La Semaine de la critique de la Mostra de Venise consacrée aux premières œuvres, sous la direction de Francesco DiPace, a annoncé sa sélection de dix films, pour huit desquels il s'agira d'une première mondiale. Également pour la première fois à la semaine de la critique sera projeté un film népalais.

L'ouverture sera assuré par le film Orphans (1998) de l'écossais Peter Mullan, considéré comme le meilleur de ce festival parallèle qui fête ses trente ans cette année.

 

Les sept films en compétition :

 

Motherland, du réalisateur Turc Senem Tuzen, sur une femme turque d'aujourd'hui déchirer entre son amour et sa haine pour sa mère traditionaliste.

Banat (Il Viaggio) d'Adriano Valerio d'Italie.

The Black Hen, du népalais Min Bahadur Bham, un film sur deux jeunes garçons qui, trouvant une poule blanche, tentent de gagner leur vie avec sur fond de guerre civil entre les maoïstes et le gouvernement népalais, et décident de la colorer en noir pour parvenir à la garder.

Light Years d'Esther May Campbell, brtannique, qui suit l'histoire d'une journée intense pour trois jeunes.

Montanha, du portugais Joao Salaviza, sur David, un garçon de 14 ans à un carrefour important dans sa vie.

The Return, de l'artiste plutri-disciplinaire Green Zeng, qui raconte l'histoire d'un vieil homme qui, accusé de communisme et emprisonné pendant des années, revient chez lui.

Tanna, des documentalistes Martin Butler et Bentley Dean, une histoire d'amour qui permet un aperçu de la culture de l'île de Tanna, l'une des dernières société tribale sur terre.

 

Hors compétition, en "pré-ouverture", on trouvera le film Jia (La Famille) du réalisateur Liu Shumin d'origine chinoise, et qui racontera le passage du temps pour un couple de personnes âgées en Chine, montrant les transformation de la société chinoise.

Le festival sera clôt par Bagnoli Jungle d'Antonio Capuano, dont le Vito e gli altri a remporté le festival en 1991.

 

Source : Variety