La révolution n'a pas eu lieu. Pas encore, en tout cas. Avec Roma, Netflix disposait pourtant du parfait Cheval de Troie pour s'imposer aux Oscars au plus haut niveau. C'est chose faite avec trois Oscars (meilleur film étranger, meilleur réalisateur, meilleure photographie) récompensant le prodige mexicain Alfonso Cuarón, extraordinaire homme-orchestre, mais pas tout à fait car au bout du suspense et de la nuit, c'est finalement le film classique et réconciliateur de Peter Farrelly, Green Book, qui l'a emporté. Disposant de cinq nominations (contre dix pour Roma), Green Book a su s'imposer dans les catégories majeures, meilleur film, meilleure interprétation dans un second rôle masculin, meilleur scénario original. Au dernier moment, l'Académie des Oscars a préféré la sécurité plutôt que de se lancer dans l'inconnu des plateformes Internet. On sent pourtant le cinéma au bord de basculer dans un univers indifférencié, où film, série et divertissement en général se confondraient. Le cinéma tient toujours mais pour encore combien de temps?

Green Book est stylistiquement inférieur à Roma mais son message est quasiment identique, comme l'a proclamé Peter Farrelly en fin de cérémonie: « Tout le film tourne autour de l’amour, du fait de nous aimer les uns les autres malgré nos différences ». On assiste un peu au même phénomène que lorsque Chicago, film anodin, l'a emporté sur Le Pianiste ou également quand Miss Daisy et son chauffeur a été couronné alors que son metteur en scène Bruce Beresford n'a même pas été nommé. Certes Green Book porte complètement la marque de son metteur en scène Peter Farrelly qui n'a cessé de traiter dans son œuvre antérieure (co-réalisée avec son frère Bobby), de différence et de réconciliation, cf. Deux en un, L'Amour extra-large, mais sa victoire est bien plus stratégique et politique qu'artistique. D'un point de vue symbolique, Green Book montre même une situation inversée par rapport à Miss Daisy et son chauffeur, cette fois-ci, c'est le Blanc qui conduit le Noir et non l'inverse qui correspondrait plus à la vérité historique, mais ne serait désormais qu'un cliché artistique.

Car Green Book traite de l'intégration, sujet central dans la société américaine, et permet de faire le lien avec une grande partie du reste du palmarès. En effet, le palmarès des Oscars n'a jamais été aussi centré sur la diversité en récompensant un nombre impressionnant d'Afro-américains : trois récompenses pour Black Panther de Ryan Coogler, (meilleure musique, meilleurs décors, meilleurs costumes) premier film de super-héros noir, une donc pour Mahershala Ali dans Green Book (meilleur second rôle masculin), une autre pour Regina King dans Si Beale pouvait parler (meilleur second rôle féminin) et enfin une récompense qui sonne comme un hommage à celui qui depuis trente ans et plus représente le cinéma noir américain, l'Oscar du meilleur scénario adapté pour BlacKkKlansman de Spike Lee, déjà Grand prix du jury au Festival de Cannes 2018. Spike Lee revient donc aux Oscars trente ans après son film emblématique, Do the Right Thing, et n'a pu s'empêcher d'y faire allusion, ce qui a dû faire plaisir à Donald Trump derrière sa télévision:"The 2020 presidential election is around the corner. Let's all mobilize. Let's all be on the right side of history. Make the moral choice between love versus hate. Let's do the right thing!"  

On attendait (craignait?) la révolution Netflix, on a finalement obtenu la victoire du cinéma noir américain. Cette victoire s'est même étendue aux descendants d'immigrés, Américains de la première génération, comme Rami Malek, issu de parents égyptiens, lauréat immensément méritant de l'Oscar du meilleur acteur pour son interprétation fulgurante dans Bohemian Rhapsody. Le film de Bryan Singer est d'ailleurs le plus récompensé de la cérémonie des Oscars avec quatre statuettes mais, hormis celle du meilleur acteur, il n'a remporté que des récompenses techniques (meilleur montage son, meilleur mixage son, meilleur montage). Les techniciens récompensés tout comme Rami Malek se sont bien gardés de remercier Bryan Singer, actuellement mis en cause dans des accusations d'harcèlement sexuel. Or si les César étaient cette année très #metoo, en couronnant des films sur la violence dans le couple ou sur les enfants, cette thématique s'est (provisoirement?) effacée des Oscars, au profit de celle de l'intégration et de la cohabitation entre diverses communautés. 

Contrairement à l'Académie des César, l'Académie des Oscars s'est efforcée de récompenser tous les films nommés, ne serait-ce que par un unique prix (Vice, La Favorite, BlacKkKlansman, La Favorite et même First Man pour les effets spéciaux). Or le grand perdant de la cérémonie est sans nul doute La Favorite de Yorgos Lanthimos, comédie beaucoup trop grinçante pour les votants de l'Académie qui l'ont dédaignée pour les récompenses techniques, habituelles pour un film historique, (meilleurs costumes, meilleurs décors) et ne lui ont attribué que l'Oscar de la meilleure actrice, à la surprise générale. Olivia Colman, formidable actrice connue pour sa prestation dans la série Broadchurch, n'en revenait d'ailleurs pas et s'est confondue en excuses devant Glenn Close qu'elle a toujours admirée.  Glenn Close, ultra-favorite, nommée pour la septième fois et jamais gagnante, a dû encore une fois s'incliner et doit se dire qu'elle est décidément maudite à cette cérémonie. Olivia Colman s'en sort donc mieux que ses deux covedettes Rachel Weisz et Emma Stone, qui, nommées dans la même catégorie, ont vu leurs votes divisés par deux, et ont perdu face à Regina King dans le film de Barry Jenkins. Pour le reste, on notera que Vice d'Adam McKay obtient le lot de consolation de l'Oscar de la meilleure coiffure et du meilleur maquillage, et que A Star is born sauve l'honneur en remportant l'Oscar de la meilleure chanson. Lady Gaga qui méritait peut-être mieux, a fait contre mauvaise fortune bon cœur, en livrant une performance enflammée du succès planétaire Shallow, en compagnie de Bradley Cooper, et en enjoignant ceux qui l'écoutent de ne pas renoncer à leurs rêves :  "Ce n'est pas une histoire de victoire, c'est une histoire de bataille".

 

Meilleur film

  •          Black Panther
  •          BlacKkKlansman
  •          Bohemian Rhapsody
  •          La Favorite
  •          Green Book
  •          Roma
  •          A Star is Born
  •          Vice

Meilleur réalisation

  •          BlackKlansman
  •          Cold War
  •          La Favorite
  •          Roma
  •          Vice

Meilleure actrice principale

  •          Yalitza Aparicio, Roma
  •          Glenn Close, The Wife
  •          Olivia Colman, La Favorite
  •          Lady Gaga, A Star is born
  •          Melissa McCarthy, Can you ever forgive me

Meilleur acteur principal

  •          Christian Bale, Vice
  •          Bradley Cooper, A Star is born
  •          Willem Dafoe, At eternity's Gate
  •          Rami Malek, Bohemian Rhapsody
  •          Viggo Mortensen, Green Book

Meilleure actrice dans un second rôle

  •          Amy Adams, Vice
  •          Marina de Tavira, Roma
  •          Regina King, If Beale Street could talk
  •          Emma Stone, La Favorite
  •          Rachel Weisz, La Favorite

Meilleur acteur dans un second rôle

  •          Mahershala Ali, Green Book
  •          Adam Driver, BlaKkKlansman
  •          Sam Elliott, A star is born
  •          Richard E. Grant, Can you ever forgive me
  •          Sam Rockwell, Vice

Meilleur film étranger

  •          Capharnaum
  •          Cold War
  •          Never Look Away
  •          Roma
  •          Shoplifters

Meilleur film d'animation

  •          Les Indestructibles 2
  •          L'île aux chiens
  •          Miraï, ma petite soeur
  •          Les mondes de Ralph 2
  •          Spider-Man New Generation

Meilleure bande originale

  •          Black Panther
  •          BlacKkKlansman
  •          If Beale street could talk
  •          L'île aux chiens
  •          Mary Poppins Returns

Meilleure chanson originale

  •          All the stars, Black Panther
  •          I'll Fight, RBG
  •          The Place where the lost things go, Mary Poppins Returns
  •          Shallow, A Star is born
  •          When a cowboy trades his spurs for wings, La Balade de Buster Scruggs

Meilleur court métrage animé

  •          Animal Behaviour
  •          Bao
  •          Late Afternoon
  •          One Small Step
  •          Weekends

Meilleur film documentaire

  •          Free Solo
  •          Hale County this morning, this evening
  •          Minding the gap
  •          Of fathers and sons
  •          RBG

Meilleur court métrage documentaire

  •          Black Sheep
  •          End Game
  •          Lifeboat
  •          A night at the garden
  •          Period. End of sentence.

Meilleur court métrage

  •          Detainment
  •          Fauve
  •          Marguerite
  •          Mother
  •          Skin

Meilleur scénario adapté

  •          La Balade de Buster Scruggs
  •          BlacKkKlansman
  •          Can you ever forgive me
  •          If Beale street could talk
  •          A Star is born

Meilleur scénario original

  •          La Favorite
  •          First Reformed
  •          Green Book
  •          Roma
  •          Vice

Meilleurs costumes

  •          La Balade de Buster Scruggs
  •          Black Panther
  •          La Favorite
  •          Mary Poppins Returns
  •          Mary Queen of Scots

Meilleurs effets visuels

  •          Avengers 3
  •          Christopher Robin
  •          First Man
  •          Ready Player One
  •          Solo A Star Wars story

Meilleurs décors et direction artistique

  •          Black Panther
  •          La Favorite
  •          First Man
  •          Mary Poppins Returns
  •          Roma

Meilleur maquillage et coiffure

  •          Border
  •          Mary Queen of Scots
  •          Vice

Meilleur montage

  •          BlacKkKlansman
  •          Bohemian Rhapsody
  •          La Favorite
  •          Green Book
  •          Vice

Meilleur mixage son

  •          Black Panther
  •          Bohemian Rhapsody
  •          First Man
  •          Roma
  •          A Star is Born

Meilleur montage son

  •          Black Panther
  •          Bohemian Rhapsody
  •          First Man
  •          Sans un bruit
  •          Roma