Quelques heures avant le lancement officiel de cette huitième édition des Champs-Elysées Film Festival avec la projection du film Yves du réalisateur Benoît Forgeard au Publicis Cinémas, se tenait l'autre côté de la rue un autre événement sous la forme d'une rencontre attendue : la première Masterclass du Festival.

Il est un peu plus de 17 heures lorsque Jeff Goldblum, figure iconique du Docteur Ian Malcolm (Jurassic Park), entre dans la salle du cinéma Le Balzac. La salle se lève, les applaudissements ne se font pas attendre : le public est déjà conquis par son allure de dandy et son look inimitable. Durant près d'une heure, l'acteur revient en compagnie de la journaliste Perrine Quennesson sur les grands moments de sa carrière. Joueur et particulièrement généreux dans ses réponses, Jeff Goldblum partage avec le charme qui le sien ses références, ses souvenirs, ses engagements et plus encore sa passion pour le cinéma.

De ses débuts avec Un justicier dans la ville jusqu'aux films de Wes Anderson, des extraits retracent les étapes de sa carrière. Il se remémore ainsi ses collaborations avec de grands cinéastes allant de Spielberg à Anderson en passant par Robert Altman, en ne manquant d'ailleurs jamais de bons mots pour ces derniers. Il nous ramène également au présent en rappelant sa présence dans un film projeté dans le cadre du Festival intitulé The Mountain du cinéaste américain Rick Alverson. Il souligne aussi sa volonté de travailler, un jour ou l'autre, avec les frères Coen. Conscient de son image et de son utilisation dans la pop-culture, Goldblum ne cache pas avoir cultivé un véritable travail de recherche afin de trouver sa propre voie.

Avant son départ pour la cérémonie d'ouverture, une mention est faite à son groupe de jazz nommé Jeff Goldblum & The Mildred Snitzer Orchestra, où il joue du piano. Et c'est sur une note pleine de suspense que prend fin la Masterclass, avec un "It may or it may not" lâché en guise de réponse à la question d'une possible présence de l'acteur dans le prochain Jurassic Park à venir.

A 20 heures, c'était au tour d'Yves, un réfrigérateur intelligent, d'ouvrir le bal de cette huitième édition du Festival parisien, spécialiste des films indépendants français et américains. Ne manquez d'ailleurs pas notre critique du film ainsi que notre entretien avec Benoît Forgeard, son réalisateur.