Il régnait un parfum de Lynch sur l'avenue des Champs-Elysées ce jeudi soir...Tout d'abord dans un des films de la compétition, dont vous parle Justine dans son excellente chronique, Chained for life, qui semble évoquer lointainement le souvenir d'Elephant Man ou le développement d'une séquence bouleversante d'Under the Skin via la présence d'Adam Pearson. 

C'était quelques heures avant que ne débarque l'acteur fétiche de David Lynch, lui-même, Kyle MacLachlan, aka Jeffrey Beaumont dans Blue Velvet ou l'agent spécial Dale Cooper de Twin Peaks, pour donner sa masterclass. A cause d'une certaine ressemblance physique (les deux partageant des traits candides et réguliers), on a parfois évoqué le terme d'alter ego de David Lynch pour MacLachlan. Or, comme le dit Lynch, si MacLachlan partage certains traits communs avec Dale Cooper (la jovialité et la bonne humeur), certains autres lui sont assez étrangers (le côté cérébral et déconnecté du monde) et viennent directement de son mentor. 

Quand on voit d'ailleurs arriver Kyle MacLachlan, on a d'ailleurs un peu de mal à le reconnaître dans ce sympathique sexagénaire aux cheveux poivre et sel et arborant des lunettes, tant on s'était habitué à l'image de Dale Cooper, les cheveux noirs et lisses, peignés en arrière. Pourtant il suffira de quelques minutes pour que l'on reconnaisse dans le sourire et la manière de se tenir l'une des plus grandes icônes de l'histoire de la télévision. Car, même s'il n'a cessé de tourner au cinéma, MacLachlan a avant tout le monde aujourd'hui, tourné dans des séries télévisées (Twin Peaks évidemment, mais aussi Sex and the City et Desperate housewives). 

Mais s'il fallait résumer la carrière de MacLachlan, les extraits présentés lors de la Masterclass ne laissent guère de doute : sur cinq extraits, quatre de Lynch (Blue Velvet, deux de Twin Peaks, un de Twin Peaks The Return). Quant au cinquième, il ne s'agira ni du formidable Hidden de Jack Sholder ni du controversé Showgirls de Paul Verhoeven (oui, dans la filmographie de MacLachlan, même Verhoeven passe inaperçu à côté de David Lynch). Le cinquième extrait concerne Les Révoltés d'Attica (Against the Wall), un téléfilm HBO signé John Frankenheimer, et interprété par Kyle et un certain Samuel L. Jackson, excusez du peu. Pour le reste, David Lynch, David Lynch et encore David Lynch qui est LA rencontre qui a changé sa vie. Dans l'ordre, on aura donc droit à une discussion avec Laura Dern à la cafétaria dans Blue Velvet, la scène de la Red Room avec Sheryl Lee et Michael J. Anderson dans Twin Peaks, une scène de dialogue avec Michael Ontkean dans Twin Peaks et enfin, pour boucler la boucle, une scène avec Laura Dern dans Twin Peaks The Return où Kyle interprète Mr C. en prison.  Pourtant, pour Kyle MacLachlan, David Lynch n'est pas si différent des autres metteurs en scène dont il essaie d'accompagner à chaque fois la vision. En tout cas, Kyle reconnaît que sa carrière a été envahie par des rôles où prédomine le mystère, ce qu'il ne s'explique pas trop, étant un être assez jovial et terre-à-terre. Il a ainsi été particulièrement ravi de recevoir pendant la masterclass des cadeaux gastronomiques de la part de fans français, dont une tarte aux cerises, tout droit sortie de Twin Peaks. On ne saura pas si elle était bonne mais on aura ainsi passé une bonne heure et demie, pleine de charme et d'humour, en-dehors du temps, avec un acteur qui ne se prend pas au sérieux mais sait que Twin Peaks a changé la vie de beaucoup de gens. 

La masterclass de Kyle a été suivie d'une projection exceptionnelle du fameux huitième épisode de Twin Peaks saison 3. Cela a été l'occasion de vérifier pour l'ensemble des spectateurs, dont un grand nombre de jeunes gens, que cette série, c'est bien véritablement du cinéma car cet épisode n'avait jamais été projeté jusqu'alors sur grand écran.