Un peu, Beaucoup... Aveuglément, trois mots composant un titre jazzy qui pourrait se confondre avec la carrière en salles du premier long-métrage en tant que metteur en scène pour Clovis Cornillac. Le public, parfois exigeant, lui a fait aveuglément confiance en venant nombreux découvrir son film, cette histoire légère se déroulant entre les murs fins d’immeubles parisiens. Une comédie romantique pétillante, un Feel Good Movie bienveillant qui a su assurer son succès en France. 519 197 entrées pour cette rencontre incongrue entre Machin, un inventeur de casse-têtes. Investi corps et âme dans son travail, il ne peut se concentrer que dans le silence. Machine est une pianiste accomplie et ne peut vivre sans musique. Elle doit préparer un concours qui pourrait changer sa vie. Ils vont devoir cohabiter sans se voir...

Un Peu, Beaucoup, Aveuglément doit énormément à son couple principal, rencontre incongrue, mais juste, constamment dans le ton équilibré entre romance et comique de situation. Mais le long-métrage doit aussi aux deux seconds rôles, Philippe Duquesne (un habitué du style) et Lilou Fogli (femme à la ville de Clovis Cornillac), découverte délicieuse dans le rôle de la sœur insatisfaite et nympho de Machine.

Un Peu, Beaucoup, Aveuglément est une comédie jazzy, tirant sa force dans l’économie de moyen et ses références classieuses et indémodables. On était plus habitué à ces charmants films de studio d’antan, où d’une fenêtre en carton, nous respirons Paris, sa chaleur amoureuse et libre. Un Peu, Beaucoup, Aveuglément est cet air coloré, ce moment de cinéma libérant la tête de toutes contraintes, où le spectateur prend part à un moment de bonheur convivial.

Pour sa sortie vidéo, Un Peu, Beaucoup, Aveuglément se dote d’un DVD simple agrémenté d’un making-of de 25 minutes revenant de façon assez complète sur le tournage et les impressions du metteur en scène Clovis Cornillac. Proche de ses acteurs, notamment de Mélanie Bernier, on le voit élaborer les détails de jeu, lui qui excelle aux côtés de bons réalisateurs. On voit l’homme investi pris de passion par son film. Le making-Of commence justement par le dernier jour de tournage. On y ressent par les quelques minutes toute l’émotion et la ferveur autour du film, pas simple à monter, mais réelle réussite au final. Après avoir revu Un Peu, Beaucoup, Aveuglément, ce supplément apporte la preuve d’un essai passionné et humble.

De cette sortie vidéo d’Un Peu, Beaucoup, Aveuglément, on regrettera cette simple disponibilité d’un DVD, quand à la vue de l’accueil et du marché, un beau Blu-Ray aurait été judicieux. Le DVD permettra à minima de laisser les spectateurs non convaincus lors de la sortie de découvrir un film solaire, un divertissement qu’on aime un peu, beaucoup... Aveuglément.

Un Peu, Beaucoup... Aveuglément est disponible depuis le 15 septembre en DVD et VOD, Retro-HD vous invite à (re)découvrir notre critique.