Parce que ce n'est pas le genre d'un studio hollywoodien d'arrêter de marteler une franchise tant que les spectateurs ne la rejettent pas en bloc, Lionsgate compte bien s'accrocher bec et ongles à Hunger Games.

Si l'on pouvait penser que la saga se concluerait avec le dernier film, ce n'est pas l'intention du studio, dont le vice-président a dit qu'elle "perdurait encore et encore". Ce que l'on peut comprendre : avec l'univers de Panem, la société a pu amasser trois milliards de dollars, et franchement, qui laisserait s'envoler une telle poule aux œufs d'or ?

Mais sous quel forme la franchise perdurerait-elle ? Sous forme de prequels, évidemment, avec en favori, sans surprise, l'histoire de comment Panem en est venue à exister, une histoire qui a le potentiel d'être intéressante, tant qu'elle ne bascule pas dans le modèle classico-hollywoodien dans lequel certaines bonnes franchises ont été précipitées quand on a voulu les faire vivre trop longtemps.

On espère en tous cas que Lionsgate saura préserver l'univers Hunger Games de projets qui pourraient lui être dommageables.