Cette 70ème cérémonie des Emmy Awards posait une question cruciale car il s'agissait de la première cérémonie des Emmy depuis l'affaire Weinstein et la vague du mouvement #metoo. Le triomphe l'année dernière en septembre 2017 de The Handsmaid's Tale, série acclamée dans le monde entier, allait-il se poursuivre pour sa deuxième saison? En revanche, Game of Thrones qui avait dû s'absenter l'année dernière car la saison 7 n'avait pas été diffusée dans les délais pour pouvoir concourir, allait-elle reconquérir sa couronne, après avoir vu ses saisons 5 et 6 triompher?

Les votants de l'Académie ont tranché. C'est donc Game of Thrones qui poursuit sa série de victoires, s'installant comme la série de référence, après les triomphes en 2014 et 2015 de Breaking Bad.  Les Emmy consacrent souvent l'hégémonie d'une série pendant la durée ou une partie de la durée de sa diffusion. On a ainsi assisté à la domination d'A la Maison-Blanche et des Soprano, suivi de celle de Mad Men puis de Breaking Bad. Game of Thrones, triomphant pour la 3ème fois, presque consécutive, s'inscrit donc dans cette prestigieuse lignée. Le fait d'avoir resserré la série sur un nombre restreint d'épisodes a considérablement amélioré sa qualité et ne laisse plus trop cours à des critiques sur sa lenteur et ses problèmes de rythme. On peut même remarquer que Game of Thrones a surtout été récompensée à partir de sa saison 5, c'est-à-dire à partir du moment où les showrunners n'ont plus adapté les romans mais sont allés au-delà, inventant et brodant à partir des personnages (en particulier pour celui de Sansa). C'est aussi le moment où la série a pris un incontestable tournant féministe.

Comment expliquer alors la déroute cette année de The Handsmaid's Tale, après son triomphe de l'an dernier? Cette défaite peut donner lieu à beaucoup d'interprétations. L'une d'elles tiendrait narrativement à la violence potentiellement accrue et accablante de la série, mettant les protagonistes dans une situation répétitive et a priori stérile d'enfermement dont il est impossible de sortir. Une autre explication reviendrait à pénaliser les créateurs de la série qui ont brodé sur les thèmes du roman de Margaret Atwood, sans véritablement les renouveler, ce qui est en partie faux, en particulier pour le personnage de Serena. Une autre interprétation tiendrait à ce que les votants aient voulu signifier, sinon un coup d'arrêt, du moins une pause dans le mouvement #metoo, en proclamant d'une certaine manière une sorte de retour à la normale. Par conséquent, au vu des palmarès de 2017 et de 2018, la victoire de The Handsmaid's Tale apparaît presque comme une victoire par défaut, en l'absence de Game of Thrones, le favori naturel, une espèce de transition qui n'aura guère duré dans le règne des séries. Car, à moins d'un plantage mémorable, il devient difficile de croire qu'aux Emmy 2019, Game of Thrones ne gagne pas pour son ultime saison, afin de clore son règne au pays des séries.  

Pourtant, même si The Handsmaid's Tale apparaissait quelque peu hors jeu, le succès de Game of Thrones comme meilleure série dramatique n'allait pas de soi. Elle a été menacée durant toute la cérémonie par deux autres séries rivales. Le danger ne venait pas de Stranger Things, la série Netflix, demeurée trop une série de genre, ou de Westworld, trop expérimentale et difficile à appréhender pour s'imposer. En revanche, on a longtemps cru que l'Académie allait enfin récompenser The Americans pour sa dernière saison ou The Crown,  qui bénéficiaient toutes les deux d'une double récompense (meilleur acteur et meilleur scénario pour The Americans, meilleure actrice et meilleure réalisation pour The Crown), alors que Game of Thrones n'avait ramené que l'Emmy du meilleur second rôle masculin à Peter Dinklage. hormis les récompenses techniques habituelles. Mais en définitive Game of Thrones a su résister jusqu'au dernier moment, devenant ainsi le symbole de la résistance de HBO face à Netflix.

Car Netflix dominait en nombre de nominations : 112 contre 108 à HBO. Certains annonçaient même la fin définitive de l'hégémonie de la chaîne du câble, tout comme les chaînes des grands réseaux avaient cédé dans les années 2000 face aux coups de boutoir du câble. Cela viendra peut-être un jour mais ce ne sera point cette année. Au bout du compte, HBO fait match nul avec Netflix, 23 statuettes chacun. Grâce à Westworld, Barry et surtout Game of Thrones, HBO parvient à rester leader dans le monde des séries. Cependant, il faudra sans doute que la chaîne se prépare à l'après-Game of Thrones.  Il est en effet assez ironique de voir que Netflix domine en nombre de nominations mais n'a toujours pas remporté la récompense majeure, celle de la meilleure série dramatique. Seule la plus modeste Hulu l'avait fait l'année dernière avec The Handsmaid's Tale, brisant un tabou.

Le même tabou est brisé cette année du côté des séries comiques, avec Mme Maisel femme formidable, qui n'est pas produite par Netflix mais par une autre plateforme de diffusion en ligne, Amazon. Avec un total de 5 récompenses (meilleure série, meilleure actrice, meilleur second rôle féminin, meilleure réalisation et meilleur scénario pour la showrunner Amy Sherman-Palladino) , c'est même la grande triomphatrice de la soirée. Cette série féministe narrant les mésaventures d'une femme au foyer décidant de devenir comédienne de stand-up permet à une comédienne que nous avions remarquée dans House of Cards, Rachel Bronahan, d'obtenir enfin une reconnaissance plus que méritée. Ce faisant, Mme Maisel ne laisse que quelques miettes à Barry, la série de HBO, mettant en scène Bill Hader et Henry Winkler (eh oui le Fonzie des Jours Heureux), tous deux récompensés en meilleur acteur et meilleur second rôle masculin.  Atlanta de Donald Glover, primée l'an dernier, devra repasser l'année prochaine.  

Enfin, on pourra se lamenter que Twin Peaks, nommée bizarrement dans la catégorie téléfilm ou mini-série, alors qu'il s'agit bien d'une série de 18 épisodes, n'ait absolument rien obtenu. Mark Frost et David Lynch étaient pourtant nommés pour le meilleur scénario, ainsi que Lynch pour la meilleure réalisation, mais repartent bredouille. Les meilleures séries ne sont parfois pas du tout récompensées, David Simon et Ed Burns pour The Wire en savent quelque chose. Dans la catégorie mini-série, les Emmy ont couronné comme souvent Ryan Murphy avec The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story, ce qui n'est pas en soi injuste. Il n'en demeure pas moins que décerner le titre de meilleur réalisateur à Ryan Murphy devant David Lynch, cela sonne un peu étrange, comme dirait David.

Rendez-vous en septembre 2019 pour savoir si Game of Thrones réussira ou non la passe de quatre, si The Handsmaid's Tale obtiendra sa revanche ou encore si Netflix raflera enfin la fameuse statuette de la meilleure série dramatique et étendra définitivement sa domination sur le monde des séries.

 

 

Séries dramatiques

Meilleure série dramatique
The Americans (FX)
The Crown (Netflix)
> Game of Thrones (HBO)
The Handmaid's Tale : La Servante écarlate (Hulu)
Stranger Things (Netflix)
This Is Us (NBC)
Westworld (HBO)

Meilleur acteur
Jason Bateman pour le rôle de Martin "Marty" Byrde dans Ozark
Sterling K. Brown pour le rôle de Randall Pearson dans This Is Us
Ed Harris pour le rôle de l'homme en noir dans Westworld
> Matthew Rhys pour le rôle de Philip Jennings dans The Americans
Milo Ventimiglia pour le rôle de Jack Pearson dans This Is Us
Jeffrey Wright pour le rôle de Bernard Lowe dans Westworld

Meilleure actrice
> Claire Foy pour le rôle d'Élisabeth II dans The Crown
Tatiana Maslany pour les rôles de multiples personnages dans Orphan Black
Elisabeth Moss pour le rôle de June Osborne-Offred dans The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Sandra Oh pour le rôle d'Eve Polastri dans Killing Eve
Keri Russell pour le rôle d'Elizabeth Jennings pour The Americans
Evan Rachel Wood pour le rôle de Dolores Abernathy dans Westworld

Meilleur acteur dans un second rôle
Nikolaj Coster-Waldau pour le rôle de Jaime Lannister dans Game of Thrones
> Peter Dinklage pour le rôle de Tyrion Lannister dans Game of Thrones
Joseph Fiennes pour le rôle du commandant Fred Waterford dans The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
David Harbour pour le rôle de Jim Hopper dans Stranger Things
Mandy Patinkin pour le rôle de Saul Berenson dans Homeland
Matt Smith pour le rôle du Prince Philip dans The Crown

Meilleure actrice dans un second rôle
Alexis Bledel pour le rôle d'Emily dans The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Millie Bobby Brown pour le rôle de Jane Ives / Onze dans Stranger Things
Ann Dowd pour le rôle de Tante Lydia dans The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Lena Headey pour le rôle de Cersei Lannister dans Game of Thrones
Vanessa Kirby pour le rôle de la Princesse Margaret dans The Crown
> Thandie Newton pour le rôle de Maeve Millay dans Westworld
Yvonne Strahovski pour le rôle de Serena Joy Waterford dans The Handmaid's Tale : La Servante écarlate

Meilleure réalisation
Jason Bateman pour l'épisode Le glas dans Ozark
> Stephen Daldry pour l'épisode Pater familias dans The Crown
Matt et Ross Duffer pour l'épisode Chapitre Neuf : Le Portail dans Stranger Things
Jeremy Podeswa pour l'épisode Le Dragon et le Loup dans Game of Thrones
Daniel Sackheim pour l'épisode Ce soir on improvise dans Ozark
Kari Skogland pour l'épisode L'Après dans The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Alan Taylor pour l'épisode Au-delà du Mur dans Game of Thrones

Meilleur scénario
David Benioff et D. B. Weiss pour l'épisode Le Dragon et le Loup dans Game of Thrones
Matt et Ross Duffer pour l'épisode Chapitre Neuf : Le Portail dans Stranger Things
> Joel Fields et Joe Weisberg pour l'épisode Point de départ dans The Americans
Bruce Miller pour l'épisode June dans The Handmaid's Tale : La Servante écarlate
Peter Morgan pour l'épisode L'homme mystère dans The Crown
Phoebe Waller-Bridge pour l'épisode Nice Face dans Killing Eve

Séries comiques

Meilleure série comique
Atlanta (FX)
Barry (HBO)
Black-ish (ABC)
Larry et son nombril (HBO)
GLOW (Netflix)
> Mme Maisel, femme fabuleuse (Amazon)
Silicon Valley (HBO)
Unbreakable Kimmy Schmidt (Netflix)

Meilleur acteur
Anthony Anderson pour le rôle d'André Johnson, Sr. dans Black-ish
Ted Danson pour le rôle Michael dans The Good Place
Larry David pour le rôle de Larry David dans Larry et son nombril
Donald Glover pour le rôle d'Earnest Marks dans Atlanta
> Bill Hader pour le rôle de Barry Berkman / Barry Block dans Barry
William H. Macy pour le rôle de Frank Gallagher dans Shameless

Meilleure actrice
Pamela Adlon pour le rôle de Sam Fox dans Better Things
> Rachel Brosnahan pour le rôle de Miriam « Midge » Maisel dans Mme Maisel, femme fabuleuse
Allison Janney pour le rôle de Bonnie Plunkett dans Mom
Issa Rae pour le rôle d'Issa dans Insecure
Tracee Ellis Ross pour le rôle de Dr Rainbow Johnson dans Black-ish
Lily Tomlin pour le rôle de Frankie Bergstein dans Grace et Frankie

Meilleur acteur dans un second rôle
Louie Anderson pour le rôle de Christine Baskets dans Baskets
Alec Baldwin pour le rôle de Donald Trump dans Saturday Night Live
Tituss Burgess pour le rôle de Titus Andromedon dans Unbreakable Kimmy Schmidt
Brian Tyree Henry (en) pour le rôle de Alfred « Paper Boi » Miles dans Atlanta
Tony Shalhoub pour le rôle de Abe Weissman dans Mme Maisel, femme fabuleuse
Kenan Thompson pour plusieurs personnages dans Saturday Night Live
> Henry Winkler pour le rôle de Gene Cousineau dans Barry

Meilleure actrice dans un second rôle
Zazie Beetz pour le rôle Vanessa « Van » Keefer dans Atlanta
> Alex Borstein pour le rôle de Susie Myerson dans Mme Maisel, femme fabuleuse
Aidy Bryant pour plusieurs personnages dans Saturday Night Live
Betty Gilpin pour le rôle Debbie « Liberty Belle » Eagan dans GLOW
Leslie Jones pour plusieurs personnages dans Saturday Night Live
Kate McKinnon pour plusieurs personnages dans Saturday Night Live
Laurie Metcalf pour le rôle de Jackie Harris dans Roseanne
Megan Mullally pour le rôle de Karen Walker dans Will et Grace

Meilleure réalisation
Mark Cendrowski pour l'épisode The Bow Tie Asymmetry dans The Big Bang Theory
Donald Glover pour l'épisode FUBU dans Atlanta
Bill Hader pour l'épisode Faites votre marque dans Barry
Mike Judge pour l'épisode Initial Coin Offering dans Silicon Valley
Hiro Murai (en) pour l'épisode Teddy Perkins dans Atlanta
Jesse Peretz pour l'épisode Pilote dans GLOW
> Amy Sherman-Palladino pour l'épisode Pilote dans Mme Maisel, femme fabuleuse

Meilleur scénario
Alec Berg pour l'épisode Fifty-One Percent dans Silicon Valley
Alec Berg et Bill Hader pour l'épisode Chapter Seven: Loud, Fast, and Keep Going dans Barry
Donald Glover pour l'épisode Alligator Man dans Atlanta
Stefani Robinson pour l'épisode Barbershop dans Atlanta
Elizabeth Sarnoff pour l'épisode Chapter Seven: Loud, Fast, and Keep Going dans Barry
> Amy Sherman-Palladino pour l'épisode Pilote dans Mme Maisel, femme fabuleuse

Mini-séries et téléfilms

Meilleure série limitée
L'Aliéniste (TNT)
> The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story (FX)
Genius: Picasso (Nat Geo)
Godless (Netflix)
Patrick Melrose (Showtime)

Meilleur acteur
Antonio Banderas pour le rôle de Pablo Picasso dans Genius: Picasso
> Darren Criss pour le rôle d'Andrew Cunanan dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story
Benedict Cumberbatch pour le rôle de Patrick Melrose dans Patrick Melrose
Jeff Daniels pour le rôle de John O. Neill dans The Looming Tower
John Legend pour le rôle de Jésus dans Jesus Christ Superstar Live in Concert
Jesse Plemons pour le rôle de Robert Daly dans Black Mirror: USS Callister

Meilleure actrice
Jessica Biel pour le rôle de Cora Tannetti dans The Sinner
Laura Dern pour le rôle de Jennifer Fox dans The Tale
Michelle Dockery pour le rôle d'Alice Fletcher dans Godless
Edie Falco pour le rôle de Leslie Abramson dans Law & Order True Crime: The Menendez Murders
> Regina King pour le rôle de Latrice Butler dans Seven Seconds
Sarah Paulson pour le rôle d'Ally Mayfair-Richards dans American Horror Story: Cult

Meilleur acteur dans un second rôle
> Jeff Daniels pour le rôle de Frank Griffin dans Godless
Brandon Victor Dixon (en) pour le rôle de Judas Iscariot dans Jesus Christ Superstar Live in Concert
John Leguizamo pour le rôle de Jacob Vazquez dans Waco
Ricky Martin pour le rôle d'Antonio D'Amico dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story
Édgar Ramírez pour le rôle de Gianni Versace dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story
Michael Stuhlbarg pour le rôle de Richard Clarke dans The Looming Tower
Finn Wittrock pour le rôle de Jeffrey Trail dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story

Meilleure actrice dans un second rôle
Sara Bareilles pour le rôle de Mary Magdalene dans Jesus Christ Superstar Live in Concert
Penélope Cruz pour le rôle de Donatella Versace dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story
Judith Light pour le rôle de Marilyn Miglin dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story
Adina Porter pour le rôle de Beverly Hope dans American Horror Story: Cult
> Merritt Wever pour le rôle de Mary Agnes McNue pour Godless
Letitia Wright pour le rôle de Nish pour Black Mirror: Black Museum

Meilleure réalisation
Edward Berger pour Patrick Melrose
Scott Frank pour Godless
David Leveaux et Alex Rudzinski pour Jesus Christ Superstar Live in Concert
Barry Levinson pour Paterno
David Lynch pour Twin Peaks
> Ryan Murphy pour l'épisode Celui qui voulait exister dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story
Craig Zisk pour l'épisode 9/11 dans The Looming Tower 

Meilleur scénario
> William Bridges et Charlie Brooker pour l'épisode USS Callister dans Black Mirror
Scott Frank pour Godless
David Lynch et Mark Frost pour Twin Peaks
Kevin McManus et Matthew McManus pour l'épisode Nettoyage dans American Vandal
David Nicholls pour Patrick Melrose
Tom Rob Smith pour l'épisode La maison près du lac dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story