Harvey Weinstein en plein scandale

NdR : d'avance, au vu des circonstances, nous préférons prévenir les lecteurs qu'il est fort probable que cet article soit progressivement mis à jour au fil des développements. "Events occur in real time".

 

L’article du New York Times paru vendredi dernier a fait l’effet d’une bombe, et il est quasiment certain que ce n’est que le début de ce qui pourrait être les révélations de l’abomination la plus systémique à Hollywood depuis le blacklisting maccarthyste dans les 50s.

Producteur à succès, réputé pour sa gestion controversée de nombreuses sorties (entre pression sur les réalisateurs et remontage en douce) mais surtout particulièrement influent (Quentin Tarantino lui doit quasiment sa carrière, tandis qu’il a été capable de faire et défaire plusieurs palmarès aux Oscars – souvenez-vous de Shakespeare in Love -), Harvey Weinstein vient en effet d’être accusé par plusieurs actrices et anciennes employées de sa société de production The Weinstein Company de harcèlement sexuel, attouchements sexuels et viols.

 

Parmi ces accusations, dont la liste s’allonge d’heure en heure, proviennent les témoignages des actrices Asia Argento, Emma de Caunes, Judith Godrèche, Gwyneth Paltrow, Rose McGowan, Katherine Kendall, Dawn Dunning, Angelina Jolie, Rosanna Arquette, Mira Sorvino, Lucia Evans, Romola Garai, Louisette Geiss, Jessica Barth et Ashley Judd, les anciennes employées Emily Nestor et Laura Madden, la journaliste Lauren Sivan, l'assistante Zelda Perkins et les top models Ambra Battilana Gutierrez et Zoe Brock. Dans les cas de Lucia Evans et Asia Argento, il n'est pas "seulement" question de harcèlement sexuel, mais précisément de viols.

Tout aussi intéressant est l’ensemble des personnes, notamment les hommes, qui ont côtoyé Weinstein et qui, pour le moment, ont choisi le silence. Si pléthore de femmes de l’industrie ont instantanément dénoncé un secret de polichinelle (notamment Patricia Arquette, Amber Tamblyn, Olivia Munn, Lena Dunham, Brie Larson, Constance Wu, Rosie O’Donnell, America Ferrera et Jessica Chastain), seuls Seth Rogen et Mark Ruffalo sont montés simultanément au créneau. Il aura fallu un temps de latence à Kevin Smith pour condamner ces actes, des heures après un communiqué officiel de Weinstein s’excusant à moitié de son comportement qui a pu « causer de la souffrance à ses collègues ». Il aura fallu un temps encore plus long à Leonardo Di Caprio, George Clooney, Colin Firth, Lin-Manuel Miranda ou Paul Feig pour faire de même.

Témoignages accablants d'Asia Argento, Emma de Caunes, Judith Godrèche, Gwyneth Paltrow, Rose McGowan, Angelina Jolie. Côté masculin ? On attend encore les prises de positions de Quentin Tarantino, David O. Russell, Michael Moore, Russell Crowe et bien d'autres encore.

On attend encore leurs prises de position sur le sujet : Quentin Tarantino, David O. Russell (lui-même régulièrement dénoncé pour son comportement abusif sur les tournages de ses films), Michael Moore, mais aussi Matt Damon, Bradley Cooper, Daniel Day-Lewis, Russell Crowe, Ewan McGregor, Ryan Coogler, Tom Hooper, ou encore Rob Marshall, Garth Davis, Doug McGrath, John Madden, Simon Curtis, Kevin Williamson, Martin Scorsese, John Hillcoat et John Wells.

Entre temps, Harvey Weinstein a été licencié de The Weinstein Company, dont le conseil d’administration a été réduit de moitié après le départ de 4 de ses 8 membres suite aux publications sur le sujet. Parmi les 4 membres restants : Robert Weinstein, le frère d’Harvey.

 

En parallèle, la chute historique de ce magnat d’Hollywood ne fait que réveiller les démons d’une industrie où le pouvoir monte souvent à la tête de producteurs se sentant visiblement pousser des ailes par un système leur offrant une impunité quasi-totale : Brad Pitt a confirmé les témoignages de Paltrow et Jolie et donc sa connaissance du sujet, tandis que Ben Affleck et bien d’autres dans l’industrie ont confronté Weinstein sur son comportement par le passé, sans que rien ne soit rendu public, souvent à cause de clauses de confidentialité en béton signées sous la pression d'un Weinstein qui faisait et défaisait des carrières en un claquement de doigts.

Matt Damon aurait été manipulé par le producteur pour tuer dans l’œuf le sujet à charge d’une journaliste du New York Times en 2004. Russell Crowe est soupçonné lui aussi dans cette affaire.

Le procureur du district de New York Cyrus Vance Jr aurait pu potentiellement agir suite à l’enregistrement audio de Weinstein attouchant sexuellement Ambra Battilana Gutierrez en 2015 et détenu par la police de New York.

Tout ceci se fait sans compter les plus proches conseillers et collègues de Harvey Weinstein : le conseil d’administration de sa société, les employés servant d’appâts pour rassurer les jeunes femmes envoyées en réunion avec Weinstein, les 16 employés ayant indiqué à Ronan Farrow qu'ils avaient été témoins ou eu connaissance des agissements de Weinstein.

Le producteur, lui, continue de penser qu'il pourra user de son influence pour limiter l'ampleur du désastre en appelant à l'aide de grands PDG de l'industrie, dont notamment au moins David Zaslav (PDG de Discovery Networks), Jeffrey Katzenberg (l'ancien PDG de former DreamWorks Animation), Ron Meyer (vice président de NBCUniversal), Ari Emanuel (co-président de l'agence William Morris) et Kevin Huvane (associé principal de Creative Artists Agency). Weinstein a aussi indiqué, dans un communiqué envoyé au New Yorker, "espérer une deuxième chance".

 

Les faits rapportés par Asia Argento remontent à 1997, et font en plus état dans son cas de viols répétés pendant 5 ans, des accusations particulièrement graves, précises, étayées et démontrant un comportement répété. Il ne s’agit donc ni de faits datant d’hier, ni de faits isolés, mais bien de 20 à 30 ans de historique de harcèlement. Si son ampleur exacte reste encore à découvrir, cette histoire rappelle à quel point les jeux de pouvoir et de pression sont monnaie courante à Hollywood, et qui plus est le sont de notoriété publique. La série 30 Rock, Seth MacFarlane, Steven Soderbergh et d’autres encore ont passé au moins la dernière décennie à multiplier les sous-entendus sur ce "producteur tout puissant et abusif". Il aura pourtant fallu attendre la parution des dossiers successifs du New York Times et du New Yorker pour que les choses sortent du cercle du secret de polichinelle et bougent un peu.

Pourquoi seulement « un peu » ?

Parce que quand Ben Affleck publie sa position sur le sujet, Rose McGowan lui répond qu’il était parfaitement au courant du comportement de Weinstein et que les écrits d’Affleck dans son communiqué sont donc faux. Ben Affleck, c’est aussi le frère de Casey Affleck, qui a fait l’objet d’accusations d’agressions sexuelles pour des faits datant de 2010 et repris dans les médias fin 2016 suite à ses nombreuses récompenses pour Manchester by the Sea.

Le scandale en cours n'est peut-être que la partie visible d'un iceberg systémique à Hollywood dont l'ampleur reste encore à déterminer exactement.

Le dossier du New Yorker a été écrit par Ronan Farrow, le fils de Woody Allen. Il est aussi le frère de Dylan Farrow qui a accusé Woody Allen d’attouchements sexuels, le même Woody Allen qui a tourné Maudite Aphrodite avec Mira Sorvino… actrice faisant partie des personnes ayant témoigné contre Weinstein. De même, c'est cette même industrie du cinéma qui aura fait qu'Asia Argento a tourné en 2001 dans Les morsures de l'aube, un film signé... Antoine de Caunes, père d'Emma. 

Il aura aussi fallu la chute de Weinstein pour qu’une personne de la carrure de Terry Crews puisse enfin témoigner de l’agression sexuelle qu’il a subi en 2016, devant sa femme, à une soirée, de la part d’un exécutif hollywoodien.

Les témoignages accablant Weinstein font d'ailleurs eux-mêmes suite à des témoignages tristement similaires sur les comportements tout aussi criminels de Harry Knowles (ex-fondateur de Ain’t It Cool News), Devin Faraci (critique ciné pour Birth Movies Death, ré-embauché très courtement après les accusations pour être viré à nouveau au bout de 24h – on se demande parfois à quoi pensent certaines personnes -), Roger Ailes et Bill O’Reilly (respectivement fondateur et président, et animateur vedette de la chaîne Fox News), ou plus récemment Andy Signore (animateur de la chaîne Youtube Screen Junkies et créateur des Honest Trailers). Cela en dit long sur une certaine culture d’impunité et les mécanismes de pouvoir en place dans l’industrie hollywoodienne.

Difficile aussi de ne pas se demander quelles célébrités françaises, britanniques, allemandes, italiennes, espagnoles ou d'où que ce soit encore sont en train de voir cela d'un oeil inquiet, les placards remplis de cadavres.

Difficile de ne pas se demander quelles célébrités non-américaines du divertissement sont en train de voir toute cette affaire d'un oeil inquiet, leurs placards remplis de cadavres.

On ne peut donc qu’espérer qu’il s’agit enfin là d'un signe des temps qui changent, que l'industrie est enfin en train d'effectuer son ménage géant, et que ces pratiques d'un autre temps que de nombreuses personnes ont longtemps considéré comme faisant partie du métier vont enfin s'arrêter. Que tout ceci signe la fin de cette impunité. Sinon, ce ne sera malheureusement qu'un énième tour de passe-passe d'une société "moderne" prête à sacrifier ses éléments les plus notoirement toxiques pour qu’un système entier puisse continuer de profiter des nombreuses personnes vulnérables qu’elle croise.

Cependant, on ne pourra que rappeler qu'il restera ensuite pour l'industrie à s'attaquer au sexisme "ordinaire". Mais aussi que le très récent procès de Bill Cosby pour agression sexuelle sur une cinquantaine de femmes s'est conclu par une annulation, faute d'obtenir l'unanimité dans le jury. On rappelle qu'au total, Bill Cosby a été accusé de viol, d'agression sexuelle après avoir drogué certaines victimes, d'attouchements sexuels et autres crimes de nature sexuelle par 59 femmes, dont 2 âgées de 15 ans au moment des faits, pour des faits remontant jusqu'aux années 60. Cosby ne sera re-jugé qu'à partir du 2 avril 2018. Quant à Jimmy Savile, présentateur vedette de la BBC, c'est seulement après son décès que des décennies d'abus sexuels de sa part ont été rendus publics.

 

Vous pouvez maintenant aller vomir.

 

Mise à jour 1 : comme prévu, ce n'est effectivement que le début des révélations. C'est au tour de Ben Affleck, après avoir été accusé par Rose McGowan d'avoir eu parfaitement connaissance du comportement de Weinstein, de voir son comportement inapproprié passé être rappelé par Hilarie Burton (lors de l'enregistrement en 2003 d'une émission pour MTV). Dans le même temps, le réalisateur Ryan Coogler s'est positionné sur le sujet tandis que Kurt Sutter, créateur entre autres de la série Sons of Anarchy, a dénoncé dans un éditorial pour Deadline la "machine à pouvoir hollywoodienne ayant permis tout cela".

Mise à jour 2 : Slate vient de publier une liste de l'ensemble des accusations portées contre Harvey Weinstein. Les plus anciennes datent de 1984.

Mise à jour 3 : dans son émission Popopop sur France Inter, Antoine de Caunes affirme "être fier de sa fille" et la soutenir dans sa démarche contre "ce gros porc puant d'Harvey Weinstein" tout en rappelant l'état actuel du monde du show business, rempli "d’hommes de pouvoir, des prédateurs sexuels qui abusent de leur position et des femmes tout court".

Mise à jour 4 : Ben Affleck vient de s'excuser auprès de Hilarie Burton pour son comportement. Il aura fallu 14 ans.

Mise à jour 5 : dans le même temps, Harvey Weinstein attaque en justice le New York Times pour diffamation. "Le NYT avait un deal avec nous et devait nous indiquer qui serait dans leur dossier, afin que l'on puisse y répondre de façon adéquate, mais le journal n'a pas tenu sa part du marché." On lui souhaite évidemment bon courage avec tout ça...

Mise à jour 6 : Cara Delevingne témoigne à son tour du comportement inapproprié de Harvey Weinstein qu'elle a aussi subi. Harvey Weinstein se fait pendant ce temps allumé par son propre frère Bob : "C'est un homme très malade et un menteur de classe mondiale".

Mise à jour 7 : c'est maintenant Léa Seydoux qui témoigne. "Nous parlions sur le canapé quand il a soudainement sauté sur moi et a essayé de m’embrasser. J’ai dû me défendre. Il est grand, et gros, alors j’ai dû résister vigoureusement."

12/10/2017

Mise à jour 8 : Quentin Tarantino vient de s'exprimer sur le sujet sur son fil Twitter : "Absolument choqué par les révélations sur Harvey. C’est un bon ami mais s’il est coupable, certaines conséquences sont inévitables." puis 1 heure plus tard : "La culpabilité des hommes doit être déterminée sur cette terre par la justice, et au final par l’existence possible de Dieu." Par contre, le compte Twitter de Rose McGowan vient d'être suspendu

Parallèlement, le New York Times vient de publier une interview de Tom Hanks où l’affaire Weinstein est abordée. « Je ne veux pas accabler Harvey, je n’ai jamais travaillé avec lui, mais quelque chose s’est clairement passé. On ne peut pas croire « Oh, mais c’est parce que j’ai grandi dans les 60s et les 70s, etc etc », moi aussi c’est mon cas. Je pense que c’est plutôt la question de ce que l’on veut obtenir d’une pareille position de pouvoir. Je connais des tas de gens différents qui adorent simplement en profiter et rendre la vie des gens sous eux plus ou moins misérables juste parce qu’ils le peuvent. […] Juste parce que vous êtes riches et célèbres ne vous autorise pas à vous comporter comme un connard. N’est-ce pas tout de même incroyable de voir le temps que ça a pris (pour que l’affaire sorte) ? Je l’ai lue et me suis dit « Vous ne pouvez pas faire ça à Ashley Judd ! Ce n’est pas juste. »

Mise à jour 9 : Le festival de Cannes vient de condamner le "comportement impardonnable" de Harvey Weinstein. "C'est avec consternation que nous avons découvert les accusations de harcèlement et de violence sexuelle récemment portées contre Harvey Weinstein [...]. Ces faits relèvent d'un comportement impardonnable qui ne peut susciter qu'une condamnation nette et sans appel. À celles qui ont eu le courage de témoigner et à toutes les autres, puisse cette affaire contribuer à dénoncer une nouvelle fois des pratiques graves et inacceptables." Au vu de la tournure de phrase utilisée dans ce communiqué, on ne peut que conseiller aux intéressés d'aller plus loin quand ils parlent de "à toutes les autres". Sinon, on peut se demander s'ils sont juste aussi maladroits que ça dans leur communiqué, ou s'ils ne viennent pas d'annoncer publiquement pertinemment savoir que la liste des victimes de Weinstein est bien plus longue que celle actuellement connue.

Mise à jour 10 : l'organisation britannique des BAFTA avait déjà suspendu ces derniers jours l'adhésion de Weinstein, c'est maintenant au tour des Oscars de condamner son comportement. L'Académie se réunira samedi pour décider de leurs futures actions sur le sujet. Quand on sait le pouvoir et l'influence phénoménale que le producteur y avait en tant que lobbyiste pour ses productions, autant dire que toute l'industrie du cinéma va les attendre au tournant. En parallèle, Seth MacFarlane a expliqué la blague qu'il avait lancé aux Oscars 2013 à propos de Weinstein. "C'était ma façon d'envoyer un gros coup de poing en sa direction après que mon amie et collègue, Jessica Barth, se soit confiée à moi en 2011 à propos de sa rencontre avec Harvey Weinstein et des avances qu'il lui avait faites."

Mise à jour 11 : Kate Beckinsale s'ajoute à la liste des victimes. "J'ai été rencontré Harvey Weinstein au Savoy Hotel quand j'avais 17 ans. Il m'a ouvert en robe de chambre. Après avoir refusé de boire de l'alcool et lui avoir dit que j'avais des cours le lendemain, je suis parti, intacte mais déboussolée. Des années plus tard, il m'a demandé s'il avait essayé quelque chose avec moi lors de cette première rencontre, et j'ai alors compris qu'il ne souvenait plus s'il m'avait agressée ou non. [..] J'avais un ami qui, se basant sur mon expérience, a prévenu une jeune actrice qui devait dîner avec Harvey de faire attention à lui. Il a reçu un appel le lendemain lui disant qu'il n'aurait plus jamais de rôle dans une production Miramax : l'actrice couchait déjà avec Harvey et lui avait parlé de l'avertissement de mon ami."

Mise à jour 12 : Weinstein aurait proposé à la comédienne Florence Darel d'être sa maîtresse contre la promesse d'une carrière aux USA. La police de New York vient, elle, d'ouvrir une enquête concernant une des accusations remontant à des faits de 2004Scotland Yard fait de même de son côté pour une agression qui se serait déroulée à Londres. Weinstein, lui, viendrait de partir en Arizona pour une cure de désintoxication au sexe dans le centre à célébrités The Meadows (qui compte parmi ses anciens patients Michael Phelps, Kate Moss, Selena Gomez, Elle McPherson, Elton John et d'autres encore pour des problèmes de dépendances variées : alcool, drogue, sexe...).

13/10/2017 :

Mise à jour 13 : Peut-être cela fait suite aux accusations portées par Rose McGowan, mais le chef des studios Amazon, Roy Price, vient d'être suspendu de ses fonctions suite à des accusations de harcèlement sexuel. De leurs côtés, Ryan Gosling et Jane Fonda ont exprimé leur honte respective, le premier pour ne pas s'être rendu compte de ce qui se passait, la seconde pour l'avoir su mais n'avoir rien dit.

Mise à jour 14 : Quentin Tarantino publie un communiqué officiel. Il y explique "avoir été choqué et bouleversé cette dernière semaine par les révélations sur son ami depuis plus de 25 ans Harvey Weinstein." Il indique aussi avoir "besoin de plusieurs jours supplémentaires pour processer sa douleur, ses émotions, sa colère et sa mémoire" et il "parlera alors publiquement sur ce sujet". Compte de leur proximité notoire depuis le tout début de la carrière de Tarantino, il va sans dire qu'il s'agit là d'une des prises de parole masculine les plus attendues.

Mise à jour 15 : après avoir fait un commentaire assez prudent sur la situation autour de Harvey Weinstein et appelant à attendre les actions de la justice avant de juger soi-même le producteur, Oliver Stone rétro-pédale : "J'étais en voyage depuis plusieurs jours et n'était pas au courant de toutes les victimes ayant soutenu l'article du New York Times. Après avoir lu tout ce qui a été écrit dans de nombreuses publications ces derniers jours, je suis stupéfait et je félicite le courage des femmes s'étant exprimées pour témoigner d'abus sexuels ou de viols. De fait, je me récuse de la série Guantanamo tant que The Weinstein Company y sera impliqué."

Mise à jour 16 : il y en a qui feraient parfois mieux de s'abstenir. Après le comportement douteux de Ben Affleck, c'est au tour d'Oliver Stone d'être accusé d'attouchements sexuels. En 2012 déjà, le réalisateur avait été littéralement photographié sur le tapis rouge à Londres lors de la promo de son film Savages en train de toucher la poitrine de Salma Hayek. Pouet pouet camion ! Ha ha ha qu'est-ce que c'est rigolo et totalement innocent.

Mise à jour 17 : la liste des victimes continue de s'allonger, et c'est maintenant Marlène Jobert qui annonce que sa fille, Eva Green, a elle aussi été harcelée par le producteur.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Actualités