Le jury de la Berlinale, présidé par notre chère Juliette Binoche, a rendu son verdict ce week-end. Le palmarès berlinois est largement en faveur de la France puisque ce sont deux productions françaises qui occupent les plus hautes marches du podium. Tout d'abord, l'Ours d'or du Festival de Berlin 2019, SYNONYMES de Nadav Lapid, réalisateur israélien, reconnu pour Le Policier et L'Institutrice, deux films remarquables. Avec Synonymes, il s'interroge sur la quête désespérée d'intégration de Yoav, un jeune Israélien qui a fui son pays et s'est expatrié en France. Il rejette sa langue natale et décide de s'acclimater tant bien que mal à la France, rencontrant des déconvenues, des surprises et de belles découvertes. Le film se passe donc entièrement à Paris. Retro-HD a eu la chance de voir ce film et reviendra très vite sur ce film étrange, fascinant et intrigant. Synonymes a également reçu le Prix FIPRESCI de la critique internationale.

Le Grand Prix du Jury, le deuxième prix du palmarès, est allé à François Ozon pour Grâce à Dieu, son film sur les attouchements pédophiles des prêtres catholiques. Pour la première fois, il se voit donc à plus de cinquante ans, récompensé au plus haut niveau, alors qu'il est toujours reparti bredouille de Cannes (récemment Jeune et Jolie, L'Amant double). Attaqué en raison dans son film de l'abandon de la présomption d'innocence du prêtre mis en cause, Ozon a finalement gagné aujourd'hui le droit de voir sortir son film mercredi prochain. Nous reviendrons aussi prochainement sur ce film qui risque de faire l'événement.

En ce qui concerne le reste du palmarès, nous remarquerons surtout les prix d'interprétation décernés aux deux acteurs de So Long, My Son de Wang Xiaoshuai, l'autre grand favori des pronostics berlinois avec Synonymes. Aucun film de langue anglo-saxonne (américain, anglais, australien, canadien) n'a été distingué cette année. Le palmarès s'est concentré sur l'Europe, surtout la France et les cinémas du monde. Cette tendance se poursuivra-t-elle dans les autres grands festivals de l'année (Cannes, Venise)?

- Ours d'or du meilleur film : Synonymes (Synonyms) du réalisateur israélien Nadav Lapid. Production France / Israël / Allemagne.
- Grand Prix du Jury : Grâce à Dieu de François Ozon (France) sur les scandales d'abus sexuels dans l'Eglise catholique
- Prix de la mise en scène : Angela Schanelec (Allemagne) pour Ich war zuhause, aber (J'étais chez moi, mais). Production Allemagne / Serbie 
- Prix d'interprétation féminine : Yong Mei (Chine) for dans So Long, My Son de Wang Xiaoshuai
- Prix d'interprétation masculine : Wang Jingchun (Chine) dans So Long, My Son  
- Prix du meilleur scénario : Maurizio Braucci, Claudio Giovannesi et Roberto Saviano (Italie) pour La paranza dei bambini (Piranhas). Production Italie.