormund : on sentait depuis la fin de la saison 2 une attirance réciproque entre Jaime Lannister et Brienne de Torth. Elle s'est révélée véritable puisque, dans la nuit, ils sont passés à l'acte, Jaime étant donc devenu pour la première fois infidèle à sa sœur Cersei et Brienne perdant ainsi (il n'est jamais trop tard), une nuit après Arya, sa virginité. L'harmonie est telle entre eux que Jaime décidera de rester à Winterfell, du moins, pour un moment, au lieu de rejoindre la bataille de Port-Réal. En revanche, Tormund, qui continue à battre involontairement des records de grossièreté comique, se voit inéluctablement mis sur la touche et se résoudra à retourner dans le Nord des Sauvageons, emmenant avec lui Fantôme que lui lègue Jon Snow.     

- Le Limier et Sansa : d'humeur mélancolique, le Limier cuve son vin tout seul mais est rejoint par Sansa. Il lui avoue qu'une seule chose le rendrait heureux mais n'avoue pas laquelle. Il lui rappelle qu'elle aurait sans doute échappé à Little Finger et Ramsay si elle avait accepté de quitter Port-Réal en sa compagnie, cf. leur entretien dans l'épisode 9 de la saison 2. Sansa ne regrette rien car elle ne serait pas devenue la femme qu'elle est aujourd'hui, si elle n'avait pas souffert face à Little Finger et Ramsay Bolton.

- Daenerys, Sansa et Jon Snow : le ciel n'est en effet toujours pas au beau fixe dans ce trio de commandement. On pourra observer ainsi des regards vindicatifs de Sansa à l'égard de la Mère des Dragons, au moment de la nomination de Gendry et du toast lancé par Daenerys pour Arya. La nuit permettra à Daenerys et Jon Snow d'avoir enfin leur grande confrontation. L'amour existe toujours entre eux mais la révélation de leur lien de parenté les sépare. Daenerys aurait préféré n'en rien savoir mais en prend son parti, à condition que Jon Snow ne révèle à quiconque son hérédité. Le pauvre Jon, trop honnête, pense qu'il doit quand même la vérité à sa "famille", les sœurs Stark. Il leur fait jurer de se taire, ce qui n'empêchera pas Sansa de tout révéler à Tyrion qui le savait peut-être déjà de Bran. Néanmoins les réactions de Sansa peuvent être diversement interprétées : lorsqu'elle s'écrie en observant le vol des dragons "pourquoi elle?'" ou " Et s'il y avait quelqu'un d'autre? Quelqu'un de mieux?", pense-t-elle seulement à Jon Snow ou en solution subsidiaire à elle-même? Comme elle l'énonce elle-même, "la capitale ne réussit pas aux hommes de ma famille'". En se tenant à l'abri du conflit futur, serait-elle une possible solution de recours?  

Comme le souligne Tyrion, "nous avons vaincu les morts, il nous reste à combattre les vivants". Le plan conçu pour attaquer Cersei consiste donc à envoyer en éclaireur la flotte des Immaculés et des Dothkaris (les contingents ayant baissé de moitié), dirigée par Ver Gris, Missandei, Tyrion et Varys, accompagnée dans le ciel par les deux dragons de Daenerys. Cette flotte sera rejointe ensuite par l'armée des Nordistes (diminuée également de moitié), conduite par Jon Snow et Ser Davos. D'une nette supériorité numérique avant la bataille de Winterfell, on est passé à un équilibre dangereux pour l'armée des Alliés. Jon fait donc ses adieux à Tormund (et Fantôme) qui emmène le peuple libre, plus haut dans le Nord, et Sam et Véré qui attendent un enfant et vont rester à Winterfell. Reviendra-t-il un jour à Winterfell? Rien n'est moins sûr.

[ATTENTION SPOILERS] Car, à la 50ème minute, au moment où l'on s'y attend le moins, Rhaegal, le deuxième dragon de Daenerys, est tué de deux flèches venant de Euron Greyjoy qui attendait la venue des dragons avec l'arbalète géante confectionnée par la Main de la Reine, Qyburn. Daenerys accuse le coup et veut envahir et détruire Port-Réal. Ses conseillers, Tyrion et Varys, essaient de la modérer et obtiennent qu'elle tente de négocier avec Cersei, afin d'épargner la vie de milliers d'innocents. Elle ne croit pas que Cersei acceptera mais espère ainsi montrer qu'elle a tout essayé pour obtenir la paix et se déresponsabilise de la suite. Tyrion et Varys discutent alors sur la suite des opérations. Huit personnes sont déjà au courant de la véritable hérédité de Jon Snow, ce qui, selon Varys, fait que "ce n'est plus un secret mais une information". Tyrion suit une voie légitimiste en continuant à soutenir Daenerys, en dépit de ses menaces de détruire la ville. Il la croit toujours quand elle affirme qu'elle est "là pour libérer le monde des tyrans". Au contraire, Varys semble prêt à basculer, à changer de camp et soutenir Jon Snow, prétendant que "le meilleur est celui qui ne veut pas régner" et que "les pénis ont leur importance, hélas" (même si l'on peut penser qu'il serait dommage qu'une série qui a plutôt mis en exergue le féminisme se conclue par la victoire d'un homme). D'après Varys, le plus important est l'intérêt du royaume et donc du peuple, ce qui l'amène sur le chemin de la trahison et à envisager de tuer Daenerys. Dans la saison 7, elle avait évoqué la possibilité de trahison de Varys et avait promis de le faire brûler vif dans cette hypothèse. La série pose donc cette question passionnante : dans quelle mesure une personne qui veut libérer le monde des tyrans, peut elle-même en devenir un? Quelle est la limite à ne pas franchir, pour rester un souverain éclairé? La fin justifie-t-elle les moyens? Les qualités nécessaires à la conquête du pouvoir sont-elles les mêmes que celles requises pour son exercice? Certes Daenerys a des circonstances atténuantes, elle vient de perdre un de ses enfants dragons et sa meilleure amie et confidente Missandei a été capturée. Mais cela vaut-il la peine de sacrifier la vie de milliers d'innocents pour pouvoir destituer Cersei?

Lors des négociations, Cersei ne laissera guère le choix. Elle épargnera in extremis la vie de Tyrion qui s'est pourtant offert à bout portant, avec un courage insensé, à ses archers pour pouvoir lui parler. En revanche, la pauvre Missandei se fera décapiter par la Montagne, en prononçant comme dernier mot "Dracarys", autorisant en quelque sorte la Mère des Dragons d'utiliser son ultime "arme nucléaire".

Le prochain épisode montrera donc la Dernière Guerre entre Cersei Lannister et Daenerys Targaryen. L'une disposant de guerriers frais et reposés ainsi que de réserves importantes de feu grégeois qui peuvent réduire en cendres tout matériau y compris évidemment la chair humaine ( cf. épisode 10 de la saison 6), l'autre, ayant perdu son principal protecteur Jorah Mormont, ne pouvant plus compter que sur Drogon et sur une armée éprouvée et réduite de moitié.  

Comme la série a souvent joué le contre-pied (la victoire de Winterfell a surpris ainsi beaucoup d'observateurs), il n'est pas impossible que Cersei domine cette bataille et la remporte ou que Daenerys la gagne in extremis, grâce à un apport extérieur et en étant archi-dominée, voire en perdant son dernier dragon, Drogon, son préféré. Car, en dehors de l'armée de Jon Snow et Ser Davos, trois cavaliers solitaires font aussi route vers Port-Réal. D'un côté, Jaime Lannister qui a préféré abandonner Brienne pour aller retrouver Cersei, soit pour la tuer, soit pour la convaincre de se rendre. De l'autre, Le Limier et Arya ont reconstitué leur tandem : l'un va probablement vouloir réaliser son fantasme de toujours, tuer enfin son frère, La Montagne, qui l'a défiguré enfant ; l'autre a un ultime nom sur sa liste, celui de Cersei Lannister. Arya est partie avant Jaime ; arrivera-t-elle à ses fins avant lui?

La situation de Daenerys est donc stratégiquement compromise mais elle peut être sauvée par la mort, la reddition ou l'emprisonnement de Cersei. Cet affrontement à couteaux tirés entre deux amours-propres exacerbés, deux Reines qui n'ont plus rien à perdre, peut bénéficier à une troisième qui ne se sera pas jusque-là exposée, Sansa Stark. Il suffirait que Varys mette sa menace à exécution à l'égard de la Mère des Dragons et que Jon Snow refuse de monter sur le Trône, par dégoût de voir son grand amour, Daenerys condamnée, pour que le siège du pouvoir devienne alors accessible à sa "sœur" Sansa. Rappelons en effet que dans la saison 2, Tyrion s'exclame un jour avec admiration à son sujet, "Lady Stark, vous survivrez à nous tous" (épisode 4) et que Cersei n'a pas arrêté de la former, lui rappelant à chaque fois "si un jour tu deviens reine" (épisode 9). Dans ces conditions, il est difficile de croire que Sansa n'a pas formé des rêves de pouvoir et d'ambition personnelle.

Trois points restent pourtant à ce jour mystérieux et non résolus:

1) Tywin Lannister a laissé entendre à plusieurs reprises que Tyrion n'était pas son fils. Serait-il possible qu'il soit le fils illégitime d'Aerys Targaryen II, soit le père de Daenerys, et de Joanna, l'épouse de Tywin qui aurait été violée par le Roi Fou? Cela expliquerait l'affection réciproque existant entre Tyrion et les dragons de Daenerys. Il serait alors le seul héritier en ligne directe d'Aerys II, Daenerys étant sa demi-soeur et Jon Snow, son neveu. Par conséquent, il serait le seul à avoir réellement le droit d'occuper le Trône de Fer.

2) On a vu sous forme de teaser avant le lancement de la saison 8 une séquence où Arya, Sansa et Jon Snow faisaient face à un danger inconnu dans la crypte de Winterfell. Or, alors qu'on pensait voir cet extrait dans l'épisode 3, il n'est pas apparu pour l'instant dans la série. S'il a bien été tourné pour la série, il prendrait donc place après la bataille de Port-Réal et montrerait dans le tout dernier épisode de la série un nouveau danger auquel seraient confrontés les derniers des Stark.

3) Dans cet épisode 4 de la saison 8, lors de la soirée de festivités, Tyrion s'entretient brièvement avec Bran qui ne souhaite pas devenir le Seigneur de Winterfell ni de quoi que ce soit. Ce qui semble étrange, c'est que Tyrion lui propose ce titre alors que Jon Snow est Roi et/ou Gouverneur du Nord. Quoi qu'il en soit, Bran déclare ne plus rien vouloir, ce en quoi Tyrion l'envie, et vivre uniquement dans le passé. Or, en a-t-on réellement fini avec le Roi de la Nuit? Il est déclaré mort, transformé en cubes de glace par la dague en acier valyrien d'Arya. Néanmoins l'on sait qu'il peut intervenir dans les rêves de Bran et le marquer corporellement. Pourrait-il amener Bran à devenir à sa place Roi de la Nuit, si Bran, en restant trop longtemps dans le passé, reste bloqué dans cette dimension?

L'Histoire serait-elle un éternel recommencement, un cercle sans fin?