C'est l'heure du bilan, après douze jours. Nous avons quand même eu le temps de voir en ce dimanche First Love le nouveau film de Takashi Miike, produit par Jeremy Thomas, une œuvre étrangement sentimentale pour ce Japonais tout fou, qui fait pourtant preuve des mêmes qualités de sauvagerie et d'humour qu'à l'accoutumée. Le film, excellemment mis en scène, tient essentiellement par une énorme séquence dans un grand magasin où boxeurs, yakusas et autres s'affrontent en trois actions parallèles.

Puis il était temps de se préparer pour la cérémonie de clôture qui proposait Extazus, un court métrage de Bertrand Mandico, égal à lui-même, faisant toujours du Mandico pour illustrer la superbe musique de M83 et un intrigant long métrage de Justin Kurzel (Les Crimes de Snowton) revenu au cinéma indépendant après des déceptions hollywoodiennes (Macbeth, Assassin's creed), True history of the Kelly Gang, un western australien sur la formation d'un jeune homme, Ned Kelly qui écrit ses souvenirs de hors-la-loi. Ned Kelly entretient une relation tourmentée avec sa mère qu'il déteste autant qu'il l'aime, et se trouvera des pères de substitution aussi peu fiables l'un que l'autre, interprétés par des guest stars de luxe, Russel Crowe et Charlie Hunnam. Malheureusement, d'après une des phrases du film, il ne "deviendra jamais l'homme qu'il aurait voulu être ou celui que sa mère aurait voulu qu'il soit. Il ne sera jamais qu'un enfant en quête d'un regard approbateur". Merveilleusement photographié et mis en scène, le film pâtit un peu d'une écriture scénaristique trop hâtive. Pourtant l'originalité du projet mérite l'attention (on ne voit pas tous les jours des cow-boys en robe!) et bénéficie de la présence de Nicholas Hoult, en flic ambigu, et surtout, cerise sur le gâteau, de Thomasin McKenzie qui explose comme révélation dans le cinéma anglo-saxon, après l'exceptionnel Leave no trace. On entendra sans doute reparler de cette merveille d'actrice.

Venons-en au palmarès proprement dit. On espérait en Grand Prix Nouveau Genre Swallow ou Lillian et finalement, c'est Vivarium, notre 3ème choix, après nos deux coups de cœur, qui l'emporte. On sentait le film de Lorcan Finnegan porté par un vent favorable et ce choix est plutôt mérité, récompensant un film à la fois très original et personnel et pouvant répondre à des critères de grand public, en raison de la présence de Jesse Eisenberg et Imogen Poots, tous les deux absolument formidables à la distribution. Swallow et Lillian, bien que, peut-être plus éblouissants dans leur projet et leur mise en scène, paraissaient sans doute trop extrêmes pour rafler le Grand Prix. En revanche, on remarquera une petite déception pour le Prix du Public, que le délégué général n'a même pas cherché à cacher, puisqu'il a récompensé un film de zombies sud-coréen, complètement passé inaperçu lors de la Compétition, The Odd Family, saluant après la Palme cannoise de Bong Joon-ho la vitalité incontestable du cinéma sud-coréen. 

Le bilan s'avère incroyablement positif : 35 000 spectateurs en douze jours et l'une des plus belles éditions de mémoire de festivalier. Sur toutes les séances vues, on ne trouvera que Dreamland comme film assez faiblard, tous les autres méritant le visionnage, voire l'approbation sur grand écran. On se souviendra encore longtemps des frissons engendrés par la programmation de ce 25ème Etrange Festival, des (re)découvertes de Génération Proteus, La Petite fille au bout du chemin, de L'Obsédé ou de Strange Days, ainsi que des révélations de nouveaux cinéastes qui feront les beaux jours de notre vie de cinéphile dans les années à venir, Carlo Mirabella-Davis, Andreas Horvath, Lorcan Finnegan, Jennifer Reader, Ant Simpson, David Marmor, Robert Eggers, etc. On gardera enfin un souvenir ému des séances auxquelles nous avons assisté de manière privilégiée, les séances d'ouverture et de clôture, la célébration des 90 ans d'Alejandro Jodorowsky, la séance spéciale de Irréversible, inversion intégrale...Autant d'événements à marquer d'une pierre blanche. On se demande même comment l'équipe de l'Etrange Festival fera encore mieux pour la suite et en particulier le 30ème anniversaire qui n'est pas si loin. On leur fait confiance pour trouver la solution et relever le défi de la plus belle des manières.

Palmarès

Grand Prix Nouveau Genre Canal Plus

Vivarium de Lorcan Finnegan (Irlande-Belgique-Danemark)

Prix du Public

The Odd Family : Zombie on sale de Lee Min-Jae (Corée du Sud)

Grand Prix Canal Plus du court métrage

Please speak continuously and describe your expériences as they come to you de Brandon Cronenberg (Canada)

Prix du Public du court métrage

Ex aequo

Vagabondages de Guillaume Pin (France) et Portrait en pied de Suzanne d'Izabela Plucinska (France)