Bien éprouvés par un retour difficile en pleine nuit en raison de la grève du vendredi 13, nous avons finalement manqué une des séances-phares sans jeu de mots de l'Etrange Festival. Il faut préciser que nous n'avons pas ménagé notre peine en vantant les mérites de ce film vendredi et samedi en partageant la critique de ce film sur les réseaux sociaux. Or nous ne l'avions pas encore vu, hormis une de nos rédactrices qui était revenue dithyrambique de sa séance cannoise. Il s'agissait de The Lighthouse de Robert Eggers avec Robert Pattinson et Willem Dafoe. Autant dire que nous jouions avec le feu car nous vous incitions fortement à prendre des places. Peu importe, cela nous fait plaisir si vous avez pu bénéficier des places restantes. Il faut préciser que le film n'a eu droit qu'à une seule projection car il ne participe pas bizarrement (?) à la compétition de l'Etrange Festival. Nous le verrons à sa sortie le 11 décembre. 

Ayant déjà vu Little Joe de Jessica Hausner, nous n'avions plus le choix qu'entre Bliss délaissé malheureusement le premier jour au profit de Dreamland, et Come to Daddy. Au vu de la rumeur plus favorable, nous avons opté finalement pour Come to Daddy mais Bliss restera au rayon des grands regrets des films non vus à l'Etrange Festival cette année. 

Come to Daddy, comédie horrifique, réalisée par Ant Timpson et scénarisé par Toby Harvard, explore la relation père-fils en citant dès l'exergue une citation de Shakespeare qui se retrouve au cœur d'un film qui sera bientôt dans l'actualité cinématographique, Ad Astra de James Gray : "les fautes des pères retombent sur la tête des fils". Le film tient plutôt bien la distance grâce à l'interprétation d'Elijah Wood, Stephen McHattie et Martin Donovan et aux qualités d'écriture du scénario, contenant d'excellentes idées inattendues. Cependant, même s'il tient ses promesses, il esquive un peu la profondeur attendue au profit d'un échange de personnalités. Une bonne surprise, malgré tout. 

Lors de la cérémonie de clôture, à laquelle nous participerons, deux prix seront remis: le Grand Prix Nouveau Genre décerné depuis dix ans par L'Etrange Festival et Canal Plus, ainsi que le prix du public, attribué par les votes des spectateurs à chaque séance. 25 films sont en compétition. On espère que nos préférés Swallow et Lillian auront su attirer l'attention. Au Festival de Deauville, Swallow a remporté le prix spécial du jury, on souhaite qu'il fasse encore mieux à l'Etrange Festival. A part eux, dans une compétition de haute volée, Vivarium, 1BR et Knives and skin ont su aussi se faire remarquer par leurs qualités incontestables. Come to Daddy n'est pas mal non plus mais semble un peu en retrait artistiquement, même s'il pourrait satisfaire une vision consensuelle du film de genre. Réponse dans quelques heures au Palmarès de l'Etrange Festival.