Ce jeudi, seront présentés successivement le jour et la nuit. Tout d'abord, un film qui s'annonce classique, signé Marco Bellochio, Le Traître, sur la mafia sicilienne. Ensuite, le 2ème grand événement du Festival de Cannes, après le Tarantino, la suite de Mektoub my love Canto Uno, dénommée Intermezzo, d'Abdellatif Kechiche, qui sera projeté pour les âmes courageuses à 22h pour se terminer vers une heure trente du matin. Il règne déjà un parfum de scandale autour de ce film, certains parlant de scènes sexuelles non simulées, qui promet de faire de cette séance un événement historique. 

Ceux qui n'auront pas peur de perdre leur énergie avant 22h pourront aller aux projections des prix de la Semaine de la Critique : A white, white day, J'ai perdu mon corps, Nuestras Madres et Vivarium seront projetés une nouvelle fois. Ou bien aller à la clôture de la Quinzaine des Réalisateurs qui programme Yves de Benoit Forgeard, un film burlesque et loufoque qui n'a apparemment pas grand'chose à envier au film d'ouverture de Quentin Dupieux, Le Daim