Hier soir, a eu lieu la soirée de remise des Prix du Syndicat français de la critique de cinéma et des films de télévision. C'était l'occasion pour les 250 journalistes et critiques réunis dans ce syndicat de dresser un bilan de l'année cinématographique et télévisuelle écoulée. Retro-HD qui appartient à ce prestigieux syndicat a également voté pour décerner ces prix. Quelle ne fut pas notre surprise de voir que nos votes furent absolument corroborés par les résultats généraux du scrutin. En effet, Phantom Thread, de Paul Thomas Anderson, film préféré de notre rédaction en 2018, se trouva élu meilleur film étranger tandis que Mektoub my Love Canto Uno d'Abdellatif Kechiche, seul film français figurant dans notre Top 10, a remporté le prix du meilleur film français.   

En raison de l'éloignement, Paul Thomas Anderson n'était pas là mais avait envoyé un long texto de remerciements, remerciant le Syndicat français de la critique, pour avoir distingué son film qui paraît s'imposer presque partout comme d'ores et déjà un classique. En revanche, Abdellatif Kechiche était bien présent. Visiblement très ému, au point de heurter à plusieurs reprises son micro, il a remercié la presse qui "le soutient, le protège, le libère". Mektoub my love Canto Uno, en dépit de ses qualités exceptionnelles, s'est vu snobé par l'Académie des César qui a uniquement nommé Ophélie Bau dans la catégorie du meilleur espoir féminin. Du fait de sa durée hors normes (3 heures), le film n'a malheureusement pas réussi à rencontrer un public suffisant. On peut donc comprendre le réconfort que Kechiche peut trouver dans ce soutien de la critique qui ne se dément pas pour ce grand cinéaste français puisqu'il triomphe dans la catégorie du prix du meilleur film français pour la troisième fois, après La Graine et le Mulet et La Vie d'Adèle. Kechiche en a même profité pour lancer un petit scoop, puisqu'il a annoncé espérer "pouvoir bientôt présenter Mektoub my Love : Intermezzo", ce qui indique que ce qui était prévu comme un diptyque a de bonnes chances de se transformer en une trilogie-événement dans le cinéma français.

On notera aussi dans le palmarès les prix du meilleur premier film étranger à Girl de Lukas Dhont, jeune cinéaste belge de 27 ans et Jusqu'à la garde de Xavier Legrand, deux films que nous avions également soutenus pour leurs qualités exceptionnelles. A Cannes, Girl avait remporté la Caméra d'or, le Prix de la Critique internationale, la Queer Palm et le Prix d'interprétation Un Certain Regard décerné à Viktor Polster. A la Mostra de Venise 2017, Jusqu'à la garde de Xavier Legrand avait décroché les Prix de la Mise en scène et du meilleur premier film. Il a également été couronné par le Prix Louis-Delluc du meilleur premier film et se trouve actuellement en course pour les César avec un record de dix nominations, ex aequo avec Le Grand Bain de Gilles Lellouche.  

Signalons également dans le reste du Palmarès, Guy d'Alex Lutz qui remporte le Prix Singulier, distinguant une œuvre plus qu'originale. Cet hommage vintage à un chanteur "démodé" complètement fictionnel se trouve également en course pour les César avec six nominations et pourrait décrocher la timbale pour le César du meilleur acteur, tant la transformation d'Alex Lutz paraît bluffante. Dans le rayon télévision, le prix de la meilleure série française n'est pas allé à Coin-Coin et les Z'Inhumains, sans doute trop délirant et surréaliste, ni à Ad Vitam, la série SF de Thomas Cailley avec Garance Marillier et Yvan Attal, mais à Hippocrate, la série de Thomas Lilti, inspirée de son propre film. Cette série diffusée par Canal Plus, avec dans la distribution, Louise Bourgoin et Karim Leklou, a obtenu son prix à l'unanimité. Dans le rayon vidéo, on a assisté à une grosse surprise puisque 1900 (Wild Side) a dû s'incliner face à Memories of Murder de Bong Joon-ho (La Rabbia). Idem pour les livres, où Federico Fellini, Le Métier de cinéaste de Rita Cirio a finalement supplanté l'autobiographie de David Lynch, L'Espace du rêve. En revanche, pour le meilleur album de cinéma, aucune contestation n'était possible quant au triomphe de Conversations avec Darius Khondji, superbe ouvrage de Jordan Mintzer aux éditions Synechdoche. Darius Khondji était d'ailleurs présent dans la salle Henri Langlois de la Cinémathèque française où avait lieu cette remise des prix.

On vous laisse découvrir l'intégralité du palmarès des prix SFCC de la critique 2018 :

PRIX CINÉMA:

  • Meilleur film français : MEKTOUB MY LOVE : CANTO UNO - Abdellatif Kechiche
  • Meilleur film étranger : PHANTOM THREAD - Paul Thomas Anderson
  • Meilleur premier film français : JUSQU'A LA GARDE - Xavier Legrand
  • Meilleur premier film étranger :  GIRL - Lukas Dhont
  • Film Singulier francophone : GUY - Alex Lutz
  • Meilleur court métrage français : LA NUIT DES SACS PLASTIQUES - Gabriel Harel

PRIX TÉLÉVISION:

  • Meilleure fiction française : UN HOMME EST MORT - Olivier Cossu - Diffusion Arte
  • Meilleur documentaire français : HISTOIRES D'UNE NATION -  Françoise Davisse & Carl Aderhold - Réalisation : Yann Coquart - Diffusion France 2
  • Meilleure série française : HIPPOCRATE - Thomas Lilti - Scénaristes : Anaïs Carpita, Claude Le Pape & Julien Lilti - Diffusion Canal+

PRIX DVD/BLU-RAY:

  • Meilleur DVD/Blu-ray récent : L'INSULTE - Ziad Doueiri - Diaphana édition vidéo
  • Meilleur DVD/Blu-ray Patrimoine : JEAN VIGO - L'INTÉGRALE - COFFRET PRESTIGE - Gaumont
  • Meilleur coffret DVD/Blu-ray : MEMORIES OF MURDER - Bong Joon-ho - La Rabbia
  • Prix Curiosité : CINQ ET LA PEAU - Pierre Rissient - Carlotta Films & TF1 Vidéo

PRIX LITTÉRAIRES :

  • Meilleur livre français sur le cinéma : GODARD - INVENTIONS D'UN CINÉMA POLITIQUE - David Faroult - Éditions Amsterdam
  • Meilleur livre étranger sur le cinéma : FEDERICO FELLINI - LE MÉTIER DE CINÉASTE - Rita Cirio - Traduction par René de Ceccatty - Éditions du Seuil
  • Meilleur album sur le cinéma : CONVERSATIONS AVEC DARIUS KHONDJI - Jordan Mintzer - Éditions Synecdoche