C'est le grand événement du Festival de Cannes, la présentation en avant-première, le film ne sortant que le 14 août, de Once upon a time...in Hollywood, le neuvième film de Quentin Tarantino, en hommage à l'année 1969 et en référence à l'un de ses maîtres, Sergio Leone. On prévoit déjà des kilomètres de file d'attente aux séances de la journée.  

L'événement est tel qu'il éclipserait presque l'autre film en compétition de la journée, Parasite de Bong Joon-ho, un film qui a peut-être plus de chances de se retrouver au palmarès au plus haut niveau, que le Tarantino. Rien que la présentation de ces deux films fait de cette journée de mardi la plus électrique et excitante depuis le début du Festival. 

Les autres films passeront sans doute encore plus inaperçus, en dépit de leur incontestable qualité, mais feront le bonheur des cinéphiles consciencieux. On notera ainsi à Un Certain Regard le film d'animation La Fameuse invasion des ours en Sicile de Lorenzo Mattotti et Viendra le feu d'Olivier Laxe, révélé par la Semaine de la Critique, quelques années auparavant, avec Mimosas. A la Semaine de la Critique, il faudra sans doute porter attention aux débuts de César Diaz avec Nuestras Madres, qui, avec un sujet très féministe, semble un lauréat possible pour la Caméra d'Or...