ARTICLE Twin Peaks saison 3 épisode 14: mais qui est le rêveur?

Twin Peaks saison 7 épisode 14: mais qui est le rêveur?

Cet épisode 14 dédié à la mémoire de David Bowie ne pouvait pas ne pas être l'un des plus réussis. C'est vraiment le cas, il s'avère être une réussite éblouissante, en parvenant à tenir sur la corde raide des rêves éveillés pendant 55 minutes. Il renoue avec l'abstraction des épisodes 1, 2, 3 et 8, et la solide charpente narrative des épisodes 9 et 11.

Deux raisons à cela: il n'est pas du tout construit sur le parallélisme trop évident Good Coop/Bad Coop et est élaboré à partir de cinq séquences quasiment autonomes, pourtant reliées souterrainement du point de vue narratif: Gordon Cole et l'équipe du FBI à Buckhorn, Dakota du Sud (14 mn), l'équipe de flics de Twin Peaks en mission dans la forêt (19 mn), Freddie racontant son histoire à James Hurley (11 mn), Sarah Palmer en vadrouille dans un bar (6 mn), Marge et Sophie au Roadhouse (6 minutes). Cette densité narrative par blocs s'avère bien plus payante pour Frost et Lynch que le zapping d'un personnage secondaire à un autre. Ce qui constitue la réussite de l'épisode tient peut-être aussi au fait qu'on est presque totalement revenu à Twin Peaks. Hormis la partie Gordon Cole, tout se passe en effet dans notre ville bien-aimée et l'on se doute que lors des épisodes suivants, tout va de plus en plus se concentrer là, ainsi que du côté du vortex et de la Black Lodge. A Buckhorn, Gordon Cole apprend enfin l'existence de deux Cooper grâce au shérif Frank Truman qui l'avait découverte sept épisodes plus tôt. On en sait un peu plus aussi sur le début de l'histoire, le premier dossier de l'unité Rose Bleue, survenu en 1975 à Olympia, avec le meurtre de Lois Gaffey par elle-même, Gordon Cole et Philip Jeffries étant chargés de l'enquête. Cole (Lynch lui-même, toujours hilarant dans son numéro de sourdingue) se retrouve plongé dans un rêve métaphorique où il est censé rencontrer dans un café parisien Monica Bellucci (sic!) qui lui délivre l'adage "nous sommes comme le rêveur, qui rêve et ensuite vit à l'intérieur de son rêve. Mais qui est le rêveur?" Cole lui-même qui rêverait toute cette histoire? Tous les habitants de Twin Peaks qui feraient cet immense rêve collectif en se projetant vingt-cinq ans en avant? Ou le spectateur lui-même?

En passant, une révélation de taille passe presque inaperçue au milieu de tout ce délire onirique: Diane nous apprend que Janey-E est sa demi-soeur. On devrait donc bientôt savoir comment la bague offerte par Janey-E à Dougie a bien pu se retrouver dans l'estomac du Major Briggs. A Twin Peaks, Bobby mène l'équipe de police à travers la forêt à l'endroit indiqué par les coordonnées du message, près du Palais du Lièvre, et à l'heure dite, 2h53, le vortex se déclenche et happe Andy qui se retrouve dans la Black Lodge, assis face au Géant qui décline sa véritable identité, l'Homme de Feu. Andy a même droit à une projection sur écran d'une petite rétrospective de moments intéressants (The Woodsman, la station-service, les deux Cooper et même Lucy!). Sorti de la Black Lodge, il va protéger Naido, l'Asiatique aux yeux cousus, elle aussi apparemment expulsée nue du même endroit, en la mettant en cellule.

Or, dans la séquence suivante, Freddie, un nouveau venu chez les agents de sécurité de l'Hôtel du Grand Nord, raconte une histoire abracadabrante à James Hurley, où, à Londres, il aurait été lui aussi convié via un vortex dans la Black Lodge, et accueilli par L'Homme de Feu qui lui aurait conseillé de se munir d'un gant à  la main droite, le dotant d'une force surnaturelle, et de se rendre à Twin Peaks pour y rencontrer sa destinée. James ne le contredit pas (sic!) et va inspecter la chaudière de l'Hôtel, où, c'est le cas de le dire, nous brûlons de connaître la vérité. De son côté, Sarah Palmer effectue une virée dans un bar où elle se fait draguer (sic!) par un gros lourd. Mal lui en a pris car Sarah lui a montré son vrai visage de créature maléfique et lui a dévoré la moitié du cou. Enfin au Roadhouse, Megan, la fille de Tina, (celle qu'a appelée Charlie, le mari d'Audrey, au sujet d'un certain Billy) discute avec Sophie de ce même Billy, amant potentiel de sa mère, qui pisserait le sang du nez et de la bouche. Or dans la prison de Twin Peaks, vue deux séquences auparavant, se trouve un personnage qui correspond étrangement d'assez près à cette description et répète toutes les fins de phrase comme un certain Dougie Jones...Serait-ce un symptôme commun aux expulsés malgré eux de la Black Lodge?

En résumé, contrairement à ce que l'on pouvait penser, l'arc narratif d'Audrey ne paraît donc pas se passer dans une dimension parallèle puisque l'existence de Billy est certifiée par ces deux clientes du Roadhouse ; Sarah Palmer est possédée par une entité maléfique et surnaturelle qui pourrait également posséder d'autres habitants de Twin Peaks comme Richard Horne, Steven, etc.; le vortex s'affirme de plus en plus comme la voie directe vers la Black Lodge cf. l'expérience d'Andy et l'anecdote de Freddie; quant à l'histoire de Lois Duffy, elle semble préfigurer la rencontre qui aura fatalement lieu entre Dougie Jones et Mr C. à Twin Peaks, voire dans la Black Lodge. Celle de deux doubles qui ne peuvent exister de manière concomitante, l'existence de l'un excluant forcément celle de l'autre. Néanmoins le Bien semble si faible et désarmé face au Mal surpuissant, que l'on ne voit pas forcément d'un bon œil le résultat d'une telle confrontation.

Sinon, du côté guests, dans cet épisode, on assiste à l'apparition de Monica Bellucci qui ne peut jouer finalement qu'elle-même (belle idée), en donnant peut-être la clé philosophique et thématique de cette saison ("mais qui est le rêveur?", question non résolue qui ne cesse de résonner dans notre esprit), au retour de David Bowie dans Twin Peaks via la reprise en noir et blanc et mise en perspective par Gordon Cole, de sa séquence dans Twin Peaks Fire Walk with me et même au Roadhouse à une petite réunion de famille lynchienne avec la discussion de Marge (Shane Lynch) et de Sophie (Emily Stofle, Mme Lynch en personne). Ne manque plus que le caméo de Mark Frost qui a certainement dû se réserver un rôle de choix. Et si c'était lui qui tirait toutes les ficelles?

David Speranski

Laissez un commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous afin de laisser un commentaire.