S'il existe un lieu qui promet de réchauffer les cœurs refroidis par une météo pluvieuse, c'est bien le cinéma. Alors que demander de plus qu'un festival de cinéma où les salles deviennent des points de ralliement pour nos intériorités fatiguées? Le festival de la Roche-sur-Yon se fait maître des festivals-cocons aux milles couleurs : une pépite pour les cinéphiles, un trésor pour les curieux.

Pour cette 10ème édition, en plus des 2 sections compétitives habituelles (Internationale, Nouvelles Vagues, uniquement constituées de films en première française), nous retrouvons de nombreux évènements cinéphiles (telle que la projection du premier long métrage de Céline Sciamma, Naissance des pieuvres, suivi d'une rencontre avec Adèle Haenel) ainsi que des initiatives novatrices (articulation d'une séance autour de clips) et des hommages importants (Lambert Wilson). Le cœur du Festival de La Roche-sur-Yon se veut porter le reflet du cinéma contemporain, en mouvement perpétuel, ainsi que des créations nouvelles qui troublent de façon bienheureuse la vision.

Sensation d'intimité avec les films, un village de cinéma pour une semaine. Un pur plaisir cinématographique à venir, on salive d'avance.