ARTICLE Emmy Awards 2017 : le triomphe des femmes

Emmy Awards 2017 : le triomphe des femmes

Les Emmy Awards, les Oscars de la télévision, ont enfin été décernés dans la nuit du 17 au 18 septembre. Dressant ainsi un panorama de l'actualité des séries, cette cérémonie est incontournable pour le monde de la télévision américaine. Le décryptage possible de cette soirée sera simple:

- on se demandait quelle série allait bien pouvoir succéder à Game of Thrones qui avait remporté 12 statuettes, record historique, et confirmé l'année dernière sa place de leader dans le monde des séries.  Car cette année, pour cause de délais de diffusion, Game of Thrones ne pouvait pas concourir: pour ce faire, les séries doivent être diffusées pour au moins la moitié de leur saison avant fin juin. HBO avait placé Westworld en successeur possible, Netflix poussait Stranger Things. Or c'est une petite plateforme Hulu qui remporte la mise avec The Handsmaid's Tale, fiction dystopique adaptée du roman culte de Margaret Atwood, devenu une sorte de talisman en ces années Trump. Huit statuettes couronnent cette série dont celle de la meilleure série dramatique, celle de la meilleure actrice, récompensant le parcours hors normes de Elisabeth Moss (À la Maison-Blanche, Mad Men, Top of the Lake), ainsi que Bruce Miller au scénario, Reed Morano à la réalisation et Ann Dowd pour un second rôle féminin.

On remarquera également que les Emmy Awards de la meilleure mini-série et de la meilleure série comique, vont également dans le même sens : Big Little Lies (5 Emmy Awards) de Jean-Marc Vallée, mettant en vedette un trio féminin, Reese Witherspoon, Shailene Woodley et Nicole Kidman (la seule récompensée des trois) tandis que Veep, célébrée meilleure série comique, permet à Julia Louis Dreyfus d'établir un nouveau record. Elle a en effet gagné six fois l'Emmy de la meilleure actrice comique.

- La deuxième remarque coule de source. Ce ne sont plus les grands réseaux qui dominent ni même le câble payant (HBO, FX, Showtime). Aujourd'hui, ce sont les plateformes de diffusion sur Internet qui donnent le ton, les plus modestes comme Hulu se permettant de damer le pion à Netflix ou Amazon.  Netflix a ainsi dû se contenter de l'Emmy du meilleur film de télévision pour San Junipero issu de la série Black Mirror.

Par ailleurs la cérémonie a pris comme lors des Golden Globes l'allure d'une cérémonie anti-Trump. Plus la politique trumpiste s'enfonce, plus les artistes hollywoodiens se montrent brillants.

Enfin on regrettera que The Leftovers ait été comme d'habitude absolument oubliée de la cérémonie. Malheureusement, ce n'était pas pour des raisons de délais comme pour Game of Thrones ou Twin Peaks...

Meilleure série dramatique : "La servante écarlate" (Hulu)

Meilleure comédie : "Veep" (HBO)

Meilleure mini-série : "Big Little Lies" (HBO)

Meilleur acteur dans une série dramatique : Sterling K. Brown, "This Is Us" (NBC)

Meilleure actrice dans une série dramatique : Elisabeth Moss, "La servante écarlate" (Hulu)

Meilleur acteur dans une série, comédie : Donald Glover, "Atlanta" (FX)

Meilleure actrice dans une série, comédie : Julia Louis-Dreyfus, "Veep" (HBO)

Meilleur acteur dans un téléfilm ou une mini-série : Riz Ahmed, "The Night Of", (HBO)

Meilleure actrice dans un téléfilm ou une mini-série : Nicole Kidman, "Big Little Lies" (HBO)

Meilleur film de télévision : "Black Mirror: San Junipero" (Neftlix)

David Speranski

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.